Publié le 22 février 2018

SOCIAL

Les promotions d'Intermarché sur le Nutella sont illégales, juge la répression des fraudes

[Mis à jour le 22 février 2018] Intermarché a bien revendu à perte du Nutella lors de sa remise exceptionnelle de 70 % le 25 janvier. Une pratique illégale qui avait créé une vraie foire d'empoigne. La répression des fraudes va transmettre ce jeudi 22 février, le dossier à la justice.

Le 25 janvier dernier Intermarché avait vendu des pots de Nutella à - 70% créant une vraie foire d'empoigne.
©Mousquetaires

Le 25 janvier, Intermarché avait annoncé une promotion exceptionnelle de 70 % sur du Nutella. Le pot de pâte à tartiner était passé de 4,70 à 1,41 euro. Des vidéos, tournées par des amateurs, dévoilaient des empoignades entre les consommateurs. À tel point qu'il avait fallu faire intervenir la police.

Infraction pénale

Quatre jour plus tard, la Répression des fraudes (DGCCRD) annonçait ouvrir une enquête sur cette promotion. La question était de savoir à quel prix Intermarché avait acheté le Nutella à Ferrero, le fabricant. En France, la revente à perte étant interdite. Or, selon RTL, la Répression des fraudes a estimé, jeudi 22 février, qu'Intermarché avait bien effectué de la revente à perte. 

"Nos agents ont conclu au fait qu'Intermarché n'a pas respecté les dispositions en vigueur concernant la revente à perte, ce qui relève d'une infraction pénale", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la répression des fraudes. Le dossier va donc être transmis à la justice. 

Bruno Lemaire rappelle à l'ordre Intermarché 

Montré du doigt pour son irresponsabilité, le groupe, par la voix de son président, Thierry Cotillard, avait avoué dans le JDD du 4 février, ne pas avoir imaginé une "telle effervescence". Mais il considérait aussi ne pas être "responsable de ce qui est un symptôme" du manque de pouvoir d’achat des Français. 

Une promotion qui n’avait pas plu à Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, qui invitait Intermarché à "ne pas renouveler" ce genre de promotions. Et pour cause, comme tous les distributeurs, Intermarché a signé, mi-novembre, une charte de bonne conduite qui l’engage à fixer le prix de vente à partir du coût de production des agriculteurs mais aussi à respecter la future loi issue des États généraux de l’alimentation.

Cette dernière, présentée le 31 janvier en conseil des ministres, entend encadrer les promotions commerciales dans les grandes surfaces. Les promotions ne pourront excéder 34 % du prix de base et 25 % du volume annuel vendu. Le but étant de limiter la guerre des prix qui fait peser une pression sur les producteurs.

L'opération avait été calée avant la signature de la charte 

"Nous avions calé cette opération en octobre", se défendait le président d’Intermarché, soit avant la signature de cette charte. Après avoir été reçu par Bruno Lemaire, Thierry Cotillard s’est engagé à ne plus réaliser de promotions à -70 % sur l'alimentation. Mais il ne s'est pas engagé sur les autres produits. "Concernant les produits non agricoles ou fortement transformés par les multinationales agroalimentaires, nous continuons à recevoir de leur part des propositions de campagnes de réduction de prix entre 30 et 50 %. Les consommateurs le souhaitent", estime-t-il.

Ferrero lui, s’est désolidarisé d’Intermarché. Pourtant, le président du distributeur a affirmé au JDD que "cette opération n’a pas été réalisée sans partenariat avec le groupe Ferrero, qui nous avait signé un mandat. En revanche, Intermarché a fixé le prix de vente".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Vetements CC0 Pixabay

Face à la crise du textile, les marques misent sur les vêtements d'occasion

Alors que le secteur textile a été frappé de plein fouet par le Covid-19, la crise sanitaire est aussi vue comme "une opportunité de changement". Plusieurs enseignes se lancent ainsi dans le marché de l'occasion en ouvrant des espaces dédiés directement dans leur boutique. Elles espèrent renouer...

Canard L214

Souffrance animale : L214 dénonce des conditions d’élevage "révoltantes" pour des canards à foie gras du sud-ouest

L'association de défense des animaux L214 dénonce les conditions "répugnantes" et "révoltantes" dans un élevage de canards reproducteurs à foie gras des Pyrénées-Atlantiques, vidéo à l’appui. L’association demande la fermeture "urgente et définitive" de l’élevage et va porter plainte pour cruauté...

Succes avocat desastre ecologique

[La mondialisation dans l'assiette] La folie de l'avocat, entre sécheresse, déforestation et crime organisé

C'est un fruit qui rencontre un succès étonnant. L'avocat connaît depuis quelques années un vrai boom. Mais la production de cet or vert a des effets néfastes sur l'environnement. Très consommateur d'eau, sa production intensive dessèche des territoires entiers, dégrade le sol et la biodiversité. Et...

Campagne orange deconnexion orange

Le débat autour de la 5G appelle à la création d'une Convention citoyenne sur le numérique

La question revient inlassablement sur la table ces derniers mois : à quoi va servir la 5G ? À en croire ses défenseurs, elle ouvre la voie à des applications du futur, comme la voiture connectée, l'intelligence artificielle ou la télémédecine. Mais pour l'instant, elle va surtout favoriser le...