Publié le 20 février 2021

ENVIRONNEMENT

[Science] La fonte des glaces s’accélère depuis trente ans et rejoint les pires scénarios du GIEC

Une étude publiée dans la revue scientifique The Cryosphere a dressé un bilan alarmant : ces trois dernières décennies, la fonte des glaces s'est accélérée de 65%. L'évolution des calottes glaciaires suit désormais les pires scénarios du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Avec des effets directs et indirects qui nous plongent au cœur d'un cercle vicieux.

IStock Mlenny Arctique
Les glaces de l'océan Arctique sont les plus touchées.
Mlenny / Istock

Les scientifiques observent depuis les années 80 que de la quantité de glace diminue progressivement sur Terre. Ils savent désormais que la fonte s’est accélérée de 65% ces trois dernières décennies. Le phénomène a été mis en avant dans une étude réalisée par l'Université de Leeds et parue dans la revue scientifique The Cryosphere en janvier 2021. Elle est la première à passer en revue la fonte des glaces à l’échelle mondiale. Avec un constat alarmant :  "Les calottes glaciaires suivent maintenant les pires scénarios de réchauffement climatique définis par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat" a alerté Thomas Slater, chercheur à l'Institut des sciences et du climat de l'Université de Leeds. Ces épaisses couches de glace terrestres jouent un rôle essentiel dans la stabilisation du climat en réfléchissant les rayons du soleil.

Les scientifiques ont suivi l'évolution des calottes glaciaires, des glaces dérivant dans l’Arctique et quelques 215 000 glaciers de montagne par le biais d'images satellites. Sans surprise, tous les sites étudiés ont été atteints, avec une perte totale de glace estimée à 28 000 milliards de tonnes entre 1994 et 2017. La région la plus touchée reste l’océan Arctique, avec 7 600 millions de tonnes disparues, et des plates-formes de glace de l'Antarctique, avec 6 500 millions de tonnes. Est directement pointée du doigt l'augmentation de la température de l'atmosphère et des océans.

Des conséquences directes et indirectes

La fonte des glaces a des effets à la fois directs et indirects. Elle a déjà entraîné une hausse du niveau de l’océan de 35 millimètres. "L'élévation du niveau de la mer à cette échelle aura des effets très graves sur les communautés côtières au cours de ce siècle" ajoute le chercheur.  Et pour cause : il est estimé que pour chaque centimètre, environ un million de personnes risquent d'être déplacées des terres basses. La fonte des glaciers de montagne met également en danger les réserves en eau des populations locales.

Elle entraîne aussi des réactions en chaîne. "L'un des rôles clés de la glace de mer arctique est de refléter le rayonnement solaire dans l'espace, ce qui aide à garder l'Arctique frais, explique Isobel Lawrence, chercheuse au Centre d’observation et de modélisation polaire de Leeds. "À mesure que la glace de mer se rétrécit, davantage d'énergie solaire est absorbée par les océans et l'atmosphère, ce qui fait que l'Arctique se réchauffe plus rapidement que partout ailleurs sur la planète. Non seulement cela accélère la fonte des glaces de mer, mais cela aggrave également la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, ce qui fait monter le niveau de la mer", ajoute la chercheuse. Un cercle vicieux qui s’emballe, alors que l'année 2020 a été déclarée comme la plus chaude jamais enregistrée, à égalité avec 2016.

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ultime réunion de la Convention citoyenne pour le climat pour évaluer la future loi issue de leurs travaux

Après des mois de travaux de la Convention citoyenne pour le climat, arrive l'heure du bilan : ses 150 membres se pencheront de vendredi à dimanche sur les réponses faites par le gouvernement à leurs propositions et les suites à tirer de cette expérience inédite.