Publié le 04 avril 2020

ENVIRONNEMENT

[Science] La vie marine peut être restaurée d’ici 2050 si la pression sur les écosystèmes se réduit

La nature est résiliente si on lui en laisse le temps. Selon une étude publiée dans la revue Nature cette semaine, la vie marine pourrait être restaurée en l'espace d'une génération seulement. Pour cela, les pressions humaines doivent être réduites. Il faut notamment accélérer dans la lutte contre le changement climatique.

La reconstitution de la vie marine ne sera possible qu’avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris.
@CC0

La vie marine, les populations, les habitats et les écosystèmes, peuvent être restaurés en seulement une génération. Cette excellente nouvelle a été publiée dans la très sérieuse revue Nature cette semaine. Selon les scientifiques qui ont abouti à cette conclusion, il faut pour cela que les pressions humaines, y compris celles liées au changement climatique, soient atténuées d’ici 2050.

"L’océan est gravement menacé par les activités humaines mais nous démontrons qu’il fait preuve d’une surprenante résilience lorsque les bonnes solutions sont mises en œuvre. Nous avons le choix de transmettre aux générations futures soit un océan fonctionnel plein de vie et de ressources, soit un océan irrémédiablement dysfonctionnel" explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS et à Sorbonne Université, chercheur associé à l’Iddri et coauteur de cette étude.

Un retour sur investissement multiplié par 10

Les chercheurs estiment ainsi qu'entre 50 et 90 % de la vie marine pourraient être restaurés en l'espace de trente ans moyennant une série d’interventions telles que la protection des espèces, la pêche responsable, la restauration des habitats, la réduction de la pollution et l’atténuation du changement climatique. Les auteurs insistent sur le fait que la reconstitution de la vie marine ne sera possible qu’avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris qui vise la neutralité carbone d’ici 2050 et un maintien du réchauffement global sous la barre des 2°C d’ici 2100.

Or, sous l’effet du changement climatique, les océans deviennent à la fois plus chauds, plus acides, plus salés et moins riches en oxygène. Leur rôle d’absorbeur carbonique s’en trouve de plus en plus affecté, limitant leur action bénéfique et aggravant encore le bilan carbone mondial. La capacité du puits de carbone de l'océan austral est par exemple dix fois inférieure aux précédentes estimations. Depuis 1993, le réchauffement des océans a plus que doublé et leur concentration en oxygène a baissé de 2 % en 50 ans, avec des effets dévastateurs sur les écosystèmes marins.

Préserver la vie océanique a également un intérêt économique. Les chercheurs estiment que pour chaque dollar investi, le retour est dix fois supérieur, en termes de pêche, d’écotourisme, de protection des rivages et de prévention des inondations. Dans son rapport "Global Futures", publié en février, le WWF a calculé que le coût économique du déclin de la nature était de 479 milliards de dollars par an jusqu’en 2050, dont 327 milliards de dollars proviennent de la dégradation des zones côtières, due aux événements extrêmes et à l'élévation du niveau de la mer. Cela reviendrait à effacer les PIB cumulés du Royaume-Uni, de la France, de l'Inde et du Brésil.  

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Moustiqe tigre epidemie AbelBrata

Ebola, grippe aviaire, dengue, zika... Comme pour le coronavirus, ces virus se diffusent à cause de l'activité humaine

Ce sont des virus qui n'auraient jamais pu se propager aussi vite sans les activités humaines. En déforestant massivement sur le continent africain, la chauve-souris, hôte d'Ebola, s'est retrouvée en contact avec les humains. Les oiseaux, eux, ont transmis la grippe aviaire à cause des élevages...