Représentants des générations futures nommés au Conseil d’administration, agriculteurs entrés au capital, stratégie alignée sur les limites planétaires : bienvenue dans l’AG du futur ! Organisée le 6 février par le cabinet Prophil et le média Usbek & Rica, elle donne à voir à quoi ressemblerait une entreprise en pleine transition vers la post-croissance.

“Cette année et les prochaines, il n’y aura pas de distribution de dividendes”. Silence et choc parmi les 850 actionnaires présents, peu habitués à voir leur intérêt privé passer ainsi après l’intérêt collectif. L’entreprise – fictive – de l’agro-alimentaire Mirliton tenait son Assemblée Générale du Futur* le 6 février dernier dans l’ambiance chic et feutrée du théâtre parisien des Variétés. Objectif de cette AG pas comme les autres : inventer une nouvelle gouvernance d’entreprise, une gouvernance “post-croissance”, compatible avec les limites planétaires ! Rien que ça !

Quel succès économique peut se fonder sur un désastre social et environnemental ?“, justifie Geneviève Férone Creuzet, improvisée PDG pour l’occasion. Avec près de 11 000 salariés dans le monde, et des produits vendus partout, Mirliton peut certes se targuer d’être un vrai succès économique et financier. Pourtant, pas de quoi satisfaire Nicolas Hennon, directeur général, qui rappelle que derrière ce succès, c’est une crise globale qui se dessine : “Depuis 1850, notre système économique a connu une grande accélération qui nous a conduit à franchir six des neufs limites planétaires. Aujourd’hui ce modèle est dépassé.

Gouvernance, comptabilité, indicateurs : tout changer

Devant son auditoire, il affirme que Mirliton ne peut plus se contenter de produire des richesses monétaires, mais doit relever des défis multiples : “pauvreté, inégalités, place des femmes et des minorités, alimentation, géopolitique, environnement…” Un discours qui détone de la part d’un dirigeant d’entreprise. Pour faire face à ces enjeux, Mirliton annonce vouloir tout changer. Et cela passera par d’autres mesures choc. Outre la suspension des dividendes, il faut opérer un changement de gouvernance. C’est pourquoi le groupe a décidé de transformer son modèle actionnarial et de faire entrer au capital non seulement les salariés, mais aussi les agriculteurs partenaires du groupe, qui représenteront 15% des actionnaires.

L’entreprise entend aussi donner une voix aux générations futures et à la nature, en nommant des représentants pour ces deux entités au Conseil d’Administration, afin d’orienter les choix stratégiques de l’entreprise. Et pour compléter cette révolution conceptuelle, Mirliton souhaite aussi changer sa comptabilité et ses indicateurs, pour adopter la comptabilité en triple capital et en double matérialité. Hélène Le Teno, directrice financière, résume : “pour mieux voir le monde, il faut d’abord changer ses lunettes“. Au total, ce sont donc quatre motions qui sont mises au vote pour cette AG.

Aligner son modèle d’affaire avec les limites planétaires

Pour se justifier, les dirigeants du groupe expliquent vouloir désormais aligner leur modèle d’affaires sur la Théorie du Donut de Kate Raworth. La stratégie 2030 de cette entreprise bretonne en porte d’ailleurs le nom : Bignez, le beignet, ou donut, en breton. Objectifs : miser encore plus sur le bio, combiner agriculture et écologie, développer l’économie circulaire, la sobriété, vendre moins mais mieux…

Au fur et à mesure que le directoire présente cette stratégie nouvelle, l’assemblée s’agite. Thierry Keller, délégué syndical, interrompt un moment la présentation pour faire part des craintes des salariés face à cette révolution interne. “Et notre bulletin de salaire dans tout ça ? Vendre moins, pourquoi pas, mais quel partage de la valeur pour nous, salariés, dans cette transition ? Et pour les métiers qui vont disparaître ?” Les dirigeants de l’entreprise l’assurent : Mirliton sera écologique ET sociale, et elle ne laissera personne sur le carreau.

En route vers la post-croissance

Cette “AG du Futur” est en fait très actuelle, car elle propose un cadre pour penser une entreprise capable de répondre aux défis d’aujourd’hui. Les actionnaires du jour, bien conscients de la nécessité de ces transformations, ont finalement plébiscité les mesures proposées par Mirliton à près de 90%, propulsant l’entreprise sur le chemin de la post-croissance.

Et c’est à ce moment-là que l’on se rappelle que l’on est bien au théâtre. Car dans le vrai monde économique, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les entreprises ne soient prêtes à faire leur révolution écologique, sociale et démocratique. Ce n’est pas encore cette année, alors que s’ouvre justement la saison des AG, que l’on verra des entreprises cotées en bourse faire le choix d’une transformation radicale, au service de la transition globale. Mais qui sait, peut-être bientôt ?

* L’Assemblée Générale du Futur est une assemblée théâtrale et immersive organisée par le cabinet Prophil afin de sensibiliser aux enjeux de la transition écologique, sociale et démocratique en entreprise.

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes