Publié le 12 mars 2020

POLITIQUE

Coronavirus : Aéroport de Paris ne sera pas privatisé malgré l’échec du référendum citoyen

Les opposants à la privatisation d’Aéroports de Paris, voulue par le gouvernement, ne sont pas parvenus à réunir les 4,7 millions de signatures nécessaires pour remettre cette décision en cause. Pourtant, la vente n’aura pas lieu. EN effet, l’épidémie de Coronavirus a tellement dégradé les marchés financiers que l’opération n’a actuellement plus aucun intérêt selon la porte-parole Sibeth Ndiaye.

Aeroport de Paris Orly ADPjpg
La vente des parts de l'État dans ADP est reporté en raison de l'épidémie de coronavirus.
@ADP

Ce que la mobilisation citoyenne n’a pas réussi à faire en plusieurs mois, le coronavirus l’a fait en quelques jours. La privatisation d’Aéroport de Paris est reportée Sine die. "La question de la privatisation d'ADP ne saurait se poser dans l'immédiat compte tenu des conditions actuelles du marché", a expliqué mercredi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Depuis le début de l’épidémie, les marchés enchaînent les séances en recul. Le CAC40 a perdu 20 % en 20 jours.

"Nous serions un bien mauvais gestionnaire si nous faisions le choix immédiat de céder les actifs et participations de l'État dans ADP", a souligné Sibeth Ndiaye. Le plan initial du gouvernement était de céder 50,63 % de parts dans l’entreprise et d’investir la somme obtenue - en obligation d'État rapportant 250 millions d'euros par an pour financer des projets innovants. Les ventes cumulées de FDJ et ADP devaient représenter 8 à 10 milliards d’euros.

1,1 million de signatures

Une stratégie critiquée par de nombreux parlementaires qui rappelaient qu’ADP est une source importante de dividendes pour l’État : 130 millions d’euros en 2017, plus de 173 millions en 2018. Plusieurs d’entre eux ont donc soutenu le lancement d’un référendum d’initiative partagé (RIP) pour annuler cette vente. Hasard du calendrier, la fin de cette procédure inédite est intervenue ce jeudi 12 mars.

Au cours des neuf derniers mois, il aurait fallu réunir 4,7 millions de signatures (10 % du corps électoral) pour forcer le gouvernement à consulter la population. On est loin du compte avec seulement de 1,1 million de soutiens selon les comptes tenus par le Conseil constitutionnel. Pour autant des députés des différents groupes d'opposition, interrogés par l'AFP, ont tous salué cette mobilisation.

Ils évoquent "une expérience démocratique nouvelle", voire "une réussite" compte tenu de l'absence de communication institutionnelle du gouvernement et des difficultés d'utilisation de la plateforme de recueil des soutiens. Le Premier ministre Édouard Philippe s’était montré bien plus critique fin février devant le Sénat (avant l’annulation de la vente) : "Vous pouvez parfaitement estimer que c’est une grande victoire, mais je peux parfaitement constater que vous êtes loin, très loin du seuil de déclenchement prévu par la loi".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Mario Centeno Eurogroup Conseil europeen

Les ministres des finances européens peinent à faire front commun contre le coronavirus

Ils ont passé la nuit à négocier sur des dispositifs de soutien à l’économie, sans succès. Les ministres des Finances européens, réunis dans l’Eurogroupe, n’ont pas encore réussi à s’accorder sur un plan commun. L’idée d’une dette commune, émise notamment par la France, demeure un point...

Coronavirus : les assureurs appelés à s'engager de plus en plus dans l'effort de solidarité nationale

Alors qu'ils viennent de verser 200 millions d'euros dans le fonds de solidarité dédié aux entreprises en difficulté et que les initiatives se multiplient comme la Maif qui va reverser 100 millions d'euros à ses abonnés, le gouvernement appelle le secteur à aller plus loin. Les entreprises et...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

Coronavirus : l'étau se resserre sur le versement des dividendes des grandes entreprises

Le ministre de l’Économie recommande aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel. Une préconisation un peu plus forte que celle qu’il avait formulée quelques jours plus tôt. De son côté, l’association des grandes entreprises demande à ses adhérents de...

Justin Godart le general Sarrail et le medecin inspecteur Ruotte devant l ambulance

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...