Publié le 28 juin 2019

ENVIRONNEMENT

Climat : La guerre est déclarée et la propagande cible la science

Dans sa dernière édition, l'hebdomadaire Valeurs Actuelles cloue au pilori ceux qu’il appelle les "charlatans de l’écologie" mêlant Greta Thunberg, Matthieu Orphelin, le Giec ou Novethic. Son crédo : "La science officielle" qui alerte sur le réchauffement climatique, n’est pas la "vraie science". Vidéo à l’appui, le journal cite des scientifiques dont ce n’est pas la discipline, qui prennent de vraies affirmations pour en tirer des conclusions tout à fait fausses. Ce mode de propagande est en train de se répandre. Il est dangereux parce qu’il sème le doute.

La couverture de la dernière édition de Valeurs Actuelles dénonce le totalitarisme écologique.
@ValeursActuelles

Jeudi 27 juin, Valeurs Actuelles a mis en Une le visage désormais mondialement connu de Greta Thunberg. Cette jeune fille suédoise fait le tour de la planète pour alerter les grands dirigeants sur l’urgence climatique. Elle est devenue la figure de proue des manifestations de jeunes en faveur du climat mais, pour le journal, le visage de la lanceuse d’alerte est celui du "Totalitarisme vert".

L’article principal de son dossier dénonce la colonisation du débat public par "les prophètes verts du malheur", c’est-à-dire à tous ceux qui appellent à un changement radical de nos modes de vie, de travail, de consommation pour atténuer le réchauffement. Sur le banc des accusés, on retrouve bien sûr Greta Thunberg mais aussi l’astrophysicien Aurélien Barrau, les députés européens Matthieu Orphelin et Yannick Jadot ou encore votre serviteur Novethic, dénoncé comme un "think tank" aux "scénarios décroissants". Ces propos virulents pourraient faire sourire s’ils n’étaient pas accompagnés d’une charge contre des faits scientifiques prouvés.

Ainsi, Valeurs Actuelles écrit : "La science officielle considérée comme un moyen de faire taire les contradicteurs a rendu la science véritable obsolète". Ailleurs, le journaliste évoque "ce réchauffement climatique dont on nous rebat les oreilles depuis quinze ans". Enfin il dénonce "la mort du débat, la mort de la raison", qui est selon lui bien plus à craindre qu’un "quelconque cataclysme planétaire". Le climatoscepticisme, répandu par les marchands de doute, montre à nouveau les dents, non seulement à la Une de cet hebdomadaire mais aussi sur des plateaux télé.

Des plateaux de télé donnant la place aux climatosceptiques

Quelques jours auparavant, Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique, a dû batailler sur LCI contre Gilles-William Goldnadel, avocat et essayiste. Celui-ci remettait en cause le rôle de l’homme dans le dérèglement climatique. Il a conclu cette passe d’armes avec un magistral "Je ne sais pas ce que c'est que la science".

 

 

Une scène similaire s’était déroulée sur CNews quelques semaines auparavant. L’écologiste et femme politique Claire Nouvian était tombée, selon son expression, dans un "guet-apens climatosceptique" face à Pascal Praud qui y anime un talk-show "L’heure des Pros". Ces débats qui n’en sont pas, sèment le doute parce qu’ils font référence à LA science pour mieux la dévoyer.

La principale cible de leurs attaques est le GIEC, coupable d’alimenter la planète de faits scientifiques documentés et affinés depuis 1988, date de sa création. Il faut sans doute leur rappeler que le groupe d’experts sur le climat de l’ONU a été créé par deux de leurs idoles : Margaret Thatcher et Ronald Reagan. Ce qu’ils prétendent dénoncer dans le camp d’en face sont en fait leurs propres méthodes : un mélange d’anathèmes qui servent à caricaturer l’ennemi pour mieux justifier qu’il faille l’abattre.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Assemblee nationale PLFR2

Loi climat : quand les amendements nourrissent les manœuvres politiques

Généralisation de l'écoconception du numérique, obligation de publication de l'empreinte carbone des entreprises... Certains amendements du projet de loi Climat et résilience ont été jugés irrecevables en raison d'une "absence de lien direct ou indirect avec la loi" par la Commission spéciale...

Climat pression deputes iStock ndrii Yalanskyi

Loi Climat et résilience : les forces qui vont peser dans le débat parlementaire

Depuis lundi 8 mars, les députés débattent des 69 articles de la loi Climat et résilience pour un examen en plénière prévu le 29 mars. Le gouvernement espère un vote définitif avant la fin de l’été. Mais les élus ont encore plus fort à faire : plus de 5 000 amendements ont été déposés. La...

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...