Publié le 05 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

Des associations environnementales déposent un recours contre la bioraffinerie de Total à la Mède

[Mis à jour le 5 juillet 2018] Plusieurs associations environnementales ont déposé, ce jeudi 5 juillet, un recours devant le tribunal administratif de Marseille contre l'autorisation préfectorale de la bioraffinerie de Total à la Mède, dans les Bouches-du-Rhône. En mai dernier, le ministre de la Transition écologique et solidaire avait autorisé le lancement du projet qui fait polémique car il prévoit de s'approvisionner largement en huile de palme, responsable de déforestation.

La bioraffinerie de Total s'approvisionnera à hauteur de 300 000 tonnes d'huile de palme par an.
@Total / C.Lacour

[Mis à jour le 5 juillet 2018] Les Amis de la Terre, Greenpeace France, France Nature Environnement et la Ligue de Protection des Oiseaux PACA ont déposé ce jeudi 5 juillet un recours au tribunal administratif de Marseille contre l'autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède.

"Total a réussi à enfumer le gouvernement avec une étude d'impact environnemental tronquée et la promesse de certifications controversées. Loin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce projet va au contraire accélérer la déforestation et donc les changements climatiques. Cette réalité ne peut pas être ignorée par le juge administratif" estime Sylvain Angerand des Amis de la Terre.   

Feu vert de Nicolas Hulot

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, avait autorisé mercredi 16 mai la reconversion de la raffinerie pétrolière de la Mède, dans les Bouches-du-Rhône. Elle deviendra une usine de production de biocarburant, à partir d’huiles végétales telle que l’huile de palme et d’huiles alimentaires usagées. Une alternative aux carburants fossiles émetteurs de CO2, mais aussi un facteur de déforestation. 

"Je demande à Total de réduire la part d'huile de palme et d'augmenter la part d'huiles usagées", avait alors déclaré le ministre de la Transition écologique. "Mais on ne peut pas avoir tout du jour au lendemain". "Je ne peux pas leur demander, alors qu'ils ont fait ces efforts et ces investissements (275 millions d’euros, NDLR), de renoncer", a ajouté le ministre, indiquant que Total avait fait ces transformations à la demande du gouvernement précédent, alors que le secteur du raffinage a souffert de nombreuses fermetures de sites dans l'Hexagone. 

Renoncement

Cette autorisation était apparue comme un renoncement de la part du ministre de la Transition écologique. Il avait inscrit dans son plan climat la volonté de mettre fin à l’importation de produits contribuant à la déforestation d’ici 2030. Or, pour fonctionner, la bioraffinerie de la Mède s’approvisionnera à 50 % en huile de palme, soit environ 300 000 tonnes par an. Total a reçu une autorisation d'importer jusqu'à 450 000 tonnes d'huiles végétales brutes. 

La production de cette huile participe à la déforestation et fragilise les écosystèmes dans les pays producteurs, en particuliers la Malaisie et l'Indonésie. Les graisses animales, huiles alimentaires usagées et huiles résiduelles compteraient pour 30 à 40 % de l’approvisionnement et les autres huiles végétales (colza, tournesol, soja) pour 10 à 20 %, selon un communiqué publié par le pétrolier.

"En ce qui concerne les critères de durabilité de l’huile de palme brute, Total s’est engagé à promouvoir un label de certification durable de hautes qualités auprès de l’Union Européenne. (L’entreprise) a mis en place une équipe dédiée qui s’assurera du respect par l’ensemble de la chaîne logistique des critères de durabilité, et en particulier que l’approvisionnement soit issu de producteurs certifiés RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil)", indique la major.

Un problème de certification en Europe

Cela ne convainc pas Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour les Amis de la Terre France. "Total évoque maintenant un plafonnement à 300 000 tonnes d'huile de palme brut, ce qui est colossal", s’indigne-t-il. "Total deviendrait le premier importateur français. Or, aucune certification ne peut garantir que ce projet n'entraînera pas de déforestation comme l'a reconnu la Cour des Comptes Européennes. Il y a d'autant plus de risques que Total refuse de rendre public son plan d'approvisionnement détaillé."  

Dans un rapport publié en 2016, la Cour des Comptes européenne a en effet estimé que "le système de certification de la durabilité des biocarburants de l’Union européenne n’est pas totalement fiable en raison de faiblesses dans la procédure de reconnaissance de la Commission, et dans la supervision des régimes volontaires reconnus."   

"Le sens de l'Histoire, c'est que l'on va, au niveau européen, arrêter d'importer de l'huile de palme dans les années qui viennent", a toutefois déclaré Nicolas Hulot sur BFMTV/RMC. Une façon implicite pour le ministre de marquer son désaccord avec le projet porté par Total.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’Union européenne programme l’élimination de l’huile de palme d’ici 2030

Les négociateurs du Parlement européen et des pays de l'Union européenne ont conclu un accord fixant à 32 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d'ici à 2030, avec un objectif d'élimination progressive de biocarburants comme l'huile de palme en Europe.

Huile de palme dans les biocarburants : les agriculteurs bloquent 14 raffineries et dépôts de carburants en France

[Mise à jour le 11 juin] La FNSEA prend des airs de Greenpeace. Le principal syndicat agricole bloque actuellement 14 raffineries et dépôts de carburant dont la bioraffinerie de Total à la Mède. Cette usine de biocarburant importera dès cet été 300 000 tonnes d'huile de palme d'Indonésie...

Huile de palme : le gouvernement et les agriculteurs appellent Total à augmenter son apport de colza français

Après seulement trois jours de mobilisation la FNSEA, principal syndicat agricole, a annoncé la fin du blocage d'une quinzaine de raffineries et dépôts en France. Les agriculteurs demandaient à Total d'augmenter la part de colza français dans sa nouvelle bioraffinerie au lieu de...

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l'huile de palme, dénoncent des ONG

La bio-raffinerie de Total à La Mède (Bouches-du-Rhône) consommera 550 000 tonnes d'huile de palme par an, faisant "bondir les importations françaises" de cette huile décriée, ont dénoncé jeudi 19 avril des ONG, alors que le gouvernement veut lutter contre la déforestation importée. Le...

[Décryptage] COP23 : Raffinage, climat et sécurité… La quadrature du cercle pour l'Europe

Le respect d’un scénario 2°C voulu par l’Accord de Paris va avoir un impact majeur sur l’outil de raffinage mondial. Environ 25 % des raffineries deviendront non viables en raison de la nécessaire baisse de consommation de pétrole en 2035. Et à ce jeu, c’est l’Europe qui va perdre le plus,...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...