Publié le 20 novembre 2021

ENVIRONNEMENT

La Bretagne lance sa filière de transport maritime à voile

À l'abordage ! La Bretagne se lance à l'assaut d'une toute nouvelle filière : le transport maritime à voile. La région entend devenir pionnière en la matière. Un créneau prometteur, dans un contexte où le secteur du transport maritime s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050. 150 entreprises bretonnes ont déjà répondu à l'appel.

Voilier cargo Grain de Sail @graindesail
Le voilier cargo Grain de Sail est parti de Saint-Malo le 10 novembre pour transporter des bouteilles de vin jusqu'aux États-Unis. Dans trois mois, il sera de retour en Bretagne chargé café et du cacao.
@Grain de sail.

Le jour était symbolique. À l’occasion du départ le 10 novembre du voilier-cargo Grain de Sail des quais de Saint-Malo pour New York, avec à bord, 10 000 bouteilles de vins bio, la région Bretagne a annoncé le lancement d’une nouvelle filière de transport maritime à propulsion par le vent (PPV). Plus de 150 entreprises des secteurs de la construction navale, de la voile de compétition ou encore des énergies marines ont d'ores et déjà répondu à l'appel. 

"Nous avons senti déjà depuis quelques années que le sujet de la voile était un sujet ô combien passionnant pour l'avenir de la Bretagne", s'est félicité Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne en lançant la nouvelle filière devant les acteurs de cet écosystème émergent. Il s'agit "de développer notre activité économique, de développer des emplois partout en Bretagne en décarbonant notre économie, c'est l'urgence", a-t-il assuré, en annonçant pour début 2022 la publication d'une feuille de route pour la filière.

Des entreprises d'ores et déjà investies

Le poids économique du secteur, appelé à croître rapidement, est évalué à 28 millions d'euros de chiffres d'affaires et 155 emplois, selon un rapport réalisé par l'agence régionale Bretagne développement innovation (BDI). "Les résultats de cette étude viennent confirmer l'émergence d'un marché prometteur du transport maritime propulsé par le vent et sa forte accélération avec des projets matures", a noté Carole Bourlon, responsable grands programmes structurants à l'agence BDI.

La publication montre que 156 entreprises bretonnes se tournent vers ce secteur : 61 ont déjà une activité commerciale sur ce marché et 95 autres s'y intéressent fortement. La majorité d'entre elles sont spécialisées dans la fabrication d'éléments ou de sous-ensembles de systèmes à propulsion par le vent, d'autres en architecture, ingénierie ou modélisation. Certaines sont des armateurs ou encore des affréteurs. Les projets pour lesquels travaillent ces entreprises concernent principalement des cargos mais aussi des navires à passagers.

Réduire l'empreinte carbone du secteur maritime

L'objectif est de contribuer à la décarbonation du secteur. Les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime représentent actuellement plus d'un milliard de tonnes par an, soit l'équivalent des émissions totales de l'Allemagne, rappelle la région Bretagne dans un communiqué. L'Organisation maritime internationale (OMI) a fixé la réduction des émissions de CO2 du secteur d'au moins 40% d'ici à 2030 par rapport à 2008 et de 50% d'ici à 2050. Pour encourager cette transformation, l’Union européenne travaille à intégrer le transport maritime dans son marché carbone. De quoi inciter les entreprises à se tourner vers des alternatives moins polluantes.

Avec une flotte commerciale mondiale de plus de 90 000 navires (vraquiers, pétroliers, porte-conteneurs...), l'enjeu au niveau mondial est de taille et traduit le potentiel de développement de la propulsion par le vent. "Le marché est extrêmement considérable", a noté Lise Detrimont, déléguée générale de l'association Wind Ship, qui vise à accélérer la transition écologique du maritime. Elle estime actuellement à une quinzaine le nombre de grands navires de charge dans le monde équipés avec des technologies de propulsion par le vent.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...