Publié le 14 avril 2014

ENVIRONNEMENT

Changement climatique : repenser notre modèle de développement

C’est une révolution, pas moins, de notre modèle de développement économique que nous devons effectuer dès maintenant pour éviter un emballement du changement climatique. C’est la teneur du message que livre le groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) dans son dernier rapport.

changement-climatique-repenser-notre-modele-de-developpement

© istock

Limiter la hausse de la température mondiale à 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels ? C’est encore possible. Mais les gouvernements et les acteurs économiques doivent agir dès maintenant. Et il y a urgence. Car même en prenant des mesures drastiques, il n’existe seulement qu’un peu plus d’une chance sur deux de ne pas dépasser le seuil fatidique. C’est ce qu’explique le groupement intergouvernemental d’expert sur l’évolution du climat (GIEC) dans le troisième volet de son cinquième rapport général consacré à « l’atténuation du changement climatique ».

Pour se faire, il faudra réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 40 à 70 % par rapport à 2010 d’ici 40 ans et les éliminer presque totalement d’ici la fin du siècle. Des mesures ambitieuses d‘atténuation pourraient même exiger une extraction directe du dioxyde de carbone de l’atmosphère, affirment les experts.

Découpler croissance économique et émissions de CO2

«Le principal objet de l’atténuation des changements climatiques est de dissocier les émissions de gaz à effet de serre de la croissance des économies et des populations ». Ces deux derniers facteurs étant la source majeure de l’augmentation des émissions, explique Youba Sokona, l’un des co-présidents du rapport.

Pour stabiliser la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, il faudrait réduire les émissions dans les transports, les bâtiments, l’industrie, l’agriculture, mais aussi travailler sur le gaspillage, le recyclage, l’urbanisme et la reforestation, etc.

Le secteur de la production électrique doit être particulièrement mis à contribution. Il doit devenir efficace et décarboné. Or, le recours actuel accru au charbon a annihilé les effets du développement des énergies renouvelables. Les centrales au charbon doivent donc être remplacées par des centrales au gaz. Quant au nucléaire, il peut être une des solutions mais en prenant en compte les « contraintes et risques » associés, averti le GIEC. Même chose pour la capture et le stockage du CO2 (CCS) qui doit en plus bénéficier d’un prix du carbone suffisamment élevé pour devenir rentable.

Un impact limité sur la croissance

Autant dire que les investissements nécessaires à l’atténuation vont être importants, ne serait-ce que pour développer les technologies adaptées. Le secteur privé est d’ailleurs officiellement appelé à la rescousse pour contribuer à son financement. Mais plus on tardera à prendre les mesures nécessaires, plus le coût sera élevé. Par ailleurs, l’impact sur la croissance de la consommation va rester limité, même dans le cas d’un scénario ambitieux : au niveau mondial, cela réduirait cette croissance – estimée entre 1,6% et 3% par an d’ici 2100 dans le cas d’un statu quo- de 0,06% environ. Et le GIEC de préciser que « ces chiffres ne tiennent pas compte des avantages économiques d’une atténuation des changements climatiques ».

Les leviers à activer pour initier ce changement restent dans la main des Etats. En 2012, 67 % des émissions de CO2 étaient soumises à des législations nationales ou à des stratégies de réductions contre 45 % en 2007, lors de la parution du dernier rapport du GIEC. Et déjà, les politiques de taxation de l’énergie mises en place dans certains pays, ont « aidé à réduire le lien entre croissance des émissions et PIB », se réjouissent les experts. Restera ensuite aux Etats à s’accorder entre eux lors des négociations internationales. Ce qu’ils n’ont pas réussi à accomplir jusqu’à présent.

En dépit des alertes publiées régulièrement par les scientifiques depuis 25 ans, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de plus en plus vite. Elles ont crû de 2,2 % par an entre 2000 et 2010 contre 0,4 % en moyenne depuis 30 ans.

Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Greta Thunberg en Allemagne climat BERLIN GERMANY SEPTEMBER 24 Climate activist Greta Thunberg speaks at a large scale climate strike march by Fridays for Future in front of the Reichstag on September 24 2021

Les jeunes Allemands, minoritaires, feront-ils entrer le climat dans les urnes ?

Les Allemands votent dimanche 26 septembre pour dessiner leur avenir politique post Angela Merckel. Vendredi Greta Thunberg et des milliers d’Allemands, à dominante jeune, se sont rassemblés devant le Parlement pour que les voix pro-climat comptent. La violence des inondations de l’été a fait passer...

Pitron RedaSettar

"Les géants d’Internet entretiennent notre ignorance sur l'enfer de la pollution numérique", alerte Guillaume Pitron

Trois ans après La Guerre des métaux rares, le journaliste Guillaume Pitron s’attaque à un nouveau sujet avec "L’enfer numérique, Voyage au bout d’un like". Il dévoile le coût environnemental d’un secteur dématérialisé. Entre les stratégies des géants qui nous maintiennent dans l’illusion d’un...

MicrosoftTeams image

À quelques semaines de la COP26, la Chine et les États-Unis prennent de forts engagements climatiques

Fini le financement des centrales à charbon à l'étranger. La Chine annonce la fin de leur construction en dehors de ses frontières. Une avancée majeure alors que Pékin soutenait fortement cette énergie dans les pays en développement. Une bonne nouvelle qui intervient au moment où les États-Unis ont...

Emissions CO2 FranckWagner

Le manque d’engagement des pays sur les émissions de CO2 conduit le monde à un réchauffement de 2,7°C, alerte l’ONU

À quelques semaines de la prochaine COP26 sur le climat, l’ONU s’alarme. Les pays, qui devaient prendre de nouveaux engagements en matière d’émissions de CO2, tardent. Si 113 pays ont renforcé leurs ambitions, cela concerne moins de la moitié des émissions mondiales. En l’état, le monde va largement...