Publié le 06 août 2020

SOCIAL

Corruption, défaillance, négligence... La colère sociale au Liban s’amplifie après l’accident chimique à Beyrouth

Le Liban, État en faillite et en pleine explosion sociale, va avoir beaucoup de mal à se relever de l’accident chimique qui s’est produit le 4 août dans le port de Beyrouth. Le gouvernement promet que les coupables paieront. Mais pour la population, c’est tout un système corrompu et défaillant qui est mis en cause par la catastrophe qui a provoqué 137 morts, 5 000 blessés et 300 000 sans-abris.

Explosion liban port conteneur a ble STR AFP
Depuis deux ans, la population libanaise manifeste contre l'effondrement économique et sociale du pays.
@PatrickBaz

Après la cataclysmique explosion d’un entrepôt chimique à Beyrouth mardi 4 août, le gouvernement a assuré que les responsables devront répondre de leur action. "Il est inadmissible qu'une cargaison de nitrate d'ammonium, estimée à 2 750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C'est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire", a dit le Premier ministre Hassan Diab.

Mais, pour une grande partie de la population, c’est le gouvernement lui-même qui est responsable de la situation. L’entreposage de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium, produit dangereux à l'origine de l'explosion illustrerait la défaillance de l’État, voire sa corruption. "Il y a une culture ancrée de négligence, de corruption dans la bureaucratie libanaise où tout le monde se rejette la faute, tout cela supervisé par une classe politique qui se distingue par son incompétence et son mépris pour le bien public", estime Faysal Itani, directeur adjoint au Center for Global Policy. D'autant que le directeur des douanes du Liban, Badri Daher, estime que le drame aurait pu être évité. Il affirme, dans l'Orient du jour, avoir alerté la justice à six reprises de la dangerosité du stockage du nitrate d'ammonium. 

L’entreposage illégal pendant six années de ces produits n’est que l’une des facettes d’une crise économique et sociale globale. Le pays a vu la moitié de sa population basculer dans la pauvreté en deux ans, sa monnaie s’est effondrée de 80 % ces douze derniers mois, les services de l’eau ou de l’électricité ne sont accessibles que quelques heures par jour, les transports publics et le ramassage des ordures ne sont que peu ou pas assurés. Une situation intenable pour la population qui depuis deux ans manifeste parfois violemment.

Pendez-les

Aussi, après l’accident sur le port de Beyrouth, sur les réseaux sociaux, de nombreux citoyens libanais ont appelé au départ de l'ensemble des dirigeants du pays, tenus responsables de cette tragédie. D’autres poussent le hashtag "Pendez-les". "Partez tous ! (...) Vous êtes corrompus, négligents, destructeurs, immoraux. Vous êtes des lâches. C'est votre lâcheté et votre négligence qui ont tué les gens", a lancé un journaliste libanais connu, Marcel Ghanem, dont l'émission télévisée jouit d'une grande audience. "Cette tragédie est une preuve de plus de l'incompétence de la classe politique qui a gouverné le Liban depuis plusieurs décennies", s'est indigné Antoine Fleyfel, philosophe et théologien franco-libanais, vivant en France.

Emmanuel Macron, qui s'est rendu au Liban le jeudi 6 août, a lui aussi appelé à changer la donne au Pays du Cèdre. Le Président français assure qu'il va demander aux responsables "de procéder à des réformes, de changer le système, d’arrêter la division du Liban, de lutter contre la corruption". Il ajoute : "Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer".

Le problème est que le pays ne va pas être en mesure à court terme de rétablir la situation. Au contraire, la crise sociale et économique va encore s’aggraver. Le gouverneur de Beyrouth a estimé les dommages à plus de trois milliards de dollars. Et désormais l'Agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation, la FAO, a dit craindre à brève échéance un problème de disponibilité de farine pour le Liban, des silos de céréales installés près du port ayant été éventrés.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Conge paternite allongement pixabay

Le gouvernement va doubler le congé paternité, et c’est une très bonne nouvelle pour l’égalité professionnelle

L'Élysée a annoncé que le congé paternité allait doubler, passant à 28 jours. Une mesure essentielle qui va permettre au deuxième parent de s'impliquer davantage dans l'éducation des enfants, tout en réduisant la charge des mères. Au sein des entreprises, cela pourrait représenter un tournant...

Rio tinto destruction site aborigene

Le patron de Rio Tinto débarqué après la destruction d’un site aborigène vieux de 46 000 ans en Australie

Jean-Sébastien Jacques devra finalement quitter Rio Tinto. Le directeur général du géant minier, à qui le conseil d'administration avait coupé les bonus fin août après la destruction d'une grotte aborigène vieille de 46 000 ans en Australie pour étendre une mine de fer, a été débarqué avec deux...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Cese

Réforme du Cese : la troisième assemblée va devenir la chambre des conventions citoyennes

Après plus de deux ans d'attente, la réforme du Cese arrive enfin dans l'hémicycle en cette rentrée. Le texte a été enrichi après l'expérience de la Convention citoyenne pour le climat, organisé à la suite des Gilets jaunes et la hausse de la taxe carbone. L'objectif est de faire de cette troisième...