Publié le 17 juin 2020

ENVIRONNEMENT

Journée de blocage du 17 juin contre les secteurs "toxiques"

Coincée entre la grande manifestation des soignants et des mobilisations organisées pour le dernier week-end de la Convention citoyenne pour le climat, la journée de blocage du 17 juin appelle à faire converger les luttes contre les secteurs "toxiques" pour la société. Derrière cet appel contre "la réintoxication du monde", il s'agit de nous interroger sur les industries qui doivent s'arrêter ou qu'il faudrait encore développer, en s'appuyant sur les luttes locales. 

Appel 17 juin contre la reintoxication du monde
150 collectifs participent à une journée de blocage ce mercredi 17 juin.
@Agir17Juin

Terminal pétrolier, projet d’autoroute ou d’urbanisation, centrale nucléaire, usine d’engrais de synthèse, ferme-usine de poulets, ou entrepôts Amazon, voici quelques-unes des cibles visées par l’appel du 17 juin contre la "réintoxication" du monde. 150 collectifs, organisations, syndicats, groupes de gilets jaunes et de la jeunesse climatique, zads et territoires en lutte ont rejoint la mobilisation. Parmi eux, on trouve essentiellement des groupes locaux tels que Youth For climate Lyon, Attac 44 ou encore Extinction Rebellion Marseille. Au total, une cinquantaine d’actions ont été répertoriées pour cette journée. 

"Le gouvernement parle du mois de juin comme d'une ‘nouvelle marche’ dans un déconfinement qui n'est pour lui qu'une remise en marche de l'économie et de la destruction du vivant. La seule ‘marche’ sensée c'est au contraire d'agir concrètement pour l'arrêt des secteurs de production les plus empoisonnants", écrivent les signataires de l'appel dans une tribune publiée le 20 mai. "Nous avons aperçu pour la première fois dans nos existences ce qui serait encore possible si la machine infernale s’arrêtait enfin, in extremis. Nous devons maintenant agir pour qu’elle ne se relance pas."

Qu'est-ce qu'on arrête ? 

Cette mobilisation fait écho au questionnaire publié par le philosophe Bruno Latour (1) pour nous interroger sur les activités et comportements que nous voudrions voir arrêter ou qu'il faudrait développer. "Nous invitons chacun localement à dresser de premières cartographies de ce qui ne doit pas redémarrer, de ce qui doit immédiatement cesser autour d’eux, en s’appuyant sur les cartes et luttes existantes. Il y a des industries qui ne se sont pas arrêtées pendant le confinement et qui doivent aujourd’hui cesser. Il y en a d’autres qui ont été interrompues et dont l’activité ne doit pas reprendre", écrivent les signataires.  

La stratégie adoptée ici suit une logique inverse aux mobilisations classiques organisées au niveau national. Il s’agit là de gagner des luttes locales pour changer le rapport de force dans le temps long. Avec en tête de premières victoires comme l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de l’A45 ou encore d’Europacity. Selon la plateforme Super Local (2), qui a cartographié l’ensemble des "points chauds" sur le territoire, la France compte 1 400 sites ultra-émetteurs de gaz à effet de serre ainsi que plusieurs dizaines de milliers de sites menaçant l’environnement. Autant de batailles à mener... 

Concepcion Alvarez

(2) Voir la cartographie des "points chauds" en France


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Assemblee nationale PLFR2

Loi climat : quand les amendements nourrissent les manœuvres politiques

Généralisation de l'écoconception du numérique, obligation de publication de l'empreinte carbone des entreprises... Certains amendements du projet de loi Climat et résilience ont été jugés irrecevables en raison d'une "absence de lien direct ou indirect avec la loi" par la Commission spéciale...

Climat pression deputes iStock ndrii Yalanskyi

Loi Climat et résilience : les forces qui vont peser dans le débat parlementaire

Depuis lundi 8 mars, les députés débattent des 69 articles de la loi Climat et résilience pour un examen en plénière prévu le 29 mars. Le gouvernement espère un vote définitif avant la fin de l’été. Mais les élus ont encore plus fort à faire : plus de 5 000 amendements ont été déposés. La...

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...