Publié le 22 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

En 20 ans, le coût des catastrophes naturelles a crû de 1 600 milliards de dollars… et la France est très impactée

L’ONU a comparé le coût économique des catastrophes naturelles depuis 20 ans aux deux décennies précédentes. Alors que celui-ci a été multiplié par 2,5, le rapport montre que l’écart d’impact entre les pays riches et pays pauvres est de plus en plus important. Par ailleurs, parmi les pays les plus touchés, la France atteint le 10e rang.

Houston Harvey WIN MCNAMEE GETTY IMAGES NORTH AMERICA AFP
En 2017, la tempête Harvey a provoqué d'importantes inondations aux États-Unis.
@WinMcNamee/GettyImages/AFP

Le Bureau de l'ONU pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR) a publié une étude sur l’occurrence des catastrophes naturelles entre 1998 et 2017 et leur impact économique. Il a ensuite comparé ces événements à ceux survenus pendant les 20 années précédentes. Il ne s’agit pas que d’anomalies météorologies (inondations, canicules, tempêtes…), mais aussi des séismes et des éruptions volcaniques.

Selon ce calcul, les catastrophes naturelles ont engendré des pertes économiques de 2 908 milliards de dollars, dont 2 245 milliards dus à des phénomènes climatiques extrêmes, soit 77 % du total. Entre 1978 et 1997, ce montant n’atteignait "que" 1 313 milliards de dollars dont 895 milliards dus au climat, soit 68 % du total. La part liée à la météorologie a donc progressé de 9 points, ce qui est un marqueur du changement climatique.

Désastre Source ONU

En valeurs absolues, les pays les plus touchés sont essentiellement les plus grandes puissances économiques. Les États-Unis arrivent en tête avec 944,8 milliards de dollars, suivis de la Chine à 492,2 milliards, le Japon 376,3 milliards, l’Inde 79,5 milliards, Puerto Rico 71,7 milliards, l’Allemagne à 57,9 milliards, l’Italie à 56,6 milliards, la Thaïlande 52,4 milliards, le Mexique à 46,5 milliards et la France à 43,3 milliards.

Des pays pauvres surexposés

Ce sont les tempêtes et les inondations qui placent l’Hexagone, ainsi que deux autres pays européens, dans le top 10. Et la tendance va continuer puisque les inondations dans l’Aude mi-octobre viennent déjà d’être chiffrées à 200 millions d’euros par les autorités.

Dégâts par pays source ONU

Mais si on calcule ces dégâts en part de PIB perdu chaque année, le classement change avec Haïti en première place. Le pays des Caraïbes a perdu en moyenne 17,5 % de son PIB annuellement à cause d’événements extrêmes ! Suivent Puerto Rico à 12,2 %, la Corée du Nord à 7,4 %, le Honduras 7 %, Cuba 4,6 %...

Outre les pertes économiques, ces désastres se mesurent aussi en vies humaines. Dans les pays à faible revenu, en moyenne, 130 personnes par million sont décédées dans des zones touchées par une catastrophe, contre seulement 18 dans les pays à revenu élevé, rapportent les auteurs. Sur cette période, ces événements ont provoqué 1,3 million de décès et des centaines de millions de sans-abris.

Fonds de protection

Pour Debarati Guha-Sapir, directeur du CRED (Centre for Research on the Epidemiology of Disasters), "ce rapport met en lumière le fossé qui sépare les riches et les pauvres en matière de protection. Ceux qui souffrent le plus du changement climatique sont ceux qui contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre. Les pertes économiques subies par les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur ont des conséquences dramatiques sur leur développement futur".

Alors que l’ONU produisait cette étude, la Banque mondiale a justement annoncé un nouveau fonds de 150 millions de dollars pour aider à assurer les pays exposés aux risques de catastrophes naturelles provoquées par le changement climatique. Baptisé Global Risk Financing Facility (Grif), il est abondé par des fonds allemands et britanniques.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

EtudiantsPolytechniqueclimat jpg

Climat : pour modifier le scénario business as usual, il faut reprogrammer les cerveaux !

Les journées du 15 au 16 mars ont mobilisé massivement la jeunesse mondiale pour appeler nos dirigeants à agir face à l’urgence climatique. Mais cette demande, aussi pressante soit-elle, ne suffit pas à réorienter les flux financiers vers un monde durable, tant les vents contraires sont puissants....

Arbres forets australie changement climatique puits carbone

[Bonne nouvelle] L’Australie veut planter un milliard d’arbres d’ici 2050 pour réduire son empreinte carbone

Le pays, qui subit très fortement les impacts du changement climatique, vient d’annoncer un vaste plan de reforestation. L'Australie prévoit de planter un milliard d’arbres d’ici 2050 pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Une étude...

Canicules sous marines ocean Andrey Kuzmin 01

[Science] Invisible pour l’Homme, les canicules marines dévastent déjà la faune

Alors que l’Humanité se concentre sur les vagues de chaleurs à Terre, les canicules océaniques, plus puissantes et plus fréquentes, passent presque inaperçues. Pourtant, elles ont déjà endommagé les écosystèmes du monde entier et devraient à l'avenir s'avérer encore plus destructrices.

Photo greve climat paris 150319

Grève des jeunes pour le climat : "on préfère sécher plutôt que griller !"

Ils étaient 30 000 à 40 000 jeunes à défiler ce vendredi 15 mars à Paris et près de 150 000 partout en France pour la grève mondiale pour le climat lancée par la jeune Suédoise Greta Thunberg. À travers le monde, 120 pays se sont mobilisés. Les journalistes de Novethic ont suivi le cortège parisien....