Neutralité carbone

Le principe de neutralité carbone repose sur le constat qu'une tonne de gaz à effet de serre (GES) émise dans l’atmosphère a rigoureusement le même impact sur le climat, quelle que soit la localisation de l’émetteur ou la façon dont cette émission s’effectue. De la même manière, la réduction des émissions de GES a le même impact, quel que soit le lieu où elle se produit.

On peut donc “compenser” les émissions, d’où le terme « compensation carbone », le plus généralement en finançant des projets réduisant un volume d'émissions équivalent. Ce dispositif existe pour des évènements (Jeux Olympiques, conférences...), mais aussi pour les entreprises qui peuvent aussi compenser leurs émissions en achetant des quotas sur les marchés existants, voire des particuliers qui eux peuvent faire des dons. Dans tous les cas, la première étape du principe de neutralité carbone consiste à quantifier le volume d'émissions à compenser.

Des énergies fossiles vont être utilisées pour effectuer cette compensation carbone car elles augmentent le taux de dioxyde de carbone dans l’air et contribuent au réchauffement climatique global du fait de l’effet de serre. Le CO2 est un gaz miscible dans l’atmosphère donc, si on émet une certaine quantité de ce gaz à un endroit précis, il peut être compensé si l’on enlève une quantité égale de ce même gaz ailleurs : c’est le principe de neutralité carbone.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Les énergies propres comptent désormais plus de travailleurs que les énergies fossiles

Une première : les énergies décarbonées représentent désormais plus de la moitié (56%) des emplois dans l'énergie avec près de 35 millions d’employés dans le monde, selon un rapport de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE).

Après les renouvelables, le gouvernement accélère sur le nucléaire : un agenda à marche forcée dénoncé par les ONG

Le gouvernement entend présenter courant octobre un projet de loi pour accélérer sur le nucléaire, deuxième pilier de la stratégie énergétique portée par Emmanuel Macron, avec les énergies renouvelables. L'objectif est de poser la première pierre du futur EPR avant 2027. Mais pour les ONG,...

À 50 jours de la COP27 de Charm el-Cheikh, la colère des pays du Sud et les tensions diplomatiques font craindre le pire

Les difficultés s'accumulent à l'approche de la COP27 sur le climat qui se tiendra à Charm el-Cheikh, en Égypte, du 6 au 18 novembre prochains. Alors que le sommet doit permettre une relève de l'ambition climatique et la mise en place d'un objectif mondial sur l'adaptation, entre autres...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable