Publié le 20 novembre 2021

ENVIRONNEMENT

La Bretagne lance sa filière de transport maritime à voile

À l'abordage ! La Bretagne se lance à l'assaut d'une toute nouvelle filière : le transport maritime à voile. La région entend devenir pionnière en la matière. Un créneau prometteur, dans un contexte où le secteur du transport maritime s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050. 150 entreprises bretonnes ont déjà répondu à l'appel.

Voilier cargo Grain de Sail @graindesail
Le voilier cargo Grain de Sail est parti de Saint-Malo le 10 novembre pour transporter des bouteilles de vin jusqu'aux États-Unis. Dans trois mois, il sera de retour en Bretagne chargé café et du cacao.
@Grain de sail.

Le jour était symbolique. À l’occasion du départ le 10 novembre du voilier-cargo Grain de Sail des quais de Saint-Malo pour New York, avec à bord, 10 000 bouteilles de vins bio, la région Bretagne a annoncé le lancement d’une nouvelle filière de transport maritime à propulsion par le vent (PPV). Plus de 150 entreprises des secteurs de la construction navale, de la voile de compétition ou encore des énergies marines ont d'ores et déjà répondu à l'appel. 

"Nous avons senti déjà depuis quelques années que le sujet de la voile était un sujet ô combien passionnant pour l'avenir de la Bretagne", s'est félicité Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne en lançant la nouvelle filière devant les acteurs de cet écosystème émergent. Il s'agit "de développer notre activité économique, de développer des emplois partout en Bretagne en décarbonant notre économie, c'est l'urgence", a-t-il assuré, en annonçant pour début 2022 la publication d'une feuille de route pour la filière.

Des entreprises d'ores et déjà investies

Le poids économique du secteur, appelé à croître rapidement, est évalué à 28 millions d'euros de chiffres d'affaires et 155 emplois, selon un rapport réalisé par l'agence régionale Bretagne développement innovation (BDI). "Les résultats de cette étude viennent confirmer l'émergence d'un marché prometteur du transport maritime propulsé par le vent et sa forte accélération avec des projets matures", a noté Carole Bourlon, responsable grands programmes structurants à l'agence BDI.

La publication montre que 156 entreprises bretonnes se tournent vers ce secteur : 61 ont déjà une activité commerciale sur ce marché et 95 autres s'y intéressent fortement. La majorité d'entre elles sont spécialisées dans la fabrication d'éléments ou de sous-ensembles de systèmes à propulsion par le vent, d'autres en architecture, ingénierie ou modélisation. Certaines sont des armateurs ou encore des affréteurs. Les projets pour lesquels travaillent ces entreprises concernent principalement des cargos mais aussi des navires à passagers.

Réduire l'empreinte carbone du secteur maritime

L'objectif est de contribuer à la décarbonation du secteur. Les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime représentent actuellement plus d'un milliard de tonnes par an, soit l'équivalent des émissions totales de l'Allemagne, rappelle la région Bretagne dans un communiqué. L'Organisation maritime internationale (OMI) a fixé la réduction des émissions de CO2 du secteur d'au moins 40% d'ici à 2030 par rapport à 2008 et de 50% d'ici à 2050. Pour encourager cette transformation, l’Union européenne travaille à intégrer le transport maritime dans son marché carbone. De quoi inciter les entreprises à se tourner vers des alternatives moins polluantes.

Avec une flotte commerciale mondiale de plus de 90 000 navires (vraquiers, pétroliers, porte-conteneurs...), l'enjeu au niveau mondial est de taille et traduit le potentiel de développement de la propulsion par le vent. "Le marché est extrêmement considérable", a noté Lise Detrimont, déléguée générale de l'association Wind Ship, qui vise à accélérer la transition écologique du maritime. Elle estime actuellement à une quinzaine le nombre de grands navires de charge dans le monde équipés avec des technologies de propulsion par le vent.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...