Publié le 05 avril 2019

SOCIAL

Grand débat national : l’économie sociale et solidaire (ESS) se pose comme solution à la crise

Lundi 8 avril, le gouvernement présentera les conclusions du grand débat national. Si le contenu est encore flou, une multitude de sujets devraient être abordés. Les acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), largement mobilisés ces dernières semaines, espèrent compter parmi les voies du changement.

Les entreprises de l'Économie sociale solidaire ont organisé de nombreuses réunions dans le cadre du grand débat national.
@Udes

C’est un acteur discret, diffus, mais actif. Le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS), revigoré avec le lancement de French Impact en début d’année dernière, a multiplié ces dernières semaines les débats, les contributions, les tribunes et les plateformes. Il a ainsi pris toute sa part dans le Grand débat national organisé par le gouvernement pour répondre à la crise des Gilets jaunes.

"L’ESS démontre au quotidien qu’il existe une autre façon d’entreprendre, qui apporte des réponses concrètes aux besoins du territoire en y associant les citoyens et en créant des emplois non délocalisables. En ce sens, nous sommes un atout et une réponse à la crise", explique Hugues Vidor, président de l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire (Udes), qui rassemble 60 000 entreprises.

Le Premier ministre connaît bien l’ESS

L’Udes a ainsi largement mobilisé ses adhérents et ses délégations territoriales pour contribuer au Grand débat. Plusieurs milliers de réunions ont été organisées en région grâce à la mobilisation du mouvement associatif et dans les Ceser (Conseil économique, social et environnemental régional) des Hauts-de-France, de Bretagne ou de Nouvelle-Aquitaine "afin de se faire l’écho de ces personnes qu’on qualifie d’invisibles" précise Hugues Vidor.

L’UDES a également été partie prenante des conférences thématiques organisées par les garants du Grand débat et a été reçu par l’Élysée et par le Premier ministre à cinq reprises. "C’est satisfaisant d’avoir pu exprimer nos idées au plus haut niveau, se réjouit le président de l’Udes. Le Premier ministre connaît d’ailleurs très bien le secteur..."

Parmi les propositions mises en avant par l'organisation, la sanctuarisation des dépenses liées aux politiques sociales, la création d’un guichet unique des aides, la baisse de la TVA pour les produits issus de l’économie circulaire, la mise en place d’un crédit d’impôt à l’innovation sociale et le fléchage de 15 % des commandes publiques vers les entreprises de l’ESS dans dès 25 000 euros, contre 6 % actuellement pour les marchés supérieurs à 90 000 euros.

Gagner la bataille des idées

"C’est ici que l’ESS doit mener et peut gagner la bataille des idées, lance de son côté Hugues Sibille, le président du think tank Le Labo de l’ESS. Partir des problèmes à traiter, montrer que des solutions inventées sur le terrain concret de l’ESS existent, en dégager un récit mobilisateur, capable d’entraîner positivement nos concitoyens y compris les plus modestes et fragiles. Nous ne sommes pas des diseux ! Nous sommes des faiseux qui échangent et argumentent. Nous entreprenons nos idées." 

Dans une tribune publiée mi-mars dans Le Monde avec Cécile Duflot (Oxfam), Laurent Berger (CFDT) ou encore Émery Jacquilla (Camif), Hugues Sibille appelle ainsi les entreprises à changer de modèle et le gouvernement à soutenir cette transition vers une répartition plus juste des richesses, un développement des emplois inclusifs, un partage des décisions et des responsabilités, un meilleur impact social et une réduction de l’empreinte écologique.

Une dernière réunion doit se tenir dans les prochains jours entre les partenaires sociaux et le Premier ministre pour partager les scénarios de sortie. "Nous mesurerons la réussite de notre participation à l’aune des propositions retenues", conclut Hugues Vidor. Un signal positif peut-être : selon une information du JDD, le haut-commissaire à l’ESS, Christophe Itier, essaie de rassembler dans un même portefeuille ministériel l'économie sociale et solidaire, la responsabilité sociétale des entreprises et le mécénat.      

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...

Interrogation questionnement doute raison d etre pixabay

À l'heure de la loi Pacte, l’économie sociale et solidaire a-t-elle encore une raison d’être ?

Le mois de l’économie sociale et solidaire (ESS), organisé chaque année en novembre, célèbre sa douzième édition. Preuve que le secteur a encore besoin de se faire connaître du grand public, des décideurs politiques et des autres acteurs économiques. Alors que l’entreprise classique intègre de plus...