Publié le 22 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

Grand débat national : les questions sont biaisées sur la transition écologique selon les experts

Pas de question sur l'alimentation durable, les déchets, une transition écologique conditionnée à la compétitivité économique... les questions posées dans le grand débat national sur le thème de la transition écologique sont trop orientées estiment plusieurs experts. Une semaine seulement après son lancement, le grand débat national exacerbe déjà les tensions qu'il devait soulager. 

Emmanuel Macron a répondu aux questions de plus de 600 maires à Grand Bourgtheroulde, le 15 janvier, pour le lancement du grand débat national.
PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Une semaine seulement après avoir été lancé, le grand débat national est déjà sous le feu des critiques. En cause, notamment, les questions de la fiche Transition écologique auxquelles les participants peuvent répondre en ligne. Ce thème fait partie des quatre grands retenus dans les échanges.

Sur la forme d'abord, les questions sont soit très globales : "Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses aux dérèglements climatiques ?" ou "Que pourrait faire la France pour faire partager ses choix en matière d'environnement au niveau européen et international". Réponse attendue...en trois à quatre lignes ! 

Des questions contestées sur le fond et la forme

A l'inverse, certaines questions sont très fermées. Il faudra ainsi décider, avec des réponses à cocher, entre sauver en priorité le climat, la biodiversité ou le littoral. Un choix cornélien pour des sujets pourtant intimement liés.

Sur le fond, les différents thèmes restent extrêmement cloisonnés entre eux. Ainsi, la fiscalité écologique est cantonnée au thème transition écologique, sans être mentionné dans celui de la fiscalité et des dépenses publiques... 

Mais surtout, les experts dénoncent des formulations orientées. La seule question sur la protection de la biodiversité est ainsi conditionnée aux performances économiques. "Que faudrait-il faire pour protéger la biodiversité et le climat tout en maintenant des activités agricoles et industrielles compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers, notamment européens ?", interroge le formulaire en ligne.

La transition écologique, un coût plus qu'une opportunité

"La transition écologique est uniquement présentée comme un coût dont le financement pose problème. Jamais comme une source d’économies, d’emplois, d’opportunités d’activités", estime l'avocat en droit de l'environnement, Arnaud Gossement. Et ses enjeux "réduits à quelques banalités sur la voiture et le chauffage". Rien - ou presque - "sur la biodiversité, les déchets, les produits chimiques ou l’eau", étrille-t-il encore sur twitter.

Sur le même réseau social, la climatologue Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe de travail sur les sciences du climat du GIEC, fait, elle aussi, part de ses doutes sur la pertinence des questions posées. " Pas de référence au système alimentaire (agriculture - alimentation), ni de référence aux importations vis-à-vis des enjeux d’émissions de gaz à effet de serre qui ne baissent pas. Pourquoi ?", demande-t-elle.

La crainte des désillusions

Faut-il alors craindre une occasion manquée ? Le débat sur ce thème avait pourtant bien commencé. Yannick Jadot, tête de liste EELV aux élections européennes avait affirmé, la veille du lancement, que les écologistes participeraient à ce dernier. Le remplacement de Chantal Jouanno, démissionnaire de l’organisation du GDN, par Sébastien Lecornu, ancien secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, et par sa remplaçante, Emmanuelle Wargon, pouvait symboliser la place des enjeux écologiques dans le grand débat national.

Mais, pour l’instant, les experts semblent plutôt circonspects sur l'avenir de ce questionnaire, à l'instar de Jean-Marc Jancovici, fondateur et président de The Shift Project. "Tout cela sent bon l’amateurisme, la démagogie et la désillusion à venir, puisque des questions mal formulées ne pourront sûrement pas déboucher sur des réponses exploitables", dénonce-t-il sur le réseau Linkedin.

 Marina Fabre @fabre_marina

(1) sondage publié le 17 janvier par Odoxa Dentsu pour Franceinfo et Le Figaro


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...

Haut conseil pour le climat JULIEN DE ROSA AFP

Le Haut conseil pour le climat appelle à un "sursaut" de la France

C'est un appel à un "sursaut" qu'a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L'instance pointe un "risque majeur" de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition...

New normal meteoo

Réchauffement climatique : Météo France revoit à la hausse ses "normales" saisonnières

Paris prend les températures de Bordeaux, Strasbourg celles de Lyon... La mise à jour des normales de saison dessine une France plus chaude et plus sèche, particulièrement dans l'Est, et au printemps et en été. Sur la nouvelle période de référence 1990-2020, Météo-France a calculé une hausse des...