Artificialisation des sols

L'artificialisation des sols désigne le processus par lequel ces derniers perdent leurs qualités et capacités naturelles que sont la biodiversité, les cycles naturels et qualités biogéochimiques. Les sols artificialisés englobent ainsi les sols bâtis et les sols revêtus et stabilisés (routes, voies ferrées, parkings, chemins etc.) de même que les chantiers, les terrains vagues, et les espaces verts artificiels ; au sens large l'artificialisation des sols correspond donc à un changement d’utilisation/fonction entraînant le plus souvent une imperméabilisation totale ou partielle. En 2014, les sols artificialisés étaient dédiés principalement à l’habitat (42%) devant les infrastructures de transport (28%), le foncier des services (16%) puis les surfaces commerciales et économiques (14%). L'artificialisation croissante des sols en France est principalement due à l'accroissement de la population et à l'expansion des zones urbaines. Le phénomène ayant un impact négatif sur la biodiversité, les ressources disponibles et les émissions de GES, le gouvernement lançait en 2018 un plan biodiversité avec comme objectif « zéro artificialisation nette » d'ici 2030.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Bombes climatiques : le centre commercial de trop dans le pays de Gex, à la frontière suisse

Parmi les bombes climatiques en cours de construction en France, il a y de nombreux projets de centres commerciaux. Focus sur celui de Ferney-Voltaire, dans le pays de Gex, à la frontière suisse. Toute la semaine, Novethic vous propose un tour de France des projets les plus climaticides,...

Bombes climatiques : le contournement autoroutier de Rouen, un projet à rebours de l’urgence climatique

Alors que le trafic routier est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, la construction de nouvelles infrastructures sur le territoire interroge. À Rouen, le contournement est de la métropole via deux autoroutes payantes soulève une forte opposition, en raison de son très...

Automobile : le tout-électrique en 2035 n’est pas la solution miracle

Le 8 juin, le Parlement européen a voté en faveur de l’interdiction des ventes de voitures neuves thermiques à partir de 2035. Un vote qualifié d’historique par beaucoup. Mais il ne s’agit là que de la première marche à gravir pour transformer en profondeur le secteur de la mobilité....


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable