Publié le 07 avril 2020

SOCIAL

Coronavirus : les travailleurs ubérisés exposés à tous les risques

Depuis trois semaines, la France entière est confinée. Outre les soignants, agriculteurs, éboueurs, policiers, caissières, qui sont vitaux au bon fonctionnement de la société, il y a d'autres travailleurs qui continuent de risquer leurs vies pour des activités qui sont très loin d'être essentielles. Les syndicats de livreurs appellent ainsi à la fermeture des plateformes tant que le confinement reste de mise.

Livreur paris coironavirus Edouard Richard HansLucas HansLucas via AFP
Plusieurs syndicats et collectifs appellent à l'arrêt immédiat des plateformes.
@Edouard Richard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Depuis le 14 mars, la France entière est confinée pour stopper la propagation du virus. Mais alors que les rues se sont vidées, des coursiers à vélo ou en deux-roues ou au volant de leurs camionnettes continuent d’arpenter les grandes villes, afin de livrer burgers, pizzas et autres denrées... Parmi les commandes les plus insolites passées ces derniers jours, on trouve par exemple la livraison d’un Kinder Bueno, d’un Orangina, d’un pack de bières, de glaces… des produits qui sont loin d’être vitaux.

"Les livreurs sont potentiellement des vecteurs de propagation du virus. Ils sont en contact avec le restaurateur, les parties communes des immeubles, les digicodes, boutons d’ascenseur. Ils sont susceptibles d’être contaminés, mais aussi de contaminer leurs familles et les clients qu’ils livrent", alerte Jérôme Pimot, du collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap).

 

 

Des partenariats avec Carrefour et Franprix

Malgré le confinement, les livraisons à domicile ont été autorisées via les plateformes de livraison comme Uber Eats, Deliveroo, Frichti, Stuart ou Glovo. Celles-ci se présentent d’ailleurs comme une aubaine pour les restaurateurs mais aussi pour les Français qui peuvent continuer de se nourrir sans sortir de chez eux. En outre, il est désormais possible pour les clients Deliveroo de se faire livrer leurs courses commandées chez Franprix.

UberEats et Carrefour ont annoncé un partenariat du même type, effectif à partir du 6 avril à Paris et sa proche couronne, avant un déploiement national. Le géant américain n’avait pas hésité à offrir les frais de livraison jusqu’au 31 mars, pour les commandes passées le midi, "afin de soutenir les Français qui télétravaillent, les restaurants qui ont dû fermer leurs portes et poursuivre l'activité pour les livreurs qui le souhaitent", selon un communiqué de presse.

En cas de contamination au Covid-19 ou de mise en quarantaine, une indemnisation est prévue. Deliveroo propose par exemple de verser 230 euros pour 14 jours de déconnexion à condition d'avoir fait 130 euros de chiffre d’affaires chaque semaine pendant les quatre dernières semaines. "Un fonds exceptionnel cumulable avec l'indemnisation maladie offerte par Deliveroo et les indemnités journalières de la Sécurité Sociale", précise un porte-parole. "Les livreurs indépendants sont éligibles au fonds de solidarité annoncé par Bruno Le Maire en cas de perte de chiffre d'affaire de 50 %", ajoute-t-il.

"Personne ne mourra privé de california makis"

Le gouvernement, de son côté, a publié un guide des bonnes pratiques pour développer la livraison sans contact et rappeler les gestes barrière. Mais sans attendre, de nombreux restaurants et certaines chaînes de restaurant ont pris l’initiative de cesser leur livraison de repas sur ces plateformes. C’est le cas par exemple de Burger King, Quick, ou encore Domino’s. Plusieurs syndicats et collectifs demandent l’arrêt immédiat généralisé.

"Les livreurs doivent continuer à travailler la peur au ventre car s’arrêter signifie une perte de rémunération. Sous le statut d'auto-entrepreneur, ils ne peuvent pas recourir au chômage partiel. Ils pourraient bénéficier de certaines aides d’État mais cela signifie une tonne de paperasse à remplir pour des personnes hyper précaires qui ont du mal avec la comptabilité, l’administratif… C’est bien pour ça qu’ils passent par des plateformes qui s’occupent de tout. La fermeture serait plus simple et prudente", explique Jérôme Pimot du collectif des livreurs autonomes. 

"Il est urgent d’arrêter le sacrifice des travailleurs ubérisés sur l’autel du profit des plateformes numériques et au mépris des précautions sanitaires. Soyons sérieux : non la livraison de pizzas et de sushis n’est pas une activité essentielle. Personne ne mourra parce que privé pendant deux mois de california makis. Cette activité doit s’arrêter immédiatement", appelle aussi Leila Chaibi, députée européenne La France Insoumise, membre de la commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La justice remet en cause les principes de l'uberisation

Les clignotants sont au rouge. La Cour d’appel de Paris a estimé que la relation liant un chauffeur à Uber était bien un "contrat de travail". Une décision qui remet en cause la viabilité du modèle économique des plateformes en ligne reposant sur l'autoentrepreneuriat. Deliveroo, Heetch ou...

"Les coopératives, une alternative à l’ubérisation de l’économie", selon Sandrino Graceffa (SMart)

Il n’y a pas que Uber dans la vie ! C’est ce qu’explique Sandrino Graceffa, le dirigeant de SMart, l’une des plus grandes coopératives de travailleurs en Europe, dans son dernier livre "Refaire le monde du travail" (1). En pleine mutation des formes d’emplois, il propose une troisième voie...

La RSE, un atout face à l’ubérisation, selon AccorHotels

Face à l’arrivée des plateformes de location de logements par des particuliers comme Airbnb, les hôteliers ont dû s’adapter. Selon Sven Boinet, directeur général délégué d'Accorhotels (premier opérateur français et sixième mondial du secteur), et Arnaud Herrmann, directeur du développement...

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Canicule vague de chaleur istock

Canicule : les syndicats européens veulent adapter les conditions de travail aux records de température

La Confédération européenne des syndicats veut adapter le droit du travail à l’augmentation des épisodes de canicule. Elle demande à la Commission européenne de mettre en place une directive instaurant une température maximale pour le travail. Pour le moment, seuls quelques pays européens ont déjà...

Serie monde du travail

Severance, SuperStore, The office... Ces séries qui révolutionnent le monde du travail

Les séries s'emparent de nos modes de travail. Une puce électronique implantée dans le cerveau des employés pour séparer vie privée de vie professionnelle, des salariés d'une grande chaîne de supermarchés qui tentent de se syndiquer, la chute de We Work, startup qui a révolutionné les espaces de...

IStock demission

Vivre sans travailler, une nouvelle tendance sur fond de décroissance

Travailler moins, consommer moins, polluer moins. C'est un peu le dogme des adeptes du détravail dont certains prônent de ne plus travailler pour viser la décroissance. Dans un contexte de grande démission et de remise en cause de la centralité du travail, ce mouvement est devenu un symbole. Toute...

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...