Publié le 21 mai 2018

SOCIAL

Le bien-être passe aussi par des locaux adaptés aux nouvelles formes de travail

Salles de sieste, coworking, télétravail, cabine de télémédecine, flexoffice... De plus en plus, les entreprises profitent de leur arrivée dans de nouveaux locaux pour repenser complètement espaces et façons de travailler entre les salariés. Pour accompagner ces mutations, le label Ozmoz de Certivéa sur la qualité de vie au travail vient d’être lancé et a déjà été testé sur sept sites.

Work cafe arp astrance QVT
Lancé fin mars, le label Ozmoz vient certifier les entreprises ayant entrepris un travail de co-construction sur la qualité de vie au travail à travers notamment l'aménagement des espaces.
@ARP Astrance

L’accueil se fait dans un immense espace, baptisé le "work-café" qui sert de salle de réunion pour accueillir des formations en journée. Il se transforme le soir en salle de cinéma ou de gainage, selon l’humeur du moment, et en atelier de peinture le week-end. Les tables sont modulables pour accueillir un grand groupe ou faire de plus petites tablées. Dans le fond, il y a un canapé pour recevoir les visiteurs et dans un coin, une cabine téléphonique permet aux collaborateurs de s’isoler pour passer des coups de fil.

Les salariés ont la possibilité de travailler dans différents espaces, seuls, à deux ou en groupe, assis ou debout. (@ARP Astrance)

Bienvenue chez ARP Astrance, un cabinet de conseil spécialisé en immobilier, situé en plein coeur de la capitale. Il fait partie des sept entreprises pilote à avoir testé le tout nouveau label Ozmoz sur la qualité de vie au travail à l'occasion de son déménagement. Transversale, cette certification se base sur plusieurs indicateurs tels que la santé environnementale, le lien social, l’équilibre vie privée/vie pro, l’ergonomie des espaces, la démarche de co-construction avec les salariés ou encore la préservation de l’hygiène de vie.

Assis, debout, seul ou à plusieurs

Ici, le mot d’ordre c’est de faciliter le contact et les échanges entre les salariés. "Ça fonctionne plutôt bien car on a pensé la circulation dans les lieux de façon à ce qu’il y ait une certaine fluidité dans les relations avec de nombreux espaces ouverts ou fermés qui permettent l’échange. Les nombreuses baies vitrées permettent également de favoriser le contact. Nous avons ainsi gagné en partage d’expérience et en transversalité par rapport à nos anciens locaux beaucoup trop cloisonnés", témoigne Gwennaëlle Chabroullet, directrice générale d’ARP Astrance.

Chez ARP Astrance, une salle de repos a même été installée, et des rideaux ajoutés sur proposition des salariés. (@ARP Astrance)

Les salariés pratiquent désormais le flexoffice, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de bureau attitré. Ils peuvent ainsi travailler avec les différents départements. Une évolution qui n’a pas été évidente pour tout le monde. "On a dû faire la démonstration qu’il y avait assez de place pour tout le monde, précise Gwennaële Chabroullet. Plutôt que d’être assis toute la journée à son bureau, on propose de travailler différemment, debout, seul dans une bulle fermée, sur un coin de table dans la salle à manger, ou à plusieurs dans le work-café"

"Avec ces nouveaux espaces de travail, l’entreprise investit davantage dans une culture d’entreprise que dans des aménagements, analyse Gilles Allard, directeur immobilier d’Engie et président de l'Association des directeurs immobiliers (ADI). Les projets doivent être adaptés aux besoins de chaque structure et permettre de donner du sens à l’équipe et au travail. Ensuite, il faut mesurer la performance de ces nouveaux usages dans une optique d’amélioration." 

Cabine de télémédecine au boulot

Icade fait également partie des entreprises pilote à avoir suivi le référentiel Ozmoz lors du déménagement de son siège à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). L’entreprise a divisé par deux sa surface, passant de 20 000 m2 à 11 000 m2 et propose 520 postes de travail pour 620 collaborateurs, en misant sur le télétravail et le coworking. "Le déménagement a créé l’occasion de repenser totalement notre façon de travailler", explique Jean-Christophe Gentil, directeur Property Management chez Icade.

Le nouveau siège d'Icade a divisé par deux sa surface en pratiquant la dématérialisation et le flexoffice. (@Icade)

Outre le gain d’espace sur les bureaux, l’entreprise a surtout réalisé un important travail d’archivage et de tri alors que l’ancien bâtiment contenait 500 mètres linéaires d’armoires pleines à craquer. 225 tonnes de papier a ainsi été jeté, et les documents importants numérisés. Désormais, chaque collaborateur dispose seulement d’un mètre linéaire de classement papier pour éviter que ça ne déborde de nouveau.

Cerise sur le gâteau. Icade a mis en place une cabine de télémédecine pour permettre à ses salariés de se connecter avec un médecin généraliste pour une consultation à distance et ainsi ne pas avoir à se déplacer. Car derrière la qualité de vie au travail, c’est aussi une meilleure performance que les dirigeants espèrent atteindre.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Edouard philippe re forme des retraites

Édouard Philippe promet un système de retraite "solidaire" et "responsable" : cinq points à retenir de ses annonces

Un âge d'équilibre à 64 ans, des femmes mieux protégées, une pension minimale de 1000 euros pour une carrière au SMIC... En pleine crise sociale, Édouard Philippe a défendu un système de retraite universel "solidaire", "durable" et "responsable". Sans vouloir entrer dans un "rapport de force", le...

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...

Brexit Londres CCO

[Brexit] Avec ou sans accord, le Brexit risque de peser durement sur les plus pauvres

Le revenu par tête des britanniques devrait chuter après le Brexit, prévient le think tank universitaire "The UK in a changing Europe". Alors que la pauvreté concerne un cinquième de la population, dont quatre millions de travailleurs, le Brexit devrait être ressenti encore plus durement par ces...