Publié le 03 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

[Ces startups qui changent le monde] Ooho, une bulle d'eau végétale pour remplacer les bouteilles en plastique

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles start-ups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale. Chaque semaine, Novethic a décidé d’aller à la rencontre de l’une d’entre elles. Aujourd'hui, nous vous présentons la startup londonienne Skipping Rocks Lab qui a créé une bulle d'eau végétale entièrement biodégradable et comestible pour lutter contre la prolifération des déchets plastiques.

La fabrication des Ooho émet cinq fois moins de CO2 que les bouteilles en plastique.
© Skipping Rocks Lab

SOMMAIRE

Elles s’appellent Ooho et ces petites bulles d’eau pourraient bien révolutionner le commerce du plastique. Inventées par la startup londonienne Skipping Rocks Lab, ces sphères de la taille d'une balle de ping-pong contiennent de l'eau enfermée dans une fine membrane biodégradable et comestible à base d’algues et de plantes.

Le but ? Offrir une alternative aux canettes, gobelets et bouteilles en plastique très polluantes. "La consommation de ressources non renouvelables pour la fabrication d’une bouteille à usage unique et la quantité de déchets générés est profondément insoutenable", expliquent les fondateurs de la start-up, trois étudiants du Royal College of Art. 

En 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans 

En 50 ans, la production mondiale de plastique a explosé de 2 000 %,  passant de 15 millions de tonnes à 311 millions ! Et les deux tiers finissent dans la nature. Particulièrement dans les océans. La fondation Ellen Macarthur estime qu’à ce rythme, d’ici 2050, il y aura dans l’océan plus de plastiques que de poissons.

D'où l'idée de créer des Ooho. Ces dernières contiennent pour l'instant une gorgée d'eau soit 4cl mais leur pellicule est extensible. On peut les boire en faisant un trou dans la sphère et en versant l’eau dans la bouche. La membrane est en effet biodégradable et se dissout sous 4 à 6 semaines, comme un fruit. Le consommateur peut aussi ingérer la sphère dans sa globalité. 

Utiliser ces bulles d'eau dans les marathons ou à la pause déjeuner 

"Notre but est de trouver des endroits qui utilisent le plastique pour de très courte durée, moins de 5 minutes, et où il n'y a pas vraiment de raison de créer un déchet qui va prendre des centaines d'années à disparaître", explique au micro de France Inter le français Pierre-Yves Paslier, co-fondateur de la startup. 

Pour l’instant ces bulles sont testées lors de grandes manifestations comme des marathons. Mais l'ambition de Skipping Rocks Lab est d'en proposer en accompagnement d'un sandwich, à la pause déjeuner, à la place d'une bouteille en plastique.

Une machine à "embuller" sur place 

Afin de ne pas reproduire un système à grande échelle à fort impact environnemental, Skipping Rocks Lab mise sur la vente de machine à "embuller". Similaire à une machine à café, les restaurateurs pourraient s'en servir pour créer eux-mêmes leur Ooho. 

Cette solution, entièrement en circuit court, permettrait de rejeter 5 fois moins de CO2 que les bouteilles en plastique, de consommer 9 fois moins d'énergie que le PET et coûtent moins cher, assurent les fondateurs de la start-up. 

Marina Fabre@fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Ces startups qui changent le monde] Woodoo rend le bois aussi solide que le béton

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] 1083 relance le jean made in France

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Avec Circul’r, l’économie tourne rond

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Avec Lita.co, soyons tous investisseurs responsables

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles start-ups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Plastique Ocean

Lutte contre la pollution plastique : les dirigeants mondiaux s'accordent pour rédiger un traité "historique"

175 pays, réunis par l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement (ANUE) ont voté une résolution ouvrant la voie à un traité mondial de lutte contre la pollution plastique. Ce texte juridiquement contraignant est considéré comme la principale avancée en matière d'environnement depuis l'accord...

Vetements pollution hugo clement Winter productions

"Où finissent nos vêtements ?" : sur France 5, le documentaire qui révèle les dessous de la filière du don

Des vêtements donnés à la Croix-Rouge qui finissent sur des plages du Ghana, polluant l'océan et les écosystèmes. Dans un nouveau numéro du documentaire "Sur le front" diffusé le 19 décembre sur France 5, le journaliste Hugo Clément remonte la filière peu reluisante des vêtements de seconde main. Au...

Stocamine : l’enfouissement définitif des déchets dangereux voté "en catimini" par les députés

Cette annonce sonne comme un clap de fin. Les députés ont voté pour un amendement qui permet le stockage des déchets de stocamine pour une durée illimitée. Une annonce qui a déclenché l'ire d'associations environnementales et d'élus alsaciens, qui accusent le gouvernement d'avoir fait voter la...

Photo Montagne de dechets dans le deset d Atacama

Au Chili, des montagnes de vêtements usagés en plein désert

Symboles de la "fast fashion" mondialisée, ces décharges sauvages d’habits situées en plein désert d’Atacama au Chili polluent l’air et les nappes phréatiques de la région. Un problème grandeur nature difficile à résoudre.