Publié le 04 novembre 2017

SOCIAL

[VIDEO] En Arabie Saoudite, un robot humanoïde a plus de droits qu’une femme

Pour la première fois au monde, un pays a donné la citoyenneté à un robot. L'humanoïde Sophia est désormais Saoudienne. Au-delà du coup de communication du royaume, cette annonce crée la polémique car Sophia, elle, ne porte pas le voile intégral et ne semble pas être sous la tutelle d'un homme. Deux mesures auxquelles sont soumises les femmes en Arabie Saoudite.


"Je suis très honorée et fière de cette distinction unique (…) C’est historique d’être le premier robot au monde à être reconnue comme une citoyenne". Voilà les mots qu’a prononcés Sophia, ce robot humanoïde doté d’une intelligence artificielle, qui a reçu le 25 octobre, lors du forum économique Future Investment Initiative, la nationalité saoudienne.

Un coup de com'

Ce robot, censé s’inspirer des traits d’Audrey Hepburn, a été créé par la firme Hanson Robotics basée à Hong Kong. Elle a prononcé en direct un discours sur la chaîne Arab News. En offrant la citoyenneté à un robot, l’Arabie Saoudite se place en pionnier, même si, pour beaucoup de commentateurs, cette annonce relève plus d’un coup de communication que d’un réel changement.

Car Sophia n’a pas de conscience et son discours, teinté d’ironie, a été écrit à l’avance. Ainsi lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il ne fallait pas craindre les dérives de l’intelligence artificielle, elle lui a répondu "Vous lisez trop Elon Musk", en référence aux propos du patron de Tesla qui alerte souvent sur les dangers des robots.

Les droits de Sophie

Mais c’est surtout du côté des droits des femmes que la polémique a été la plus forte. Car Sophia ne porte pas le voile intégral, pourtant obligatoire en Arabie Saoudite et ne semble pas être sous la tutelle d’un homme. De même, elle a obtenu facilement la citoyenneté alors que les enfants nés d’une Saoudienne mais d’un père étranger ne peuvent l’obtenir. "Je me demande si le robot Sophie peut quitter l’Arabie Saoudite sans le consentement de son gardien !", a ainsi tweeté la féministe saoudienne Moudi Aljohani, réfugiée aux États-Unis. 

 

 

Ironiquement, sur Twitter est même apparu le mot-clé #Sophie_calls_for_dropping_guardianship, soit Sophie appelle à abandonner la tutelle. Même si quelques avancées sont à noter - le 26 septembre dernier, le roi Salman d’Arabie Saoudite a levé l’interdiction faite aux femmes de conduire -, l’Arabie Saoudite reste un pays très en retard en matière de droits humains. Il faudra plus que de donner la citoyenneté à un robot pour moderniser l'image du Royaume wahhabites. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...