Publié le 21 septembre 2018

SOCIAL

Bullshit jobs : "La moitié du travail accompli dans le monde pourrait être supprimée sans aucune conséquence"

Vous aussi vous exercez un bullshit job, "un métier à la con" dans la langue de Molière ? Vous serez rapidement fixé en lisant l’enquête publiée début septembre par David Graeber, l’inventeur du concept. Alors que l’automatisation des tâches pourrait permettre de libérer des millions de travailleurs, l’anthropologue déplore que nous soyons condamnés à répéter des taches inutiles et dénuées d’impact sur le monde.

Selon le livre BullShit Jobs, 37 % des personnes interrogées estiment que leur travail n'a pas de sens.
@SimonSchuster

Directeurs de fonds spéculatifs, conseillers en communication, consultants stratégiques, avocats d’affaires, lobbyistes, financiers… La listes des bullshit jobs, "les métiers à la con", tels que les conçoit l’anthropologue et figure de proue du mouvement Occupy Wall Street David Graeber, est longue. Après avoir fait le buzz avec un article publié à l’été 2013 – qui a été lu plus de 10 millions de fois –, ce professeur de la London School of Economics revient en cette rentrée avec une enquête de 400 pages (1).

"Un job à la con est une forme d’emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflue ou néfaste, que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence bien qu’il se sente obligé de faire croire qu’il n’en est rien." Voici la définition que donne l'auteur d’un bullshit job, des centaines de témoignages à l’appui. Ces boulots dénués de sens se sont tellement multipliés ces dernières années que désormais, "la moitié du travail accompli pourrait être éliminé sans aucune conséquence", estime-t-il.

Larbin, cocheur de case, porte-flingue…

Il a dressé cinq grandes catégories de jobs à la con. Il y a d’abord les larbins qui n’existent que pour permettre à quelqu’un d’autre de se sentir important. C’est le cas des assistants, des portiers, ou encore des réceptionnistes, symboles de respectabilité et d’importance. Bill raconte : "Je passais la moitié de ma journée à appuyer sur un bouton pour ouvrir la porte d’entrée aux résidents et à les saluer. Si je ne pressais pas le bouton à temps et qu’un résident était obligé d’ouvrir la porte à la main, mon responsable me tombait dessus." 

Il y a les consultants, dans la catégorie "cocheur de case", dont les rapports ne sont lus par personne. Dans la catégorie "petit chef", on trouve l’assistant brassant de l’air car son chef a besoin de justifier sa position hiérarchique. Dans la catégorie "porte-flingue", il y a l’avocat d’affaires gagnant de l’argent uniquement grâce aux erreurs du système. Tous ont en commun de dédier leur vie à des tâches inutiles et dénuées d’intérêt.

Angoisse et dépression

Ces travailleurs sont bien souvent minés par l’angoisse et la dépression. "Être obligé de me lever tous les jours pour un boulot que je trouve absurde s’est rapidement révélé épuisant et déprimant", raconte Ramadan. "C’était comme participer aux Jeux olympiques de la résistance à l’ennui", en rigole Nigel.

Pour David Graeber, "un être humain privé de la faculté d’avoir un impact significatif sur le monde cesse d’exister" explique-t-il. Les bullshit jobs constitueraient ainsi une "attaque directe contre ce qui nous rend humain". Pourtant, le phénomène ne soulève pas la révolte car dans nos sociétés, le travail a été érigé comme une "fin en soi", "un devoir sacré" argumente-t-il. Mieux vaut avoir un emploi, même inutile, que ne pas travailler du tout.

En 1930, l'économiste Keynes prédisait que, d'ici un siècle, le travail serait limité à 20, voire à 15 heures par semaine. Mais finalement, "nous nous retrouvons collectivement condamnés à passer la majorité de notre vie éveillée au travail à exécuter des tâches qui n’ont aucun impact significatif sur le monde", conclut-il. 

Concepcion Alvarez, @conce1 

(1) BullShit Jobs, David Graeber, Ed. Les Liens qui libèrent, 25 euros.


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...

Brexit Londres CCO

[Brexit] Avec ou sans accord, le Brexit risque de peser durement sur les plus pauvres

Le revenu par tête des britanniques devrait chuter après le Brexit, prévient le think tank universitaire "The UK in a changing Europe". Alors que la pauvreté concerne un cinquième de la population, dont quatre millions de travailleurs, le Brexit devrait être ressenti encore plus durement par ces...

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction...