Publié le 13 février 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le contexte du conflit israëlo-palestinien, reste "matière à controverse", selon les propres mots de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4
Le village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion.
@What_4

Airbnb, TripAdvisor, Alstom, Booking, Motorola Solutions ou Expedia… Elles font toutes partie de la liste de 112 entreprises exerçant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international, que vient de publier l’ONU. Attendue depuis 2016, cette liste fait partie intégrante d’un rapport plus large répondant à une résolution du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

300 entreprises passées en revue

"J’ai conscience que ce sujet a été, et continuera d’être, matière à controverse", a déclaré Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU. Mais le rapport se "base sur des faits", insiste-t-elle. Il "traduit l’attention sérieuse qui a été apportée" à ce travail "sans précédent et particulièrement complexe", précise-t-elle.

Le rapport a régulièrement vu sa parution repoussée. Les services de Michelle Bachelet ont indiqué avoir passé en revue plus de 300 sociétés. Pour chacune des 112 entreprises de la liste, "il y a des bases raisonnables pour conclure qu’elles ont été impliquées dans une ou plusieurs activités particulières référencées" dans la résolution de 2016. Parmi elles, 94 ont leur siège en Israël, et 18 autres se répartissent entre six pays. Au-delà des quelques multinationales citées plus haut, l'essentiel est constitué par des chaines de commerces de proximité (banques, stations services, cafés...). 

Une initiative qui crispe

Même si elle "ne constitue pas, et n’entend pas constituer, un processus judiciaire ou quasi-judiciaire", l’initiative crispe. Cette liste de l’ONU est "une reddition honteuse aux pressions de pays et d’organisations qui veulent causer du tort à Israël", a aussitôt réagi le ministère israélien des Affaires étrangères, se félicitant toutefois du fait qu’une "majorité des pays ait refusé de se joindre à cette campagne de pression politique". Israël craint notamment de voir la liste servir de base à des boycotts, auquel certaines organisations pro-palestiennes appellent. Certains investisseurs responsables excluent également de leurs portefeuilles, les entreprises ayant des activités dans les colonies. 

De leur côté, les Palestiniens ont salué cette publication. "Publier cette liste d’entreprises et d’entités qui opèrent dans les colonies est une victoire pour le droit international et nos efforts diplomatiques afin d’assécher les puits du système colonial incarné par les colonies illégales dans les Territoires palestiniens occupés", a ainsi déclaré Riyad al-Maliki, le chef de la diplomatie palestinienne.

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les colonies israéliennes : zone de controverses pour investisseurs éthiques

Peu de temps avant la reprise de la guerre entre Israël et le Hamas, l’Eglise presbytérienne américaine avait adopté une motion appelant à exclure de ses investissements trois entreprises pour leurs activités dans les territoires occupés. C'est un signe de plus que les violations des...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Site des futurs gisements petroliers ouganda

Coup d’envoi du projet pétrolier de Total en Ouganda, malgré les risques environnementaux, climatiques et humains

Le projet pétrolier de Total en Ouganda est désormais sur les rails. Le 11 avril, l'entreprise française, la compagnie chinoise Cnooc, l'Ouganda et la Tanzanie ont signé plusieurs accords concernant le projet d'exploitation de gisements pétroliers et l'acheminent via un oléocuc de plus de 1400 km....

Mediator : les laboratoires Servier condamnés à payer 2,7 millions d’amende pour tromperie aggravée

Plus de dix ans après l’un des plus grands scandales sanitaires français, le tribunal de Paris reconnait les laboratoires Servier coupables de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires". Le fabricant du Médiator va devoir payer une amende de 2,7 millions d’euros. Consommé par 5...

Fake news et complotisme : Reporters sans Frontières attaque Facebook pour "pratiques commerciales trompeuses"

Reporters sans Frontières s’attaque à Facebook sous un angle inédit. L’ONG sur la liberté de la presse a choisi d’accuser le réseau de "pratiques commerciales trompeuses". En effet, selon RSF, le réseau social assure lutter contre les fake news mais est l’un des plus grands pourvoyeurs de thèses...

Ouganda Merchinson Falls iStock ANDREYGUDKOV

Projet pétrolier en Ouganda : Total promet des mesures environnementales

Total a annoncé le 8 mars des mesures pour tenter de réduire l'impact environnemental de ses activités en Ouganda et Tanzanie. Le groupe pétrolier promet "la transparence" en publiant les audits réalisés sur le projet Tilenga qui prévoit le forage de 400 puits de pétrole dans une partie d’un parc...