Publié le 15 octobre 2020

POLITIQUE

Couvre-feu : 20 millions de Français privés de sortie à cause du Covid-19

Déjà dans le rouge en raison du confinement lié au Covid-19 au premier semestre, l’économie française va de nouveau être mise sous pression. Emmanuel Macron annonce la mise en place d’un couvre-feu pour quatre à six semaines concernant environ 20 millions de Français. Les secteurs de la restauration, du spectacle, de l’hôtellerie vont être très durement touchés.

Emmanuel Macron Covid EstelleRuiz HansLucas AFP
Emmanuel Macron a annoncé un couvre feu pour 20 millions de Français à partir du samedi 17 octobre.
@EstelleRuiz/HansLucas/AFP

À partir de samedi 17 octobre, la France va retrouver un petit goût de confinement. Emmanuel Macron a annoncé, pour les quatre à six semaines à venir, l’établissement d’un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin en Ile-de-France et dans huit métropoles particulièrement touchées par l’épidémie (Grenoble, Lille, Rouen, Lyon, Aix-Marseille, Saint-Étienne, Toulouse, Montpellier et Rouen). Il s’agit de ralentir la progression de la deuxième vague de l’épidémie en limitant les interactions sociales. Une nécessité selon le Président, alors que 20 000 nouveaux cas sont dépistés chaque jour, et que 200 personnes sont admises en réanimation quotidiennement. Ce n’est pas "soutenable" pour le système de santé assure le chef de l’État.

Au final, c’est environ 20 millions de Français qui sont concernés par ce semi-confinement. Et cela affecte les plus grands centres économiques du pays. De quoi donner des sueurs froides alors que le PIB français avait déjà chuté de 13,8 % au second trimestre 2020. "L'objectif, c'est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, que les écoles, les lycées, les universités soient ouvertes, que nos concitoyens puissent travailler tout à fait normalement et qu'il puisse y avoir une vie sociale mais en réduire les aspérités", assure Emmanuel Macron.

Chômage partiel et prêts garantis d’État

Cet arrêt de la vie nocturne va durement impacter les bars, les restaurateurs, les cinémas, les théâtres, les salles de sport… Aussi, le Président annonce des "dispositifs de soutien supplémentaires". "Dès vendredi, dans chacune de ces métropoles concernées, on va relancer une concertation locale avec tous les métiers concernés et nous allons améliorer la réponse économique", annonce-t-il. D’ores et déjà, le chef de l’État annonce que "Le chômage partiel à plein, c’est-à-dire à 100 % pour l’employeur, va être réactivé pour tous ces secteurs".

Par ailleurs , les prêts garantis par l’État (PGE) souscrits par plus de 600 000 entreprises ces derniers mois vont voir leurs délais revus. "On peut décaler d’un an le début du remboursement et on l’a échelonné sur 5 ans avec des taux très préférentiels", a expliqué Emmanuel Macron. Les détails en seront donnés lors d’une conférence de presse jeudi 15 octobre avec, entre autres, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Pour autant, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration sont loin d’être rassurés. "Force est de constater que cette décision équivaut à une refermeture de nos établissements". Cette décision est "lourde de conséquences pour le secteur […] déjà durement frappé par cette crise", écrivent dans un communiqué commun le Syndicat de la restauration thématique (SNRTC), l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), le Groupement des indépendants hôtellerie et restauration (GNI) et le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC).

Télétravail limité

Même sans couvre-feu, une hausse massive des défaillances d’entreprises et un accroissement du chômage sont attendus au second semestre. Le tableau se noircit un peu plus. Mais pour le Président, cette mesure est indispensable faute de devoir prendre des mesures encore plus contraignantes dans quelques semaines. Selon une source gouvernementale citée par l’AFP, le choix du couvre-feu a divisé le gouvernement. Au moins quatre ministres, dont des poids lourds s’y sont opposés, pointant le risque d'une fracture sociale, avec les cols blancs pouvant se réfugier en télétravail à la campagne pendant que des travailleurs plus modestes seraient réduits au "métro-boulot-dodo".

D’ailleurs, le Président n’a pas appelé farouchement à mettre en place plus de télétravail dans la fonction publique ou dans les entreprises privées. Il juge que l’entreprise est un "collectif" et qu’on "a besoin d’échanger avec les collègues de travail". Aussi, il refuse de donner une règle générale. Il incite à envisager "deux à trois jours de télétravail par semaine" pour "réduire un peu la pression collective". Selon lui, cela doit être "négocié dans les branches et au plus près dans l’entreprise".

Ludovic Dupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

La traversee de Paris

[À l’origine] Le couvre-feu, du Moyen-Age à aujourd’hui : l'histoire d'un passé douloureux

Pour la première fois en France, un couvre-feu a été imposé pour des raisons sanitaires. 46 millions de Français sont concernés. Si, à l'origine, le couvre-feu était utilisé au Moyen-Âge dans un sens littéral, en éteignant les feux de cheminées la nuit pour éviter les incendies, il évoque...

Jean castex covid 19

Covid-19 : Jean Castex met 46 millions de Français sous couvre-feu

Face à l'évolution "rapide et préoccupante de l'épidémie", Jean Castex vient d'étendre le couvre-feu de 21 heures à six heures du matin dans 38 départements supplémentaires pour un total de 54. 46 millions de Français sont désormais concernés. Les effets ne seront visibles que dans deux à trois...

Hommage Samuel paty ChristopheArchambault AFP

Après l’assassinat de Samuel Paty, la haine sur les réseaux sociaux devient la cible prioritaire du gouvernement

Le lynchage de l’enseignant Samuel Paty sur les réseaux sociaux a conduit à son assassinat. Le Premier ministre veut créer un délit "de mise en danger par la publication de données personnelles" sur Internet. Une nouvelle loi qui remplacera la loi Avia sur la haine en ligne, censurée par le Conseil...

Manifestation bastille attentat Samuel Paty SamirMaouche HansLucas AFP

Séparatisme, École, Réseaux sociaux : Emmanuel Macron riposte après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine

La mort du professeur Samuel Paty, décapité pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression, a vivement fait réagir l’Exécutif. Il annonce des réponses fortes, dès cette semaine, concernant le contrôle des associations soupçonnées de séparatisme ou de...