Publié le 11 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

COP24 : ces quelques pays qui bloquent le monde face au changement climatique

La seconde semaine de la COP24 à Katowice, en Pologne, s’annonce décisive. 124 ministres du monde entier sont arrivés pour trancher les derniers éléments de la mise en œuvre de l’Accord de Paris mais surtout relever l’ambition climatique des États. Au programme de ces mardi 11 et mercredi 12 décembre, le dialogue de Talanoa et le discours de la secrétaire d’État française Brune Poirson.

Preston Wells Griffith, le conseiller du président américain à l'Énergie, a tenu un discours sur les énergies fossiles lundi 10 décembre à la COP24.
@ Monika Skolimowska / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance / AFP

"Sans ambition et sans actions concrètes pour faire face à la crise climatique, le plus merveilleux Rulebook du monde n’y changera rien", lance la chercheuse Jennifer Tollmann, du think tank E3G, en référence aux négociations en cours à la COP24 de Katowice en Pologne. Elles sont rentrées dans le dur cette semaine avec l’arrivée sur place de 124 ministres du monde entier. Ceux-ci n’ont plus que quelques jours pour espérer arriver à un accord.  

Concernant le Rulebook de l'Accord de Paris, de nombreux éléments techniques ont été tranchés et le texte a largement été épuré. Reste désormais à débattre des notions de différenciation et de flexibilité laissée au pays en voie de développement pour l'atténuation, des délais d'adoption des mêmes règles par tous les pays ou encore de l'intégrité environnementale des marchés du carbone.  

Pas d'endossement du rapport du Giec sur 1,5°C

Quant à la question de l’ambition, au cœur des discussions mardi 11 et mercredi 12 décembre avec l’ouverture du Dialogue de Talanoa, la déception est pour l’instant de mise. Les États-Unis, la Russie, l'Arabie Saoudite et le Koweït se sont opposés samedi dernier à ce que le Rulebook fasse référence au Rapport spécial du Giec sur un monde à 1,5°C. Ils ont rejeté la mention "d'un accueil favorable" du rapport par les parties, et l'ont remplacé par "prennent note". Sans consensus, le texte ne fait pour l'instant pas référence au Giec.

En octobre dernier, lors de la publication de ce rapport, l’Arabie saoudite et les États-Unis avaient déjà tenu à rajouter des commentaires spécifiques refusant par exemple de mentionner l’Accord de Paris dans le texte. De quoi faire enrager la scientifique française Valérie Masson-Delmotte, l’une des auteures du rapport. 

 

Pas de groupe de travail sur l'ambition

À l’ouverture de la COP24, quatre anciens présidents de la COP - Frank Bainimarama (Fidji - COP23), Salaheddine Mezouar (Maroc - COP22), Laurent Fabius (France - COP21) et Manuel Pulgar Vidal (Pérou - COP20) - avaient lancé un appel aux armes : "le monde est à la croisée des chemins et une action décisive dans les deux prochaines années sera cruciale pour affronter les menaces imminentes liées au changement climatique". "Tout retard ne fera que rendre plus difficile et plus coûteuse la réponse au changement climatique", avertissent-ils.

Lundi 10 décembre, lors d’une conférence de presse, l'ancien ministre français Laurent Fabius a rappelé que le succès de cette 24e conférence onusienne sur le climat dépendait "de la volonté politique" des États et "de leur vision à long terme d’une transition écologique et juste pour construire le monde de demain". Mais les ONG déplorent le manque criant de leadership polonais.

"Il n'y a pas de groupe de travail sur l'ambition. Comment peut-on être Président de la COP de tous les pays du monde après le rapport du GIEC et ne pas créer de groupe chargé de définir un signal qui doit être envoyé ici pour ambition ?", lance Jennifer Morgan de Greenpeace.

Michal Kurtyka, vice-ministre polonais de l'Environnement et Président de la COP24, assure que son pays est très actif et prend ses responsabilités pour soutenir les discussions. Mais il rappelle aussi que "ce sont bien les 197 parties présentes qui sont garantes du succès de cette COP." "En cas d’échec, il s’agira bien d’un échec collectif", se dédouane-t-il d’avance.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP24 : En 2018, les émissions de CO2 sont de nouveau en hausse, boostées par la croissance de l’économie

On espérait que le pic d’émissions de CO2 dans l’atmosphère serait atteint afin de limiter le réchauffement planétaire. Malheureusement, la croissance économique entraîne des besoins énergétiques importants assurés par les énergies fossiles. La Chine en particulier accroît son recours au...

COP24 : cinq défis à relever pour espérer atteindre les objectifs de l'Accord de Paris

Jusqu’au 14 décembre, les 197 parties à la Ccnucc, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, se retrouvent à Katowice, en Pologne, pour la COP24. L’enjeu est de taille puisque trois ans après l’adoption de l’Accord de Paris, il s’agit d’adopter officiellement...

COP24 : la Pologne tente d’imposer sa vision d’une transition écologique juste

Les discussions à Katowice ce lundi 3 décembre vont porter sur une transition juste. La Pologne, qui accueille la COP24, la 24e conférence onusienne sur le climat, entend faire signer aux 30 chefs d'États présents une déclaration sur la "Transition Juste". Le pays est particulièrement...

Talanoa, Rulebook, Transition juste... Sept mots-clés à connaître pour comprendre la COP24

L’avenir de l’Accord de Paris se joue en ce moment à Katowice en Pologne. Les 197 parties à la Ccnucc, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, y sont réunies jusqu’au 14 décembre pour la COP24. Au programme : dialogue de Talanoa, Rulebook, financements climat...

[Décryptage] Lors de la COP24 en Pologne, "King Coal" sera à l’honneur

La COP24 ouvre ses portes le 2 décembre en Pologne. En ces terres bâties sur le charbon, parler de transition énergétique et de bilan carbone ne sera pas une mince affaire. D’autant plus que le principal sponsor de l’événement sera le premier groupe minier polonais. Une manière, on ne peut...

L’Accord de Paris brûle-t-il ?

L'Accord de Paris est en danger. À deux mois de la COP24, à Katowice en Pologne, et après la publication d’un rapport choc du Giec, la dynamique nouée à Paris en 2015 doit à tout prix être relancée. Le texte signé à la quasi-unanimité des pays membres de l’ONU en décembre 2015 est plus que...

+1,5°C dès 2030 : l’alerte choc du GIEC sur le climat

Le nouveau rapport des experts internationaux sur le climat (GIEC) est l’ultime alerte avant un monde en crise permanente. Les émissions de gaz à effet de serre ont déjà fait grimper la température mondiale de 1°C depuis la révolution industrielle. Et "il est probable" que le réchauffement...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Un quart des entreprises les plus polluantes ne reportent pas leurs émissions de gaz à effet de serre

C’est un chiffre qui a de quoi inquiéter : un quart des entreprises les plus polluantes au monde ne publient pas d’informations sur leurs émissions de gaz à effet de serre, selon une récente étude commandée par un groupe d’investisseurs. C’est pourtant la première étape indispensable pour construire...

Rennes morts arctique svalvard Siri Uldal Norsk Polarinstitutt

En Arctique, les rennes meurent de faim en raison des bouleversements climatiques

En Arctique, où la température se réchauffe à un rythme deux fois plus élevé qu'ailleurs, les rennes de la région de Svalbard, à 1 000 kilomètres du Pôle Nord, n'arrivent plus à trouver assez de nourriture. Une équipe de chercheurs estiment que 200 animaux seraient morts en raison d'un hiver plus...

[Coup de chaud] Quand le changement climatique enflamme la rue

Longtemps circonscrites aux militants écologistes, les marches pour le climat ont pris une ampleur inédite en France et dans le monde depuis un an. Les populations demandent aujourd’hui des comptes à leurs dirigeants. En 2019, le changement climatique a montré toute sa puissance. Cette semaine...

Energy observer arctique EnergyObserver

Energy Observer, le bateau-laboratoire, navigue en Arctique à "l’épicentre du changement climatique"

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, a rejoint samedi 10 août 2019 l'archipel du Svalbard, en Norvège, dans l'océan arctique. Une étape symbolique de son tour du monde, selon les organisateurs.