Artificialisation des sols

L'artificialisation des sols désigne le processus par lequel ces derniers perdent leurs qualités et capacités naturelles que sont la biodiversité, les cycles naturels et qualités biogéochimiques. Les sols artificialisés englobent ainsi les sols bâtis et les sols revêtus et stabilisés (routes, voies ferrées, parkings, chemins etc.) de même que les chantiers, les terrains vagues, et les espaces verts artificiels ; au sens large l'artificialisation des sols correspond donc à un changement d’utilisation/fonction entraînant le plus souvent une imperméabilisation totale ou partielle. En 2014, les sols artificialisés étaient dédiés principalement à l’habitat (42%) devant les infrastructures de transport (28%), le foncier des services (16%) puis les surfaces commerciales et économiques (14%). L'artificialisation croissante des sols en France est principalement due à l'accroissement de la population et à l'expansion des zones urbaines. Le phénomène ayant un impact négatif sur la biodiversité, les ressources disponibles et les émissions de GES, le gouvernement lançait en 2018 un plan biodiversité avec comme objectif « zéro artificialisation nette » d'ici 2030.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Effondrement de la biodiversité : des associations attaquent l’État en justice

Les associations Notre Affaire à tous et Pollinis attaquent l'État en justice pour manquement à ses obligations de protection de biodiversité. C'est inédit. Les associations pointent notamment du doigt les défaillances du processus d'homologation et de mise sur le marché des pesticides,...

À la veille des élections, découvrez le palmarès des régions en fonction de leur transition écologique

7,2 sur 20 pour la Bretagne, 7,4 sur 20 pour l'Ile-de-France, 6,6 sur 20 pour l'Occitanie, 5,8 sur 20 pour la Corse... La note environnementale des Régions, calculée par l'Observatoire de la transition écologique des territoires, est loin d'être assez haute pour répondre à l'urgence...

Loi climat : le Sénat veut "rehausser les ambitions" et "redonner la main aux territoires"

Baisse de la TVA sur les billets de train, abandon du terme d''écocide"... En Commission, le Sénat a adopté plus de 500 amendements sur le projet de loi Climat et résilience. L'objectif est de rehausser l'ambition du texte pour le rapprocher des objectifs européens plus élevés, mais aussi...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable