Publié le 22 juillet 2020

SOCIAL

Ouïghours : les appels au boycott contre Nike et Apple pour travail forcé fissurent le mur du silence

Les persécutions contre les Ouïghours, minorité musulmane chinoise, dans la province du Xinjiang, sont dénoncées depuis plus d’un an par les défenseurs des droits humains partout dans le monde. Leurs appels à la mobilisation contre l’omerta de la Chine sur ces exactions commencent enfin à produire ses effets. Le lancement en mars d’une campagne de boycott contre Nike, Apple et plus de 80 marques dont les produits sont fabriqués dans des usines où règne le travail forcé y est pour beaucoup. 

Afp ouighours
Cette stratégie d’appels au boycott des marques pour qu’elles fassent respecter les droits humains par leurs sous-traitants est ancienne.
ALI ATMACA / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Si les défenseurs des droits humains à commencer par le député européen Raphaël Glucksmann, ont tenté depuis des mois d’attirer l’attention sur le sort dramatique de la minorité musulmane chinoise ouïghoure, ils commencent enfin à être entendus à l’été 2020. La vidéo, tournée en 2019 par un drone, montrant des Ouïghours à genoux les yeux bandés encadrés par des policiers armés refait surface et a même été montrée en direct par la BBC à l’ambassadeur de Chine très embarrassé. 

Si la communauté internationale finit par se mobiliser c’est en grande partie grâce au rapport d’une ONG australienne, publié en mars, qui dénonçait le recours au travail forcé des Ouïghours par les sous-traitants de plus de 80 multinationales dont Nike et Apple. Cette stratégie d’appels au boycott des marques pour qu’elles fassent respecter les droits humains par leurs sous-traitants est ancienne. Dans les années 2000, la lutte contre les sweatshops, usines aux piètres conditions de travail et de rémunération, et le travail des enfants, avait déjà mis Nike en difficulté.

Le devoir de vigilance doit responsabiliser les donneurs d'ordre

Dix ans plus tard, la mise en cause de Foxconn, sous-traitant d’Apple pour les violations des droits humains dans ses usines, dénoncé sur Envoyé Spécial en décembre 2012, produisait le même résultat. Cette stratégie en lumière la responsabilité des donneurs d’ordre sur les conditions de travail dans leur chaîne de sous-traitance sociale. Les diverses lois sur le devoir de vigilance et la lutte contre l’esclavage moderne ont pour objectif de les obliger à y remédier. 

Huit ans plus tard on retrouve les mêmes multinationales au cœur d’un autre scandale de complicité de violations de droits humains par le recours au travail forcé des Ouïghours que le pouvoir chinois veut officiellement "rééduquer" pour diminuer drastiquement leur nombre. Il est en passe de réussir puisque la population ouïghour aurait diminué de 84 % dans la région. 

Les appels au boycott des grandes marques consistent à sensibiliser les consommateurs au prix que payent les ouvriers des usines du monde pour mettre à leur disposition des produits dont ils raffolent comme les téléphones ou les chaussures. L’objectif est de les transformer en consom’acteur qui, par leur absence d’achat ou l’interpellation de la marque sur les réseaux sociaux, conduisent leurs marques favorites à user de leur influence pour que leurs sous-traitants mettent fin aux violations de droits humains dont ils sont responsables. Pour mesurer s’il s’agit d’un mouvement de masse Raphael Glucksmann a appelé il y a quelques jours à un rassemblement à Paris le 3 octobre prochain.

Anne-Catherine Husson-Traore, @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Jean Castex hopital PremierMinistre

Covid-19 : le couvre-feu instauré en France relance le débat sur le nombre de lits de réanimation et l’économie de la santé

Selon le gouvernement, au rythme actuel de la seconde vague épidémique, les 5 800 lits de réanimation du pays seront bientôt saturés. D’où la décision d’instaurer un couvre-feu dans le pays pour limiter la transmission du virus et limiter les cas graves. Mais pour une partie du personnel...

Pauvrete Inde CC0

Covid-19 : entre 88 et 115 millions de personnes tombent dans l'extrême pauvreté

L'année 2020 aurait dû être marquée par une nouvelle réduction de l'extrême pauvreté. Mais la pandémie de Covid-19 a tout chamboulé : entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires ne vivront qu'avec 1,90 dollar par jour, soit moins du prix d'un café dans un pays avancé. Parmi eux, de plus en...

Prix Nobel de la paix 2020 NiklasElmehed

Le Programme alimentaire mondial de l'ONU, prix Nobel de la Paix 2020

Le programme alimentaire mondial a reçu le prix Nobel de la paix 2020 pour "ses efforts de lutte contre la faim" et pour sa contribution à la paix dans les zones de conflit. Pour les dirigeants récompensés, ce prix Nobel souligne l’importance de la sécurité alimentaire pour garantir la paix et la...