Publié le 15 juin 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] Chaque semaine, nous avalons cinq grammes de plastique, le poids d’une carte de crédit

Avec ou sans sel ? Selon un rapport de l'université de Newcastle pour le WWF, une personne avale jusqu'à 5 grammes de plastique par semaine, l'équivalent du poids d'une carte de crédit. Nous ingurgitons ces microparticules de plastique principalement en buvant de l'eau en bouteille mais également en mangeant des fruits de mer, qui eux-mêmes avalent nos déchets plastiques. 

Les microparticules de plastique se trouvent notamment dans l'eau en bouteille.
©CC0

Cinq grammes. C’est le poids de plastique qu’un individu moyen ingère chaque semaine, soit le poids d'une carte de crédit, selon un rapport commandé par le WWF à l'université de Newcastle (Australie). Selon ces résultats, compilation de 50 études menées sur l'ingestion humaine de plastiques, chaque humain avalerait environ 2 000 micropièces et particules chaque semaine, soit quelque 250 grammes annuellement.

Des études ont précédemment montré que les humains ingèrent et respirent une nuée de particules de plastique chaque année, mais le défi pour les chercheurs australiens était d'en évaluer le poids. "Alors que la prise de conscience grandit quant à l'existence des microplastiques et à leur impact sur l'environnement, cette étude fournit pour la première fois un calcul précis des taux d'ingestion", a expliqué Thava Palanisami, professeur à l'Université de Newcastle. Ce qui "contribuera à cerner les potentiels risques toxicologiques pour les humains".

Du plastique dans l'eau, les fruits de mer, le sel... 

La première source de ce plastique ingurgité est l'eau, surtout si elle est embouteillée. Selon une étude canadienne parue le 5 juin, basée sur le mode de vie d'un Américain, un adulte ingère jusqu'à 52 000 microparticules de plastique par an, auxquelles s'ajoutent 90 000 supplémentaires s'il boit uniquement de l'eau en bouteille (et 4 000 s'il se contente de l'eau du robinet).

Parmi les autres produits de consommation analysés, les fruits de mer sont aussi vecteurs de plastique. Une étude publiée en janvier 2017 par l’université de Gand, en Belgique, a montré que les consommateurs de produits de la mer (poissons, fruits de mer…) absorbent jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année. Si 99 % de ces microparticules traversent le corps humain, les 1 % restant sont absorbés par les tissus corporels. La bière et le sel sont aussi concernés. 

Et si l'on prend en compte la pollution de l'air, et donc l'inhalation, ce chiffre passe à 121 000. Ces estimations variant individuellement selon le mode et le lieu de vie, ajoutait cette étude parue dans la revue Environmental Science and Technology.

Le gouvernement a saisi l'Agence de sécurité sanitaire 

Pour le WWF, "c'est un signal d'alarme pour les gouvernements : les plastiques ne polluent pas juste nos rivières et océans, ils ne tuent pas seulement la vie marine, mais ils sont en chacun d'entre nous", souligne Marco Lambertini, directeur général du WWF International, dans un communiqué.

Face à la situation, le gouvernement a annoncé avoir saisi l'Agence nationale de sécurité sanitaire, l'Anses. "J'ai saisi l'Anses pour qu'elle lance une étude détaillée approfondie pour savoir clairement ce qu'il en est pour les Français", a déclaré sur RMC, Brune Poirson, secrétaire d'État à la Transition écologique, "je veux fonder tout mon travail sur la science, je ne sais pas si cette étude est vraie, pas vraie, a tort". 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Metaleurop nord nicod

Quinze ans après la fermeture de l'usine Seveso MetalEurop, l’État attaqué pour préjudice écologique

Quelques jours après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, la polémique autour des sites Seveso se poursuit. Dans le Pas-de-Calais, la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin a déposé un recours contre l'État pour préjudice écologique après la fermeture de l'usine Seveso MetalEurop. Une...

Les 20 entreprises qui emettent un tiers des emissions mondiales

Chevron, Shell, Total… Ces 20 entreprises qui émettent un tiers des émissions de CO2 mondiales

Elles sont seulement vingt et émettent 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le Guardian vient de publier une vaste enquête révélant le nom de ces vingt entreprises, toutes du secteur de l'énergie, qui ont émis 480 milliards de tonnes de CO2. Dans le top 3 on retrouve Saudi Aramco, Chevron et...

Pollution ecoles paris HEAL FCPE

Les écoles, et leurs élèves, ne sont pas assez protégés contre la pollution de l’air

Une nouvelle étude révèle que les écoles parisiennes, et leurs élèves, sont exposés à des niveaux de pollution préoccupants. En cause, le trafic routier mais aussi les nombreux chantiers que compte la capitale. Cela entraîne une hausse des crises d’asthme, mais aussi des maux de tête, des vertiges...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

L’accident de Lubrizol pointe plusieurs défaillances autour des sites Seveso en France

Si la piste criminelle n'est pas écartée pour expliquer l'impressionnante explosion de la semaine dernière à l’usine chimique de Lubrizol à Rouen, l’accident n’en démontre pas moins certaines défaillances sur les sites Seveso. Manque d'information, système d’alerte inefficace, assouplissement du...