Publié le 22 février 2018

SOCIAL

Les promotions d'Intermarché sur le Nutella sont illégales, juge la répression des fraudes

[Mis à jour le 22 février 2018] Intermarché a bien revendu à perte du Nutella lors de sa remise exceptionnelle de 70 % le 25 janvier. Une pratique illégale qui avait créé une vraie foire d'empoigne. La répression des fraudes va transmettre ce jeudi 22 février, le dossier à la justice.

Le 25 janvier dernier Intermarché avait vendu des pots de Nutella à - 70% créant une vraie foire d'empoigne.
©Mousquetaires

Le 25 janvier, Intermarché avait annoncé une promotion exceptionnelle de 70 % sur du Nutella. Le pot de pâte à tartiner était passé de 4,70 à 1,41 euro. Des vidéos, tournées par des amateurs, dévoilaient des empoignades entre les consommateurs. À tel point qu'il avait fallu faire intervenir la police.

Infraction pénale

Quatre jour plus tard, la Répression des fraudes (DGCCRD) annonçait ouvrir une enquête sur cette promotion. La question était de savoir à quel prix Intermarché avait acheté le Nutella à Ferrero, le fabricant. En France, la revente à perte étant interdite. Or, selon RTL, la Répression des fraudes a estimé, jeudi 22 février, qu'Intermarché avait bien effectué de la revente à perte. 

"Nos agents ont conclu au fait qu'Intermarché n'a pas respecté les dispositions en vigueur concernant la revente à perte, ce qui relève d'une infraction pénale", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la répression des fraudes. Le dossier va donc être transmis à la justice. 

Bruno Lemaire rappelle à l'ordre Intermarché 

Montré du doigt pour son irresponsabilité, le groupe, par la voix de son président, Thierry Cotillard, avait avoué dans le JDD du 4 février, ne pas avoir imaginé une "telle effervescence". Mais il considérait aussi ne pas être "responsable de ce qui est un symptôme" du manque de pouvoir d’achat des Français. 

Une promotion qui n’avait pas plu à Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, qui invitait Intermarché à "ne pas renouveler" ce genre de promotions. Et pour cause, comme tous les distributeurs, Intermarché a signé, mi-novembre, une charte de bonne conduite qui l’engage à fixer le prix de vente à partir du coût de production des agriculteurs mais aussi à respecter la future loi issue des États généraux de l’alimentation.

Cette dernière, présentée le 31 janvier en conseil des ministres, entend encadrer les promotions commerciales dans les grandes surfaces. Les promotions ne pourront excéder 34 % du prix de base et 25 % du volume annuel vendu. Le but étant de limiter la guerre des prix qui fait peser une pression sur les producteurs.

L'opération avait été calée avant la signature de la charte 

"Nous avions calé cette opération en octobre", se défendait le président d’Intermarché, soit avant la signature de cette charte. Après avoir été reçu par Bruno Lemaire, Thierry Cotillard s’est engagé à ne plus réaliser de promotions à -70 % sur l'alimentation. Mais il ne s'est pas engagé sur les autres produits. "Concernant les produits non agricoles ou fortement transformés par les multinationales agroalimentaires, nous continuons à recevoir de leur part des propositions de campagnes de réduction de prix entre 30 et 50 %. Les consommateurs le souhaitent", estime-t-il.

Ferrero lui, s’est désolidarisé d’Intermarché. Pourtant, le président du distributeur a affirmé au JDD que "cette opération n’a pas été réalisée sans partenariat avec le groupe Ferrero, qui nous avait signé un mandat. En revanche, Intermarché a fixé le prix de vente".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Balcon verone cco bnw

[À l’origine] Les balcons, de l’attribut bourgeois à l’espace d’expression démocratique en plein confinement

Le balcon a montré tous ses atours pendant le confinement en faisant office d’ouverture et de pont - au sens littéral comme figuré - entre l’espace domestique et l’espace de la cité. Retour sur cet attribut décoratif, symbole de richesse, devenu aussi, pendant cette crise du Covid-19, lieu...

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...