Publié le 31 mars 2020

SOCIAL

Avec le Coronavirus, le commerce en ligne explose, pour le meilleur et pour le pire

Alors que le commerce en ligne enregistre une ascension extraordinaire du fait du confinement, ce sont essentiellement les grands distributeurs comme Amazon, Fnac, Carrefour, Intermarché... qui tirent leur épingle du jeu. Si certains petits commerçants de secteurs non vitaux ont préféré stopper leurs livraisons pour ne pas faire courir de risque aux livreurs, les producteurs agricoles tentent de s'organiser après la fermeture des marchés. Ils se tournent vers la vente en ligne via des plateformes en circuit court.

Le commerce en ligne profite aux geants
Contrairement aux enseignes alimentaires qui enregistrent des records de commande, la livraison de repas à domicile est en chute libre.
CC0

Alors que les Français subissent un confinement prolongé à cause de la pandémie de Coronavirus, le commerce en ligne, lui, se porte bien. Fnac, Amazon, Cdiscount… Tous rapportent un véritable boom de commandes. La startup Foxintelligence qui analyse l’e-commerce constate que les Français en confinement ont trois priorités : occuper les enfants en commandant des jouets notamment, s’adapter au télétravail avec un boom des cartouches d’encre et se divertir sans sortir. Les ventes d’articles de fitness ont explosé avec une croissance de + 175 %. Le marché des jeux vidéo en ligne a bondi de 265 %.

Un boom dont les petits commerçants ont dû mal à se réjouir. Certains, qui n’ont pas basculé vers le numérique, envient ces géants qui peuvent poursuivre leur activité en temps de Coronavirus, d’autres, au contraire, appellent à la responsabilité. "Éviter aux autres de s’exposer à des risques inutiles est une évidence", défend la marque de maroquinerie française Jules & Jenn qui a décidé de suspendre ses livraisons "afin d’éviter des trajets non-indispensables aux livreurs".

Mise en danger des salariés 

Plusieurs commerçants élèvent la voix pour dénoncer la livraison de produits non vitaux considérée comme non éthique. Les librairies indépendantes par exemple, on fait valoir qu'elles respecteraient bien la fermeture de leur boutique pour protéger les salariés et les clients. Dans une lettre ouverte au ministre de l’Économie Bruno Le Maire elles dénoncent la politique d’Amazon qui échappe "à l’impôt" et donc à "l’effort national", fait appel à des intérimaires et met en danger "ses salariés" pour "gonfler ses gains". 

Le géant d’e-commerce, Amazon, est en effet sous le feu des critiques. De nombreux salariés du groupe ont décidé d’exercer leur droit de retrait alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés dans des entrepôts français. Chez DHL, groupe spécialisé en transport et logistique, le syndicat Force Ouvrière a alerté la direction sur les "risques encourus par la population opérationnelle et particulièrement les livreurs de notre entreprise qui doivent effectuer les livraisons de marchandises non essentielles chez les particuliers". Face à la situation et au trop-plein de commandes, plusieurs enseignes ont annoncé prioriser la livraison de produits de première nécessité. 

Les petits producteurs résistent en ligne

Sur le marché de l’alimentaire, secteur vital, là aussi les acteurs enregistrent une explosion des ventes. Les commandes en ligne quotidiennes des enseignes alimentaires, comprenant le drive et la livraison à domicile ont presque doublé de volume depuis le début du confinement. Si ces géants se portent bien, chez les petits producteurs qui vendaient sur les marchés, l’épreuve est rude. Car depuis le 23 mars, les marchés en plein air sont interdits, sauf dérogation du préfet.  

"Cette crise du Covid 19 ne doit pas détruire le travail quotidien que nous menons pour relocaliser la production et assurer la souveraineté alimentaire", demande la Confédération paysanne. "Cette crise nous ébranle et nous rappelle que la diversité est la clé, à la fois diversité dans les productions mais aussi dans les méthodes de commercialisation", abonde Jean-Paul Gabillard, secrétaire national légumes à la Fédération national de l’agriculture biologique. 

Pour multiplier les canaux d’approvisionnement, les producteurs s’organisent. La FNAB et la Confédération paysanne ont ainsi répertorié les plateformes dédiées aux circuits courts pour permettre aux consommateurs d’acheter directement à la ferme. Les villes viennent également prêter main-forte aux producteurs. À Saint-Maur-des-Fossés, ville qui compte le plus de marchés hebdomadaires après Paris d’après la mairie, un site Internet permet désormais de commander les paniers des commerçants des huit marchés. Un service de livraison à domicile a été mis en place, il sera, par la suite, réservé aux personnes les plus fragiles. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...

Acte International Bengladesh textile fast fashion

Avec le Covid-19, la fast fashion perd le fil et doit changer de modèle

L'industrie textile a subi de plein fouet l'impact du Covid-19. Les deux géants HM et Zara accusent de fortes baisses de ventes, qui se répercutent directement sur l'emploi des ouvrières au Bangladesh, au Cambodge ou encore en Chine. La fast fashion doit revoir son modèle, basé sur une chaîne...