Publié le 27 mars 2020

SOCIAL

"Plus jamais ça !" : 18 syndicats et associations environnementales s'unissent pour préparer le jour d’après

La CGT, la Confédération paysanne ou encore la FSU se sont alliés avec de plusieurs associations environnementales telles que Greenpeace, Oxfam ou Attac pour préparer l'après-coronavirus. Ils appellent à la relocalisation de nos systèmes productifs, au renforcement des services publics et au conditionnement des aides versées aux entreprises à leur reconversion écologique et sociale.

Elles lancent un appel "à toutes les forces progressistes et humanistes [...] pour reconstruire ensemble un futur, écologique, féministe et social".
iStock

18 responsables d’organisations syndicales, associatives et environnementales parmi lesquels Philippe Martinez (CGT), Aurélie Trouvé (Attac), Jean-François Julliard (Greenpeace) ou encore Cécile Duflot (Oxfam), signent une tribune commune publiée ce vendredi 27 mars sur France Info. Elles lancent un appel "à toutes les forces progressistes et humanistes [...] pour reconstruire ensemble un futur, écologique, féministe et social". 

"La crise du coronavirus qui touche toute la planète révèle les profondes carences des politiques néolibérales" écrivent les signataires (1). Celles-ci "ont affaibli considérablement les droits sociaux et le gouvernement ne doit pas profiter de cette crise pour aller encore plus loin, ainsi que le fait craindre le texte de loi d’urgence sanitaire" insistent-ils.

Des aides conditionnées

Ils veulent croire à "l'opportunité historique d'une remise à plat du système, en France et dans le monde" suite à la crise du coronavirus, afin de "réorienter très profondément les systèmes productifs, agricoles, industriels et de services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations et axés sur le rétablissement des grands équilibres écologiques". "La relocalisation n’est pas synonyme de repli sur soi et d’un nationalisme égoïste" affirment-ils. 

Pour cela, "les aides de la Banque centrale et celles aux entreprises doivent être conditionnées à leur reconversion sociale et écologique : maintien de l'emploi, réduction des écarts de salaire, mise en place d'un plan contraignant de respect des accords de Paris..." "De même, des soutiens financiers massifs devront être réorientés vers les services publics, dont la crise du coronavirus révèle de façon cruelle leur état désastreux : santé publique, éducation et recherche publique, services aux personnes dépendantes…" ajoutent-ils.

Le week-end dernier, une quarantaine de députés de tous bords avaient déposé un amendement appelant à réfléchir à un après-crise plus durable. Mais le texte, qui avait reçu un avis défavorable du gouvernement, a été rejeté sans avoir été débattu.  

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Retrouvez la liste des signataires : Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre France; Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac France; Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT; Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne; Benoit Teste, secrétaire général de la FSU; Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France; Cécile Duflot, directrice générale d'Oxfam France; Eric Beynel, porte-parole de l'Union syndicale Solidaires; Clémence Dubois, responsable France de 350.org; Pauline Boyer, porte-parole d'Action Non-Violente COP21; Léa Vavasseur, porte-parole d'Alternatiba; Sylvie Bukhari-de Pontual, présidente du CCFD-Terre Solidaire; Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au Logement; Lisa Badet, vice-présidente de la FIDL, Le syndicat lycéen; Jeanette Habel, co-présidente de la Fondation Copernic; Katia Dubreuil, présidente du Syndicat de la magistrature; Mélanie Luce, présidente de l'UNEF Héloïse Moreau, présidente de l'UNL  


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Olivia Gregoire 1

Olivia Grégoire : "Le devoir de vigilance européen, c’est le sens de l’histoire économique"

Alors que l'Union européenne doit adopter une directive sur le devoir de vigilance des multinationales, la ministre en charge de l'Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, défend la position de la France, premier pays à avoir légiféré en la matière. Si les lobbys pèsent, la...

 Senat et loi climat @Jacques Paquier

Devoir de vigilance : Les sénateurs délèguent la compétence au tribunal de commerce, au grand dam des associations

Les tribunaux de commerce pourraient bientôt devenir les seuls compétents pour juger les affaires fondées sur le devoir de vigilance. C'est ce qu'ont voté les sénateurs, fin septembre, contre l'avis du gouvernement. Les associations craignent que cette mesure ne vide de son sens la loi de 2017 qui...

Vaccin Covid 19 Byjeng

Covid-19 : En privant les pays pauvres de vaccin, les laboratoires alimentent "une crise des droits humains sans précédent"

Alors que les géants pharmaceutiques ont été applaudis pour leur rapidité à produire un vaccin pendant la pandémie de Covid-19, l'ONG Amnesty International les accuse, dans un nouveau rapport, de ne pas respecter les droits humains en fournissant quasi uniquement les pays riches, au détriment des...

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...