Publié le 06 février 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les risques sociaux et environnementaux dans les performances du secteur, notamment par les investisseurs.

Le 25 janvier 2019, la rupture d'un barrage contenant des déchets miniers appartenant à Vale a provoqué la mort de centaines de personnes et dévasté l'environnement dans la région du Minas Gerais au Brésil.
@Douglas Magno/AFP

Les images ont fait le tour de la planète. La rupture d'un barrage a provoqué une coulée de boue qui a dévasté la campagne brésilienne de Brumadinho. Elle a provoqué la mort de centaines de personnes, pour la plupart des employés de Vale, l’entreprise détenant le barrage. Le lourd bilan social et environnemental est une onde de choc à plusieurs niveaux.

Une catastrophe qui fait vaciller le géant minier Vale

En 2015, la rupture du barrage de Samarco, qui avait causé des dégâts irrémédiables sur l’environnement et tué 19 personnes, celle du barrage de Corrego do Feijao, à Brumadinho, est considérée comme un coup majeur pour le géant du fer, Vale. Contrairement au premier barrage qu’il possédait à parts égales avec BHP, celui de Brumadinho est de sa seule responsabilité.

L'impact économique direct de la catastrophe est certes "limité" selon Moody’s, sachant que le site compte pour moins de 2 % des 390 millions de tonnes de minerai de fer produites chaque année par Vale. Mais l’agence de notation financière s’attend à ce que la catastrophe "engendre des responsabilités environnementales, administratives, pénales et civiles représentant un risque sérieux pour la réputation du plus grand producteur de minerai de fer du monde".

Les premières conséquences financières et juridiques n’ont pas tardé. Quelques jours après le drame, la valeur boursière de Vale dévissait en bourse de 25 % - un record -, et près de 3 milliards d’euros étaient saisis sur ses comptes, au titre de réparation. Trois de ses ingénieurs sont actuellement en détention préventive ainsi que deux autres de Tüv Süd, la société allemande qui avait délivré un certificat de stabilité du barrage en septembre 2018. 

Un tribunal brésilien a également ordonné la fermeture d'un barrage bâti sur un autre modèle, l'un des plus grand de la région. Avec la fermeture et le démantèlement des barrages similaires à celui de Brumadinho annoncés plus tôt par Vale, la production de fer du géant risque de chuter, ébranlant le marché dans son ensemble.

Une meilleure intégration des risques sociaux et environnementaux ?

La catastrophe va-t-elle changer la façon de produire de Vale ? Jusqu’à présent, l’entreprise ne souhaitait pas changer sa méthode d’extraction du fer très génératrice de rejets miniers, malgré l’existence de solutions plus propres mais plus coûteuses. Mais c'est sans compter le coût des externalités négatives que sont la déforestation, la surveillance des barrages ou les conséquences humaines et environnementales d’une catastrophe. Or ces risques environnementaux et sociaux sont de plus en plus scrutés par les parties prenantes des entreprises, en particuliers les ONG et les investisseurs.

Comme après le drame de 2015, les investisseurs engagés se sont ainsi mobilisés après celui de Brumadinho. Le 1er février, le fonds de pension de l'Église d'Angleterre, rapidement suivis par Les quatre fonds de pension du gouvernement suédois (AP1, AP2, AP3 et AP4) et le néerlandais APG, a lancé un appel aux investisseurs institutionnels pour mieux réguler le secteur. Il propose la création d’un système mondial indépendant et public de classification sur les risques pesant sur la sécurité des barrages de résidus miniers.  

"Nous avons perdu confiance dans la capacité du secteur à se réguler lui-même sur cette question", a ainsi déclaré John Howchin, secrétaire général du Conseil d’éthique des fonds AP, précisant que des mesures allaient être prises par les investisseurs.

Le gouvernement brésilien change de cap

Au Brésil, la catastrophe pourrait aussi amener le gouvernement à revoir son équation "environnement contre business". Lors de la campagne présidentielle, Jair Bolsonaro avait promis d’ouvrir les terres autochtones à l’exploitation minière et d’assouplir la législation environnementale, jugées limitante pour l’activité économique.

Le Brésil compte près de 4 000 barrages présentant "un risque élevé", dont 205 "comportent des déchets minéraux", affirme aujourd’hui le gouvernement. Et le pays n’a pas suffisamment d’argent pour réviser l’ensemble de ces barrages. Après le drame, le ton du gouvernement a donc changé. Il demande des explications à Vale, entend renforcer les normes de sécurité des barrages, et affirme qu’il s’agit désormais de "punir vraiment" les responsables.

Reste que c’est souvent l’application de la législation brésilienne qui pose généralement problème. En cause notamment, le manque de moyens humains et financiers donnés aux organismes de contrôle mais aussi la corruption et les liens plus qu’étroits entre parlementaires, élus régionaux et dirigeants industriels.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Au Brésil, Jair Bolsonaro place l’avenir des terres indigènes entre les mains du ministère de l’Agriculture

Sans attendre, le nouveau Président brésilien, Jair Bolsonaro, officiellement en poste depuis le 1er janvier, a mis en pratique l’une de ses promesses phares de campagne. L’attribution des terres indigènes passe entre les mains du ministère de l’Agriculture, dirigé par Tereza Cristina da...

Belo Monte : les Indiens, oubliés des syndicats brésiliens

Onze ans après son entrée en vigueur au Brésil, la convention de l'Organisation internationale du travail (OIT) relative aux peuples indigènes n'est toujours pas respectée. Le texte prévoit leur consultation avant des grands travaux, comme ceux de Belo Monte. Gouvernement et syndicats, qui...

Malgré leurs écueils, les grands barrages reviennent en force

Abandonnés par les pays occidentaux depuis la fin des années 1990, les projets de grands barrages se multiplient au Sud depuis 10 ans. De nombreuses ONG profitent du Forum mondial de l'eau pour soutenir les oppositions locales aux grands barrages et rappeler leurs dégâts. Les Amis de la...

"La transition énergétique est la plus fantastique opération de greenwashing de l’Histoire", selon Guillaume Pitron

C’est un livre choc sur la transition énergétique. Guillaume Pitron, journaliste indépendant, a enquêté pendant six ans dans une douzaine de pays pour découvrir d’où viennent les métaux utiles à nos éoliennes, nos panneaux solaires ou encore nos batteries de voitures électriques. Dans "La...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Lafarge

Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour "complicité de crime contre l'humanité"

La Cour d'appel de Paris a annulé la mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir ses activités sur place alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Le cimentier reste toutefois poursuivi pour...

Philip Morris site de Neuchatel

Philip Morris veut se refaire une santé grâce aux Objectifs de développement durable

En 2017, le plus grand fabricant de tabac au monde, Philip Morris, prenait un virage stratégique inattendu en annonçant qu’il allait désormais "œuvrer pour un monde sans fumée". Pour étayer sa nouvelle mission, la multinationale se réfère aux objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU qui...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege

ExxonMobil, accusé d’avoir menti à ses investisseurs et clients sur le réchauffement climatique, fait face à deux procès

Exxon aurait menti à ses investisseurs en sous-estimant, voire en ne prenant pas du tout en compte, les coûts liés aux réglementations climatiques. Une tromperie qui a eu un effet important sur la rentabilité des projets du pétrolier. Tel est l’objet du grand procès climatique qui s’ouvre...

Crise des opioïdes : le grand procès de l’industrie pharmaceutique n’aura pas lieu

Ce 21 octobre devait s’ouvrir un procès emblématique aux États-Unis, celui de laboratoires et distributeurs accusés d’être à l’origine de la crise des opioïdes, qui a provoqué la mort de 400 000 personnes dans le pays ces 20 dernières années. Mais au tout dernier moment, ils ont obtenu un accord...