Publié le 13 février 2020

ENVIRONNEMENT

Déclin de la nature : nous sommes en train de détruire 500 milliards de dollars par an

Au rythme actuel, la mort des pollinisateurs, la perte de vie dans les océans, l'érosion du littoral… va faire perdre 479 milliards de dollars par an à la planète d’ici 2050. Une perte économique qui va plonger dans la misère des millions d’humains. Dans ce sombre classement, la France se place au dixième rang des pays les plus touchés.

Sur les 479 milliards de dollars perdus chaque année à cause de la destruction des écosystèmes, 15 milliards sont dus aux pollinisateurs.
@DR

Donner une valeur à la nature est une gageure car les services qu’elle nous rend, à commencer par vivre, sont inestimables. Toutefois pour protéger quelque chose, il est dans la nature humaine de devoir lui donner une valeur. C’est ce qu’a essayé de faire le WWF dans son rapport "Global Futures", réalisé avec le Global Trade Analysis Project de l'université de Purdue et le Natural Capital Project de l'université du Minnesota aux États-Unis.

L’exercice a constitué à calculer le coût économique du déclin de la nature dans 140 pays. Au total, les auteurs prédisent la destruction de 479 milliards de dollars par an jusqu’en 2050, soit près de 15 000 milliards de dollars au total. Cela reviendrait à effacer les PIB cumulés du Royaume-Uni, de la France, de l'Inde et du Brésil.

Le WWF met en avant cinq raisons principales à cette perte économique annuelle. 327 milliards de dollars proviennent de la dégradation des zones côtières, due aux événements extrêmes et à l'élévation du niveau de la mer. 128 milliards de pertes de stockage du carbone qui protège du changement climatique. 19 milliards de dollars en raison de la réduction de la disponibilité en eau pour l’agriculture. 15 milliards de dollars en raison de la perte d'habitats pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. 7,5 milliards de dollars en raison de la perte de forêts et des services des écosystèmes forestiers.

Des pays pauvres encore plus pauvres

En valeur absolue, sans surprise, c’est la première puissance économique mondiale, les États-Unis, qui paient le plus cher. Cela représente une perte de "83 milliards de dollars par an d'ici 2050, un montant équivalent à la totalité du PIB annuel du Guatemala", explique le rapport. Suivent le Japon et le Royaume-Uni avec respectivement des pertes de 80 et 21 milliards de dollars par an. La France, quant à elle, arrive à la dixième place avec une perte de 8,4 milliards de dollars par an, dont 5 milliards dus à l’érosion des côtes et à la perte de ressources halieutiques.

En revanche, rapporté au pourcentage de PIB, cette perte économique due à la destruction de la nature change du tout au tout. Dans ce cas, ce sont les pays en développement qui sont les plus touchés avec 4,2 % de PIB en moins pour Madagascar qui est déjà l’un des pays les plus pauvres au monde, suivi du Togo qui perdrait 3,4 % et le Vietnam avec - 2,8 % de PIB. "Ce rapport nous prouve une fois de plus que nous ne pouvons pas envisager une société stable et juste si les forêts disparaissent, les pollinisateurs s'évanouissent, la biodiversité s'effondre et l'océan s'épuise", alerte Arnaud Gauffier, directeur des programmes du WWF France.

Celui-ci laisse un espoir toutefois : "il est encore possible d’inverser la tendance et réduire notre impact sur la nature, et l’année 2020 est une échéance cruciale à ne pas rater, avec le Congrès mondial de l’UICN à Marseille et la conférence mondiale pour la biodiversité en Chine. Le WWF appelle les États, les acteurs économiques, financiers et locaux à prendre des engagements pour la protection de la nature pour parvenir à un accord global ambitieux".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

One planet summit

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet doit servir...

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).