Publié le 28 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

Les tempêtes de sable, l’autre conséquence désastreuse du réchauffement climatique et des conflits armés

Il y a les ouragans, les canicules, les inondations... Mais aussi les tempêtes de sable. Les scientifiques s'inquiètent de la multiplication et l'intensification de ces phénomènes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Certains l'attribuent aux conflits armés, qui rendent les terres arides. D'autres y voient une conséquence du réchauffement climatique. Dans tous les cas, les impacts sont catastrophiques sur la santé et l'économie. 

À Khartoum, capitale du Soudan, les tempêtes de sable sont de plus en plus fréquentes.
@AbdullahUluyurt/AnadoluAgency/AFP

C’est un phénomène spectaculaire. En quelques minutes, une tempête de sable ou de poussière peut littéralement engloutir une ville et la plonger dans le noir complet. La circulation est coupée, les vols annulés et les habitants calfeutrés. Or, ces événements météorologiques se multiplient mais ils sont moins visibles que les inondations et les ouragans.

"Au Moyen-Orient, la fréquence et l’intensité des tempêtes de sable et de poussière ont considérablement augmenté ces quinze dernières années", indique Enric Terradellas, analyste à l’Organisation mondiale météorologique. 

Les conflits armés, facteur d'aggravation

Sur ce sujet, les scientifiques n’ont pas trouvé de consensus. Pour certains, les conflits armés seraient un facteur d’aggravation. "Ces conflits sont porteurs de destruction urbaine et donc de poussière", avance Bastien Alex, chercheur à l’Institut relations internationales et stratégiques. De même, avec l’exode des populations, les activités agricoles sont laissées à l’abandon. Au Moyen-Orient, la végétation a reculé de 30 % en 15 ans.

En Irak, on pointe notamment du doigt les mesures de Sadam Hussein qui, dans les années quatre-vingt-dix, a drainé les marais du sud pour isoler ses ennemis. Résultat : la terre est aride et très volatile. Depuis, le pays est particulièrement touché par les tempêtes de sable et de poussière. L’ONU en prévoit 300 par an dans la zone dans les années à venir.

Les tempêtes de sable vont s'aggraver

Des justifications "exagérées" selon une étude publiée en 2016 par des chercheurs américains. "Le climat, et non pas les conflits, explique les tempêtes de poussières extrêmes au Moyen-Orient", tranche Elie Bou-Zeid, professeur associé d’ingénierie civile et environnementale à Princeton. "Les conditions climatiques comme une hausse des températures et des périodes de sécheresse peuvent expliquer ces événements", abonde François Dulac, chercheur au CEA, Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. 

Aujourd’hui, 50 % de la poussière de désert vient du Sahara. En un siècle, ce désert s’est étendu de 10 %. "Cette extension peut s’expliquer à deux tiers par un cycle naturel et un tiers par le réchauffement climatique d’origine anthropique", explique l’IRIS, citant une étude du Journal of climate. Et c’est peut-être la clé du problème : les causes de l’augmentation des tempêtes de sable sont multifactorielles.

13 milliards de dollars de PIB perdus 

"La poussière et le sable qu’ils proviennent du Sahara ou des vents du désert d’Arabie, peuvent capter et transporter des matériaux biologiques tels que des bactéries (…). La poussière peut transporter des matériaux comme des pesticides, herbicides, métaux lourds et des matières radioactives utilisés par les militaires", explique le professeur Andrew Goudie, chercheur à l’Université d’Oxford. Il note ainsi un niveau d’asthme plus élevé chez les populations sujettes à ces phénomènes.

Par ailleurs, l’ONU estime qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, environ 13 milliards de dollars de PIB sont perdus chaque année en raison des tempêtes de poussière et de sable. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Macron G7 biarritz Elysee

Paix, économie et écologie : Le monde est à un point de bascule, assure Emmanuel Macron en amont du G7

Initialement axé sur la lutte contre les inégalités, le G7, organisé le 24 et 25 août à Biarritz en France, s’ouvre à tous les enjeux mondiaux, dont celui de l’environnement qui avait été jusque-là mis de côté. Mais les incendies en Amazonie ont remis ce sujet sur le devant de la scène. Dans une...

Nasa amazonie Bresile incendie Nasa

La "crise internationale" des feux en Amazonie s’invite au G7

Si le G7 qui se déroule les 24 et 25 août en France a pour thème principal la lutte contre les inégalités, la question climatique et environnementale va y prendre sa place en force en raison des incendies qui ravagent depuis près de trois semaines la forêt amazonienne. C’est du moins le souhait...

Glacier islande Okjokull plaque JeremieRichard AFP

[Vidéo] L’Islande commémore la disparition de son premier glacier à cause du réchauffement climatique

C'était un des 400 glaciers d'Islande. Okjökull a perdu presque toute sa glace en une trentaine d'années en raison du réchauffement climatique. Les scientifiques lui ont rendu hommage via une plaque commémorative adressée aux générations futures. Leur but est d'éveiller les consciences et d'alerter...

Extinction rebellion climat

Extinction Rebellion : quand des millionnaires financent la désobéissance civile pour le climat

Les militants d'Extinction Rebellion ont reçu un soutien de poids. Plusieurs investisseurs et philanthropes américains viennent de créer un fonds pour soutenir la désobéissance civile sur le climat. Un don de près de 550 000 euros a été effectué. Si aux États-Unis et au Royaume-Uni le mouvement se...