Publié le 18 avril 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Le Coronavirus, un carton rouge pour le modèle économique du football

C'est un colosse qui vacille. Le Coronavirus, en mettant à l'arrêt le sport le plus populaire du monde, a mis en lumière les défaillances majeures du modèle économique du football et révélé son manque de résilience. En quelques semaines, en l'absence de droits TV, de billetterie, de sponsors, le show s'est arrêté entraînant les clubs dans une crise financière. C'est l'occasion de penser un football plus durable, plus régulé, plus en phase avec l'économie réelle, défend Christian Gourcuff, entraîneur du FC Nantes. 

Football modele economique carton rouge AFP
Lionel Messi avec 131 millions d'euros, est le football le mieux payé au monde, suivi par Christiano Ronaldo avec 118 millions et Neymar 95 millions.
STEPHANE ALLAMAN / DPPI via AFP

Alors que les salaires mirobolants de joueurs comme Neymar, Kylian Mbappé ou Lionel Messi laissaient fantasmer les fans sur un monde où l’argent coule à flots, le Covid-19 a levé le voile sur la réalité de ce secteur. En mettant le football à l’arrêt, il a mis en lumière des défaillances majeures du modèle économique de ce sport.

En quelques semaines, dans le monde entier, les clubs de football se sont mis à vaciller, du Pérou où le club de deuxième division le Deportivo Coopsol a licencié tout son effectif au club slovaque MSK Zilina sept fois champion national, placé en liquidation judiciaire. Même les géants comme le FC Barcelone ont dû prendre des mesures exceptionnelles. Pour limiter l’impact du Coronavirus sur ses finances, le club catalan a réduit le salaire ses personnels. Le "show" du football repose sur un modèle à flux tendu qui ne supporte pas de pause.

Les clubs sont d’autant plus sous pression que leurs recettes, dépendantes de la billetterie, du sponsoring, du marketing et des droits TV, se sont stoppés brutalement. Plusieurs diffuseurs ont ainsi menacé de ne pas honorer l’intégralité des sommes prévues. C’est le cas de Canal + et BeIn Sports qui ont suspendu leur paiement pour la dernière saison de la Ligue 1, les matchs n’étant pas disputés. Déjà La ligue de football professionnel tente de sauver la casse en misant sur une levée du confinement le 11 mai et une reprise des dix dernières journées de Ligue 1 entre juin et juillet. L’objectif est de récupérer une partie des droits TV de la saison. Mais c’est le modèle global sur lequel repose le football que certains espèrent revoir.

"Un avant et un après crise"

Dans une interview au Monde, Christian Gourcuff, entraîneur du FC Nantes, appelle le football à revenir à "une économie réelle". "Quand on observe les transferts, beaucoup de clubs ne payent pas et repoussent le paiement sur des reventes futures, sur des droits télé à venir. Certains présidents veulent souscrire à un emprunt pour passer cette crise. On parle donc d’emprunter à nouveau pour des clubs déjà endettés. Et tout ça fait encore le jeu de sociétés financières et des fonds de pension qui prêtent de l’argent à des taux incroyables, décrypte-t-il. Le président de l’AS Saint-Etienne et du syndicat des clubs de Ligue 1, Bernard Caïazzo aspire ainsi à "un avant et un après crise, le football va devoir penser différemment", souhaite-t-il.

Plusieurs voix se font entendre sur un après crise plus durable pour le football. Certains émettent la possibilité d’un plafonnement salarial, d’une régulation de marché des transferts avec un renforcement des régulations financières. "Il faut bien sûr traverser la crise et faire en sorte que le maximum de clubs soient vivants à l'issue de celle-ci, mais, après, il faudra réinventer cette organisation et ce modèle économique et le rendre plus durable. Parce qu'on voit bien que, là, il a du mal à encaisser la suspension des compétitions pendant quelques semaines", défend dans les colonnes du Parisien, Christophe Lepetit, du Centre de Droit et d’Économie du Sport. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...

Mignonnes netflix cuties Netflix

[Édito] Netflix : le passage du risque de réputation à la "cancel culture" se paie cher

La polémique américaine sur la diffusion par Netflix de Mignonnes, le film de Maimouna Doucouré, a entraîné un mouvement de boycott cristallisé sur le hashtag #CancelNetflix. Cela lui a fait perdre des abonnés et a aussi entrainé une chute boursière de cette valeur digitale dont le modèle repose sur...