Publié le 27 janvier 2021

POLITIQUE

Pays-Bas, Tunisie, Liban… Les manifestations anti-confinement éclatent sur fond de colère sociale

Les manifestations se multiplient, tournant parfois en émeutes, contre les "tours de vis" sanitaires pris par les gouvernements. Une partie de la population, souvent défavorisée et particulièrement impactée par les confinements et couvre-feux, veut pouvoir subvenir à ses besoins en toute liberté. Alors que les médecins poussent la France à imposer un troisième confinement, l'Élysée temporise et veut éviter une telle explosion sociale dans l'Hexagone. 

Manifestations Liban FATHI AL MASRI AFP
Le 26 janvier à Tripoli, une des villes les plus pauvres du Liban, des manifestations ont éclaté après l'annonce d'un confinement stricte.
FATHI AL-MASRI / AFP

Lundi 25 janvier, pour la troisième nuit consécutive, plusieurs villes des Pays-Bas ont été le théâtre de manifestations qui se sont transformées en émeutes. L’instauration d’un couvre-feu entre 21 heures et 4h30 du matin, le premier depuis la seconde guerre mondiale, a mis le feu aux poudres. D’après les médias locaux, la plupart des émeutiers sont des militants opposés au confinement et des jeunes frustrés par des mesures de plus en plus dures dans un pays où, jusqu'à récemment, le dispositif pour faire face au coronavirus était parmi les plus laxistes d'Europe.

Si depuis le calme est revenu dans ce pays du nord en raison notamment d’un renforcement du dispositif policier, ces contestations ne sont pas un cas isolé. Face à l’annonce d’un confinement stricte, du 25 janvier au 8 février, le Liban s’est à son tour enflammé. À Tripoli, le jour de l’annonce, des manifestants ont lancé des pierres sur le siège des autorités locales avant que la situation ne dégénère, a indiqué l’agence nationale d’information ANI en soulignant qu’ils protestaient "contre le confinement, les amendes et la grave situation économique". Alors que le pays traverse une grave crise économique, le confinement empêche les plus pauvres qui survivent grâce à des petits boulots, de subvenir à leur besoin. 

Emmanuel Macron attentif 

Du même côté de la Méditerranée, ce sont les Tunisiens qui sont descendus dans la rue. Dans plusieurs régions, des heurts entre des jeunes défavorisés et la police ont eu lieu depuis la mi-janvier. Les revendications : une meilleure politique sociale et la libération de centaines de protestataires interpellés par la police après les conflits. L’armée a même été déployée dans la ville devant les institutions de l’État pour empêcher tout éventuel débordement. La presse tunisienne trouve dans cette situation, très tendue, un écho aux manifestations qui avaient soulevé le pays en 2011 lors de la révolution du jasmin qui a conduit à la chute du président Zine el Abidine Ben Ali.

Si en Espagne, en Écosse, au Danemark, les manifestations anti-émeutes sont plus marginales, elles illustrent la colère qui gronde chez une partie de la population. Et le gouvernement français regarde de près ses mouvements. Depuis le début de la semaine, les médecins pressent en effet Emmanuel Macron et Jean Castex de confiner, pour la troisième fois, l’Hexagone pour faire face au virus mutant. Le variant britannique, plus contagieux, représente déjà 10 % des cas en Île-de-France. Mais le Président est attentif à "l’épuisement moral" des Français et ne veut pas que le pays connaisse, à son tour, une flambée de violence. Emmanuel Macron se laisse donc une semaine pour considérer les effets du couvre-feu avant de prendre de nouvelles mesures. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Constitution @Erasoft24 Creative Commons

L'intégration de la protection de l'environnement dans la Constitution est menacée... et ce n’est pas si grave

La tenue d'un référendum pour intégrer la préservation de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution était l'une des propositions phares de la Convention citoyenne. En votant un texte différent de celui de l'Assemblée nationale le 10 mai, le Sénat éloigne la possibilité d'organiser le...

Macron devant les 150 citoyens de la CCC elysee

Référendum sur le climat : une bataille s’engage entre l’Élysée et le Sénat

D’ici la fin de l’année, l’Élysée veut organiser un référendum. Il s’agit d’inscrire dans la Constitution le fait que la France garantisse la protection de l’Environnement. Mais le Sénat rejette le verbe "garantir" jugé trop contraignant et lui préfère le verbe préserver. Impossible selon des...

IStock @SomeMeans Chine Europe

Ouïghours : l'Union européenne suspend les discussions avec la Chine sur l'accord d'investissement

L'Europe durcit sa position sur la situation des Ouïghours en Chine. La Commission a mis entre parenthèses début mai la ratification d'un accord sur les investissements avec la Chine dans un contexte d'escalade des tensions entre les deux blocs. Alors que l'Europe a déjà appliqué des sanctions en...

Liquidation ACHT

[Édito] Les territoires, négligés par la bataille électorale des Régionales, ont besoin d’un avenir durable

L’agitation politique autour des élections régionales s’accroît, mais la relance des territoires oubliés reste peu évoquée. Pourtant, c’est une condition importante pour redonner du souffle à l’économie française. 70 % de la population y vit alors qu’elle capte moins de 20 % de la croissance. Du...