Publié le 01 juillet 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Haine en ligne : Facebook s'enfonce après une campagne de boycott de plusieurs centaines d'annonceurs

Facebook est touché au portefeuille. Après l'affaire George Floyd et l'explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social est sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Pour l'y contraindre, des centaines d'entreprises boycottent leurs publicités sur la plateforme. C'est le cas d'Unilever, Coca-Cola, Verizon ou encore Patagonia. Face à l'ampleur du mouvement #StopHateForProfit, un appel à arrêter de faire des profits sur le dos de la haine, Facebook a commencé à plier. 

Facebook haine en ligne boycott
Facebook compte plus de 8 millions d'annonceurs à travers le monde.
CC0

La pression n’a jamais aussi forte pour Facebook. Depuis quelques semaines, des centaines d’entreprises ont décidé de boycotter le réseau social à travers la campagne #StopHateForProfit, lancée le 17 juin par des associations de lutte contre le racisme. Elles accusent Facebook de ne pas réguler correctement les groupes et messages incitant à la haine, au racisme ou à la violence. L’ampleur du boycott est telle que le vendredi 26 juin, l’action de Facebook a chuté de 8 % en Bourse. Le directeur général du groupe, Mark Zuckerberg, a lui perdu sept milliards de dollars de sa fortune en une seule journée.

Il faut dire que la campagne de boycott est suivie massivement, plus de 200 entreprises ont rejoint le mouvement. Parmi elles, des gros groupes comme Unilever, Coca-Cola, Patagonia, Verizon, Ben & Jerry’s ou encore North Face. Toutes ont décidé de suspendre pour un mois ou plus leur campagne de publicité sur le réseau social. "À partir du 1er juillet, Coca-Cola Company va suspendre ses publicités payantes sur toutes les plateformes et réseaux sociaux pour au moins 30 jours", a expliqué James Quincey, PDG de Coca-Cola Company.

Les publicités : une manne financière pour Facebook

Pour le confiseur Ben & Jerry’s, la suspension des publicités va être maintenue jusqu’à ce que Facebook prenne "des mesures claires et sans équivoques préconisées par la campagne pour empêcher que sa plateforme ne soit utilisée pour diffuser et amplifier le racisme et la haine". Or, comme le rappelle le Financial Times, les gros annonceurs représentent une manne financière pour Facebook. Verizon, le premier opérateur télécoms américain, y a ainsi dépensé 850 000 dollars de publicités au cours des trois premières semaines de juin et le géant de l’agroalimentaire Unilever plus de 500 000. 

Depuis des années, Facebook est accusé de ne pas modérer suffisamment les commentaires mais jamais la mobilisation n’avait pris une telle ampleur. La mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc, a été un vrai déclic. Alors que des milliers d’Américains et d’habitants du monde entier sont descendus dans les rues pour dénoncer les violences policières, le racisme et les inégalités sociales, des centaines d’entreprises sont sorties de leur silence pour soutenir le mouvement Black Lives Matter. Twitter est allé jusqu'à épingler des tweets du Président des États-Unis pour "apologie de la violence".

Facebook défend la liberté d'expression

Jusque-là, Mark Zuckerberg défendant le principe de la liberté d’expression. Mais face à la fronde des annonceurs, le patron de Facebook commence à plier. Il a notamment annoncé que les messages haineux ne pourraient pas être sponsorisés et que Facebook marquerait d’une étiquette les publications problématiques mais les laisserait en ligne au nom de leur "intérêt à être connues du public". Des contenus que les utilisateurs pourront partager "mais nous les avertirons que les publications en question enfreignent potentiellement nos règles", a fait valoir Mark Zuckerberg. 

Un règlement vague et jugé encore trop laxiste selon plusieurs experts et annonceurs puisque plusieurs autres entreprises, ont, depuis, rejoint le mouvement #StopHateForProfit. Une pression d'autant plus forte pour Facebook que ses concurrents multiplient les annonces. La plateforme Reddit, pourtant habituellement très critiquée pour sa non-modération, vient de suspendre le compte de Donald Trump tandis que Youtube vient de supprimer 25 000 chaînes de suprémacistes. Le 30 juin, Facebook a finalement supprimé plusieurs centaines de comptes du mouvement radical américain Boogaloo composé de néo-nazis et suprémacistes blancs.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...

Mignonnes netflix cuties Netflix

[Édito] Netflix : le passage du risque de réputation à la "cancel culture" se paie cher

La polémique américaine sur la diffusion par Netflix de Mignonnes, le film de Maimouna Doucouré, a entraîné un mouvement de boycott cristallisé sur le hashtag #CancelNetflix. Cela lui a fait perdre des abonnés et a aussi entrainé une chute boursière de cette valeur digitale dont le modèle repose sur...