Publié le 05 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Les États-Unis se retirent officiellement de l’Accord de Paris, niant l’urgence climatique

Trois ans jour pour jour après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, les États-Unis ont officialisé leur sortie du traité, conformément aux règles juridiques. Si cette annonce ne change finalement pas grand-chose, Donald Trump ayant largement détricoté les mesures environnementales prises par son prédécesseur, elle envoie un mauvais signal à la communauté internationale qui doit se retrouver dans un mois pour la COP 25 à Madrid.

Climate strike new york greenpeace
L'annonce des États-Unis va à l'encontre de la mobilisation internationale des jeunes pour le climat.
@Greenpeace

Sans surprise, les États-Unis quittent officiellement l’Accord de Paris sur le climat, ratifié par la quasi-totalité de la communauté internationale. Cette promesse de campagne confirmée en juin 2017 s’est traduite par une notification officielle adressée au secrétariat général des Nations unies, lundi 4 novembre, soit trois ans jour pour jour après l’entrée en vigueur de l’Accord. Sur un plan juridique, les États-Unis ne pouvaient le faire avant.

Mais tout n’est pas encore joué pour autant car il faudra encore patienter un an avant la sortie effective du traité, soit – hasard du calendrier – au lendemain de l’élection présidentielle américaine qui aura lieu le 3 novembre 2020. Ce qui fait dire à Pascal Canfin, eurodéputé, que "si Donald Trump n’est pas réélu, les États-Unis pourront revenir à temps dans l’accord et mettre fin à cette parenthèse irresponsable". En cas de victoire d’un démocrate, ce dernier pourrait réintégrer l’accord dès son investiture, le 20 janvier 2021.

"Trump se fiche de la science"

La France a déclaré "regretter" cette décision. Cette notification faite lundi par Washington était "un élément de procédure qui était attendu". Néanmoins, "nous le regrettons et cela rend encore plus nécessaire le partenariat franco-chinois sur le climat et la biodiversité", a indiqué la présidence française alors qu'Emmanuel Macron est en visite en Chine.

"L’administration Trump montre qu’elle se fiche de la science et de l’économie" a réagi Andrew Steer, président du World Resources Institute. "Elle est mue par une vision obsolète datant du siècle précédent, quand on croyait que l’action climatique était coûteuse et détruirait des emplois. Nous savons maintenant que les mesures climatiques intelligentes, qui sont mises en œuvre dans le cadre de l’accord de Paris, favorisent une plus grande efficacité économique et stimulent l’innovation."

"Cette annonce envoie un mauvais signal aux autres nations : la plus grande économie du monde ne prend pas au sérieux la crise climatique, à un moment où nous devons absolument aller plus loin et plus vite pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre" a également prévenu le WWF.  

La société civile américaine reste dans l'Accord

Tous les adversaires démocrates potentiels de Donald Trump se sont engagés à revenir dans l’Accord et la coalition "We are still in" lancée en juin 2017, et forte de 25 États, 430 villes, et de centaines d’universités et d’entreprises, clame haut et fort qu’elle fait encore partie du traité. Elle représente 65 % de la population américaine et 68 % de l’économie. "L’abandon de l’accord de Paris est une abdication de leadership à laquelle une majorité d’Américains est opposée", a ainsi déclaré Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York qui coordonne l’initiative.

À ce jour, aucun autre pays n’a suivi la voie des États-Unis. La Russie a même ratifié le texte en septembre dernier lors du sommet pour l’action climatique de New York, portant le nombre de parties à l’Accord à 187 (sur 195 signataires). Mais l’annonce faite par les États-Unis, à un mois de la COP 25 risque d’enrayer la dynamique internationale. L’Arabie Saoudite a, à plusieurs reprises ces derniers mois, remis en question les conclusions scientifiques du rapport 1,5°C du Giec. Et l’Australie a décidé de ne pas renouveler sa contribution au Fonds vert pour le climat, suivant l'exemple américain.

Concepcion Alvarez @conce1   


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...

Julien Vidal Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : rencontre avec Julien Vidal, ambassadeur du changement

Aujourd'hui, le podcast #LesEngagés part à la rencontre de Julien Vidal, l'auteur du best-seller "Ça commence par moi". Le trentenaire a changé de voie et décidé d'entamer sa propre transition écologique qu'il partage via différents médias. Il n'hésite pas à multiplier les projets pour sauver la...

La timide feuille de route du gouvernement pour réduire l'empreinte environnementale du numérique

Ces derniers mois, les rapports dénonçant l'empreinte écologique du numérique se sont multipliés, sur fond de polémique autour de la 5G et du renouvellement des téléphones. Le gouvernement a rétorqué avec une feuille de route qui s'attaque à la durée de vie des terminaux, à la consommation des...