Publié le 07 janvier 2019

POLITIQUE

Le gouvernement s’inquiète du coût des Gilets jaunes et va prendre de nouvelles mesures d’ordre public

L’acte VIII des Gilets jaunes a donné lieu à de nouveaux heurts le 5 janvier. Ce mouvement, qui dure depuis le 17 novembre 2018, affecte la croissance et a mis 58 000 personnes au chômage partiel. Si le gouvernement se dit prêt à entendre les revendications, il va en premier lieu annoncer, dès ce lundi 7 janvier, des mesures d’ordre public.

L'Acte VIII des gilets jaunes a réuni 50 000 manifestants en France le samedi 5 janvier.
@ZakariaAbdelkafi-AFP

"La crise des "gilets jaunes" coûte cher à l'économie française", a déploré dimanche le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, en rappelant avoir prévu un impact notamment sur le dernier trimestre de 2018. "Ce sera sans doute 0,1 point" de croissance pour le dernier trimestre, a-t-il déclaré dans l'émission "Le Grand Rendez-vous", organisée par la radio Europe 1, la chaîne CNews et le quotidien Les Echos.

"Nous avons intérêt à ce que cela cesse le plus vite possible", a-t-il poursuivi. Tout "cela a un coût pour la croissance et l'attractivité de la France", a ajouté le ministre, qui a toutefois maintenu la prévision de croissance annuelle. Alors qu'en décembre, la Banque de France et l'Insee ont toutes deux abaissé leur prévision de croissance pour l'économie française à 1,5 % pour 2018, le gouvernement continue de tabler officiellement sur 1,7%.

Le patron de Bercy sait que la sortie de crise passera par l’écoute des revendications. "Si nous répondons non à chacune des demandes des Français, que nous ne sommes pas capables d'écouter la demande de justice qui s'exprime partout en France, nous ne réussirons pas le débat", a-t-il estimé.

32 millions d’euros pour le chômage partiel

Toutefois, il réitère son refus de revenir sur la suppression de l'impôt sur la fortune, l’une des revendications des Gilets jaunes. "La priorité à mes yeux n'est pas de rétablir un ISF qui n'a jamais réglé le problème du chômage, ni celui de la pauvreté en France, c'est de s'attaquer aux racines de la pauvreté, des inégalités et du chômage dans notre pays", a-t-il poursuivi.

De son côté, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a alerté sur les conséquences du mouvement pour l’emploi. Selon ses chiffres, "au 4 janvier, c'est 58 000 salariés qui sont (au chômage partiel) J'ai débloqué l'argent nécessaire il y a quelques semaines. Aujourd'hui on en est à 32 millions d'euros gagés", a-t-elle expliqué lors de l'émission BFM Politique.

"Dans 92% des cas, ce sont des PME dans le commerce, la construction, l'artisanat, un peu dans l'industrie aussi (…) Ce sont quatre millions d'heures de travail potentiel perdues", a-t-elle chiffré. "C'est aussi un des effets de la violence. Cela fragilise l'emploi et nos petits commerces, cela m'inquiète beaucoup", a-t-elle ajouté.

Se passer des syndicats

L’acte VIII des gilets jaunes qui s’est déroulé le samedi 5 janvier a donné lieu à de nombreuses violences, en particulier dans la capitale. Le ministère de l’intérieur a compté 50 000 manifestants dans toute la France et 345 interpellations. La vidéo où l’on voit l’ancien boxeur Christophe Dettinger frappant un CRS et celle de l'entrée en force de manifestants dans le ministère du Benjamin Griveaux, secrétaire d'État aux relations avec le Parlement, pousse le gouvernement à montrer les muscles.

Aussi, ce lundi 7 janvier, Édouard Philippe sera l'invité du 20 heures de TF1 pour annoncer de nouvelles mesures "d'ordre public" après les nouveaux débordements violents lors de l'acte VIII des Gilets jaunes, a-t-on appris auprès de Matignon. "Face aux violences inacceptables qui se poursuivent sur le territoire, le gouvernement entend afficher une très grande fermeté et faire évoluer son dispositif d’ordre public", a indiqué Matignon à l'AFP.

Quant à Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, qui était l’invité, dimanche 6 janvier, de "Questions Politiques" (France Inter/Le Monde/France Télévisions), il dénonce les violences et "une forme de totalitarisme" dans le mouvement des Gilets jaunes. Et appelle le gouvernement au dialogue. Celui-ci "a voulu se passer des syndicats", assure-t-il, précisant qu'il n'a eu aucun contact avec Emmanuel Macron depuis le 10 décembre. "Le gouvernement considère qu'il va trouver les solutions tout seul. Ça ne marche pas", prévient-il. 

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Gilets jaunes : quatre fois où le Référendum d’initiative citoyenne (RIC) a changé la donne en Europe

Arrêt du nucléaire en Italie,glyphosate en Europe, revenu universel et immigration en Suisse… Les référendums citoyens organisés chez nos voisins font bouger les lignes. C’est cette même démocratie que demandent aujourd’hui les Gilets jaunes avec l’instauration de Référendum d’Initiative...

Gilets Jaunes : banques et grands groupes répondent à l'appel au secours d'Emmanuel Macron

Pour répondre au besoin de pouvoir d’achat des gilets jaunes, le Président de la République a demandé aux banques et aux entreprises françaises de faire un effort. Les plus grands groupes tricolores se sont en particulier emparés de la possibilité de verser à leurs salariés une prime de...

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des...

[Décryptage] Gilets jaunes : les rêves brisés de la France des ronds-points

Samedi 17 novembre, 282 000 gilets jaunes se sont réunis à travers la France pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants et plus généralement sur la baisse de leur pouvoir d’achat. À travers ce mouvement, c’est en réalité un modèle d’aménagement périurbain qui est dénoncé...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

YearsAndYears1 BBC

[Brexit] La télévision s’empare du Brexit pour mieux l'expliquer

Le monde de la culture n’a pas attendu que le Royaume-Uni sorte effectivement de l’Union européenne pour s’emparer du Brexit. Série télévisée, film, reportage ont été réalisés cette année, et permettent de décrypter aussi bien les facteurs qui ont mené au Brexit que ses potentielles conséquences....

Bori Johnson wikimedia commons

[Brexit] Trois questions pour comprendre les derniers coups de théâtre au Royaume-Uni

L’accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, emporté in extremis le 17 octobre, devait faire l’objet d’un vote le samedi 19. Manqué ! Les députés britanniques se sont rebellés contre Boris Johnson, lui imposant un report du Brexit. Mais, celui-ci multiplie les manœuvres pour sortir coûte que...

Kristalina Georgieva WikimediaCommons

Direction du FMI : L’Europe propose la nomination de Kristalina Georgieva, une spécialiste de l’environnement

Les États membres de l’Union européenne ont choisi de proposer Kristalina Georgieva, actuellement numéro 2 de la Banque Mondiale, pour succéder à Christine Lagarde à la tête du Fonds Monétaire International. Cette économiste bulgare a consacré une grande partie de sa carrière au financement de...

Borne Rugy Poirson Wargon @Fderugy

[Edito] L'impossible message écologique gouvernemental

La succession de François de Rugy aura été rapide. Elisabeth Borne assumera la portefeuille de ministre de la Transition écologique et solidaire mais, contrairement à son prédécesseur, elle n'aura pas le titre de ministre d'État. Ce recul dans l'ordre protocolaire du gouvernement fait tâche, au...