Publié le 13 octobre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Et si, en fusionnant avec Bayer, Monsanto échappait à la justice

La journaliste Marie-Monique Robin craint que le mariage entre Bayer et Monsanto permette à ce dernier d'échapper aux milliers de plaintes des victimes du glyphosate. Juridiquement pourtant, une fusion obligerait Bayer à répondre aux actes de Monsanto. Reste à savoir si le rapprochement entre les deux multinationales prendra bien cette forme. 

Les manifestations et plaintes visant Monsanto se multiplient à travers le monde.
Marie-Monique Robin, capture d'écran du documentaire Le Roundup face à ses juges

C'est le mariage de deux géants. D'un côté, le spécialiste des médicaments, Bayer, de l'autre, celui des pesticides et des OGM, Monsanto. Une fusion très décriée qui permettrait à la nouvelle entreprise d'avoir le monopole sur plusieurs activités de ces deux secteurs. Mais derrière ces intérêts commerciaux, cette union est-elle une stratégie pour permettre à Monsanto d'échapper à la justice ? C’est ce que soupçonne la journaliste d’investigation et réalisatrice du documentaire Le Roundup face à ses juges, Marie Monique Robin.

"C’est surprenant de voir que Bayer accepte de payer 59 milliards d’euros pour une firme qui ne les vaut pas. Monsanto ne va pas très bien, il est en train de licencier des milliers de personnes et son chiffre d’affaires s’élevait à 15 milliards d’euros l’année dernière", explique la réalisatrice.

Échapper à des milliards de dollars d'indemnisation

Monsanto pourrait ainsi avoir accepté de fusionner avec Bayer pour ne plus avoir à répondre de ces actes devant la justice. De fait, le géant est de plus en plus visé par des plaintes mettant en cause les effets du glyphosate, l’agent actif de son désherbant le plus vendu au monde, le Roundup.

Aux États-Unis, 3 500 agriculteurs, maraîchers et jardiniers en ont déposé une. Et le nombre de plaignants pourrait grimper à 10 000. "Le dossier des avocats est complet. Des documents internes montrent que la firme savait que le glyphosate était cancérigène, qu’elle a manipulé les agences de réglementation, qu’elle a payé des scientifiques pour dire et écrire n’importe quoi… Des milliards de dollars pour indemniser les victimes sont en jeu", estime Marie Monique Robin.

Juridiquement, Bayer devra répondre des actions de Monsanto

Pour l’instant, la Commission européenne enquête sur le projet de fusion, craignant que ce rachat contrevienne aux règles de concurrence de l’Union européenne et mène "à des prix plus élevés, une qualité inférieure, moins de choix et moins d’innovation". Dans une lettre coécrite avec l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage, Marie Monique Robin a également demandé à Bruxelles de plancher sur la responsabilité juridique de Monsanto après la fusion. "Il faut qu’on ait la certitude que Bayer endossera tous les litiges de Monsanto", souligne la journaliste.

Juridiquement, si le rachat se fait sous forme de fusion, "Bayer vient au droit de Monsanto", explique en termes juridiques à Novethic François Lafforgne, avocat de l’agriculteur charentais Paul François dont Monsanto a été reconnu responsable de son intoxication. "L'entreprise devra donc répondre des plaintes", traduit-t-il.

"Ce rachat est très opaque, on n’est même pas sûr que ça soit une fusion !"

"Bayer récupère le passif et l’actif de Monsanto", ajoute Charles Joseph-Oudin, l’avocat des victimes du Médiator, de la Depakine, des contraceptifs Essure"C’est obligatoire dans le cas d’une fusion, il ne peut y avoir de dérogation".

Une analyse dont convient l’avocate et ancienne ministre Corinne Lepage, mais qui ne freine pourtant pas ses craintes. "Ce rachat est très opaque, on n’en connaît pas les modalités. On n’est même pas sûre que ça soit une fusion !", estime-t-elle.

De manière générale, ce rapprochement est vu d'un mauvais oeil par la société civile car elle permettra de "rendre des personnes malades avec les pesticides de Monsanto et de les soigner avec les médicaments de Bayer. Un juteux commerce", conclut Marie-Monique Robin.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Fusion Bayer/Monsanto : une menace pour la santé et l’environnement

L’annonce par Bayer de racheter Monsanto pour 62 milliards de dollars est une mauvaise nouvelle pour la santé et l'environnement. L'alliance des semences et de la chimie conduit à spécialiser la recherche sur des variétés tolérantes aux pesticides produits par les firmes. Et elle se...

Risque sur la concurrence : L’Union européenne lance une enquête sur la fusion de Bayer et Monsanto

La Commission européenne vient d'annoncer le lancement d'une enquête approfondie sur la fusion entre Monsanto, géant des semences, et Bayer, spécialiste de la pharmacie et de l'agrochimie. Elle craint que ce rachat contrevienne aux règles de concurrence de l'Union européenne et mène à des ...

La fusion avec Monsanto met l'Assemblée générale de Bayer sous très haute tension

Face à la forte opposition que suscite le rapprochement Bayer-Monsanto, le chimiste allemand a décidé de délocaliser son Assemblée générale du 28 avril loin de son siège afin d'éloigner les opposants. Pour autant, plusieurs ONG entendent bien prendre la parole à cette occasion.

Monsanto, de scandale en scandale

Utilisation de l’agent orange au Vietnam, condamnation pour contamination aux PCB, controverses autour du Roundup… l’histoire de la multinationale des OGM est rythmée par les scandales. Alors que le Tribunal Monsanto, un tribunal citoyen, va rendre son verdict, retour sur les polémiques...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Bayer croule sous les menaces judiciaires liées au Roundup de Monsanto

Le géant de l’agrochimie Bayer, qui a avalé Monsanto en 2018, a aujourd’hui du mal à digérer le géant des OGM. 42 700 plaintes liées au Roundup visent le mastodonte aux États-Unis et le risque financier est estimé entre 15 et 20 milliards de dollars. À la dernière Assemblée générale, les...

Amazon reputation

Black Friday : un vendredi noir pour la réputation d’Amazon

À l’occasion du Black Friday et des fêtes de fin d’années, Amazon fait l’objet de plusieurs rapports destinés à montrer la face cachée du géant du e-commerce, qui symbolise les dérives de ces méga promotions et de l’hyperconsommation. ONG, syndicats et hommes politiques dénoncent son impact...

Lafarge

Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour "complicité de crime contre l'humanité"

La Cour d'appel de Paris a annulé la mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir ses activités sur place alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Le cimentier reste toutefois poursuivi pour...

Philip Morris site de Neuchatel

Philip Morris veut se refaire une santé grâce aux Objectifs de développement durable

En 2017, le plus grand fabricant de tabac au monde, Philip Morris, prenait un virage stratégique inattendu en annonçant qu’il allait désormais "œuvrer pour un monde sans fumée". Pour étayer sa nouvelle mission, la multinationale se réfère aux objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU qui...