Publié le 08 avril 2021

SOCIAL

Ouïghours : Quand la Chine manie l’arme du boycott, elle fait trembler les géants de la mode

Nike, HM, Zara... Depuis plus de deux semaines, la Chine a lancé une campagne de boycott contre des géants de la mode qui refusent de travailler avec le Xinjiang, région qui fait travailler de force des Ouïghours. Face à l'ampleur exceptionnelle de ce boycott, les marques sont prises en étau. Si elles plient, elles perdent en crédibilité dans le monde occidental. Si elles maintiennent leurs déclarations, elles se coupent du marché chinois et d'une bonne partie de leurs ventes.

Boycott H M Chine Istock winhorse
Le géant suédois H&M a été le premier a fait l'objet de la campagne de boycott lancée en Chine.
Winhorse / Istock

Nike, H&M, Uniqlo, Hugo Boss… Les grandes marques de mode ayant décidé de ne plus s’approvisionner en coton du Xinjiang, province chinoise accusée de recours au travail forcé contre la minorité ouïghoure dans les champs, sont dans la tourmente. Depuis près de deux semaines, elles font l’objet d’une vaste campagne de boycott par la Chine. Alors que certaines marques ont été suspendu de la plateforme d’e-commerce Alibaba, l’équivalent d’Amazon, les messages de haines se multiplient sur le réseau social chinois Weibo. Plusieurs internautes ont ainsi diffusé des images de leurs chaussures Nike en train de brûler.

Ce n’est pas la première fois que la Chine utilise le boycott comme arme. Elle l’avait déjà fait par exemple contre la compagnie aérienne Cathay Pacific Airlines dont plusieurs salariés s’étaient joints aux manifestants hongkongais prodémocratie. Mais ici, l’ampleur du boycott est inégalée. "C’est la première fois que les réactions en Chine sont simultanées, entre la Ligue de la jeunesse communiste, les plateformes de ventes en ligne, les consommateurs et les influences", résume Éric Briones, cofondateur de l’école Paris School of Luxury.

"C'est l'heure de vérité"

Le coup est rude pour les enseignes boycottées. Les équipementiers sportifs Nike et Adidas comptent ainsi chacun plusieurs milliers de magasins dans le pays, le groupe américain ayant réalisé l’an dernier en "Grande Chine" (Hong Kong et Macao inclus) 18 % de son chiffre d’affaires. Pour H&M, l’empire du milieu était en train de devenir son troisième marché, avec plus de 500 magasins et des ventes montant à 280 millions d’euros pour les mois de septembre, octobre et novembre. Le géant suédois n’a pour l’instant pas donné les chiffres sur l’impact sur ses ventes du boycott mais il dit faire "tout son possible" pour trouver une issue à la crise. Pour les entreprises c’est "un bras de fer kafkaïen", estime Éric Briones.

Si elles décident de retravailler avec la région du Xinjiang, elles vont perdre en crédibilité dans le monde occidental. À l’inverse, si elles poursuivent leur trajectoire actuelle, elles sont exclues de l’immense marché chinois. "C’est l’heure de vérité", défend Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Ethique sur l’étiquette. "Nous allons voir si un crime contre l’humanité est la limite en dessous de laquelle il n’est décemment pas possible de faire du profit", avance-t-elle.

"C'est aux États de faire de la politique, pas aux entreprises"

Pour l’instant, la plupart des marques restent silencieuses attendant de voir si la tempête retombe. Mais selon Nayla Ajaltouni, également représentante en France de la coalition internationale "End Forced Labour in the Uyghur Region" rassemblant 180 ONG et syndicats, certaines marques sont "revenues" sur leurs engagements concernant le travail forcé. Parfois en retirant des communiqués de presse ou en modifiant leurs positions. Ce serait le cas d'Inditex qui ne mentionne plus spécifiquement le Xinjiang dans ses principes de "tolérance zéro" figurant sur son site, affirme la coalition à l'AFP.

"Nous n’avons pas connaissance d’une modification sur notre site", répond à Novethic Zara France. Le directeur général de la maison mère Inditex France, Jean-Jacques Salaün, défend lui que la lutte contre le travail est dans "l’ADN du groupe quel que soit le pays ou l’ethnie concernée. Nous sommes contre le travail forcé et nous nous conformons à ce principe". "On demande de plus en plus aux entreprises de se positionner politiquement. Mais ce n’est pas leur rôle, c’est aux États de prendre leurs responsabilités", souligne Jean-Jacques Salaün. Et justement, alors que les puissances occidentales ont pris des mesures de sanctions contre Pékin, qui a valu la campagne de boycott de la Chine, les États-Unis réfléchiraient à un boycott, avec leurs alliés, des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin en 2022.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...