Publié le 29 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

[Tour du monde de l’adaptation] Les Philippines, laboratoire de résilience face aux catastrophes climatiques

Cet été, Novethic vous propose un tour du monde un peu particulier afin d’aller voir comment certaines régions s’organisent pour faire face aux premiers impacts du changement climatique. C’est ce qu’on appelle l’adaptation, dans le jargon diplomatique onusien. Un sujet bien trop longtemps négligé mais incontournable face à la montée de risques nouveaux. Aujourd’hui, nous nous envolons pour les Philippines. Dans cet archipel régulièrement frappé par des typhons, le plan d'adaptation mis en place repense toute la gestion des écosystèmes locaux.

ICSC Guiuan Samar Dec 2018 Dimatatac 01
Les Philippines font partie des pays les plus frappés par des événements climatiques extrêmes.
AC Dimatatac/ICSC

PhilippinesLe 8 novembre 2013, la ville de Guiuan, située sur l’île de Samar, est dévastée par l’œil du super-typhon Haiyan et ses vents à 230 km/h. Alors que 70 % la population vit dans des habitats précaires près des côtes, les dégâts humains et matériels sont considérables. Dans les champs, des milliers de cocotiers, principale ressource des habitants de la région avec la pêche, sont à terre. À peine six ans plus tard, à la veille de Noël, le typhon Phanfone a ravivé le traumatisme de 2013 en suivant une trajectoire similaire. Avec le changement climatique, la fréquence des typhons de plus forte puissance pourrait s’accroître dans les prochaines décennies alors que le pays compte déjà parmi les plus touchés par les événements extrêmes.

Pour y faire face, les Philippines ont élaboré un plan d'adaptation qui vise à la fois à "atteindre une sécurité alimentaire par une gestion rationnelle des écosystèmes" et à "sécuriser les ressources en eau en améliorant la gestion des systèmes d’approvisionnement" selon Climate Chance (1). Agro-foresterie, protection des zones humides, création de nouveaux codes de l’environnement, contrôle de l’érosion côtière, désalinisation, récupération des eaux de pluies, suivi des pêches locales, relocalisation des habitations côtières : il s’agit de lutter contre des décennies de mauvaises pratiques tout en prenant à bras-le-corps la question du changement climatique.

Résilients par la force des choses

"Nous pouvons subir jusqu’à une vingtaine de typhons par an, alors, face à ces désastres à répétitions, nous n'avons pas eu d'autre choix que d'apprendre à être résilients", témoigne Kairos Dela Cruz, de l’Institut pour le climat et les villes durables (ICSC). "Avant, à la suite du passage d'un typhon, nous reconstruisions nos routes à l’identique. Désormais, nous imaginons des infrastructures plus durables, qui nécessitent davantage d’investissements mais qui résisteront aux prochaines catastrophes. En outre, la population est de plus en plus sensible au changement climatique. Elle ne demande qu’à agir mais il nous manque les moyens financiers et les solutions technologiques", ajoute-t-il.

Les Philippines sont particulièrement engagées dans la lutte contre le changement climatique. En 2015, le pays avait signé avec la France "l’appel de Manille" afin de parvenir à faire adopter l’Accord de Paris. Cette déclaration visait à dépasser les clivages Nord-Sud, qui pèsent sur les négociations internationales, en défendant le principe de "responsabilités communes mais différenciées". Plus récemment, la Commission philippine des droits humains a statué sur le fait que les entreprises exploitant les énergies fossiles peuvent être considérées comme légalement responsables des atteintes aux droits humains liées au changement climatique, créant un précédent juridique majeur et ouvrant la voie à des actions en justice. 

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Cette série est réalisée en collaboration avec Climate Chance qui a publié, en 2019, un cahier spécial sur le bilan des actions d'adaptation à travers le monde d'où sont tirés les exemples développés. 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Emissions CO2 FranckWagner

Le manque d’engagement des pays sur les émissions de CO2 conduit le monde à un réchauffement de 2,7°C, alerte l’ONU

À quelques semaines de la prochaine COP26 sur le climat, l’ONU s’alarme. Les pays, qui devaient prendre de nouveaux engagements en matière d’émissions de CO2, tardent. Si 113 pays ont renforcé leurs ambitions, cela concerne moins de la moitié des émissions mondiales. En l’état, le monde va largement...

Football tottenham CCO

[Bonne nouvelle] Un match de football neutre en carbone, pour la beauté de l’écogeste

La rencontre de football entre Tottenham et Chelsea du 19 septembre doit faire entrer un peu plus les questions environnementales dans le monde du sport. Ce match de première ligue anglaise a l’ambition d’être le premier neutre carbone. Pour cela, les deux clubs invitent les spectateurs à adopter...

Manifestation climat australie JennyEvans Getty AFP 01

L'éco-anxiété, un moteur de mobilisation pour sauver la planète

Colère, tristesse, abattement… Une nouvelle étude révèle l’accélération du phénomène d’éco-anxiété, l’inquiétude liée à la crise écologique, chez les jeunes du monde entier. Si ce phénomène paraît dramatique de prime abord, il est porteur d’espoir tant la nouvelle génération a une conscience aigüe...

080 Quentin Hulo / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP Congrès UICN

Congrès de la nature 2021 : un bilan salué malgré des réserves

Après une semaine intense de négociations et de conférences, le Congrès de la nature a pris fin. Le bilan général est positif : les 1 200 membres de l'UICN ont voté une vingtaine de motions qui doivent rehausser l'ambition en matière de protection de la biodiversité. Pour la première fois, les...