Publié le 02 novembre 2017

SOCIAL

À partir du 3 novembre, les femmes travaillent gratuitement

Le 3 novembre à 11h44 et 9 secondes. C’est le moment exact à partir duquel les Françaises vont commencer à travailler bénévolement et ce, jusqu'à la fin de l'année, a calculé le collectif Les Glorieuses. En cause : l'écart salarial de 15,8 % entre les femmes et les hommes.


À partir du 3 novembre, les travailleuses françaises vont travailler gratuitement à cause des inégalités salariales. L'année dernière, la date était fixée au 7 novembre. "Il y a un recul de l’égalité salariale en France", explique Les Glorieuses, le collectif féministe à l’origine de ce calcul. Au total, cette année, le nombre de jours ouvrés non payés est de 39,7, correspondant à un écart de 15,8 %. Et encore, si le calcul était basé sur tous les secteurs et tous de temps travail confondus, l’écart salarial serait en réalité de 25,7 %. 

Des inégalités dues à plusieurs facteurs. D’abord, les "interruptions" au cours de la carrière des femmes notamment dues à la maternité. En France, par exemple, selon le rapport Glassdoor de 2016, l’écart de rémunération augmente de 12 points lorsqu’une femme a des enfants. De même, les femmes doivent faire face à un sexisme systémique et des stéréotypes qu'elles ont parfois elles-mêmes intériorisés. "Les femmes sont concentrées dans un ensemble de catégories d’emplois limités, peu rémunérateurs et dans des niveaux hiérarchiques inférieurs", notent ainsi Les Glorieuses. 

L’égalité pour 2234

Comme l’année dernière, le collectif invite les femmes et les hommes à quitter leur travail à 11h44 le 3 novembre. Un "geste symbolique" qui s’inspire des méthodes islandaises. En 1975, face aux inégalités salariales, les travailleuses d'Islande étaient descendues dans la rue pour réclamer l’égalité. Ce Women’s Day Off a été déterré en 2005 par plusieurs associations. Dans un pays aussi petit (300 000 habitants), l’absence des femmes avait eu des répercussions immédiates sur l’économie. 

"Nous n’attendrons pas 170 ans pour accéder à l’égalité", préviennent Les Glorieuses reprenant un rapport du World Economic Forum qui avait estimé, en 2016, que les femmes seraient autant payées que les hommes en… 2 186. Mais le WEF a revu sa copie ce jeudi 2 octobre, finalement il faudra attendre jusqu'en... 2234. 

Pour y remédier, le collectif propose des solutions : s’unir en entreprise, négocier son salaire, exiger la transparence de l’entreprise, revaloriser les emplois moins bien payés, etc.

Les inégalités, un coût de 62 milliards pour les entreprises 

Et les entreprises ont tout à y gagner. Selon un nouveau rapport de la Fondation Concorde, un think thank économique indépendant, les inégalités salariales entre les femmes et les hommes génèrent 62 milliards de pertes annuelles pour les entreprises françaises. 

Plus largement, une égalité stricte aurait des effets très positifs sur l'économie française. "Le différentiel de salaire net versé entre les femmes et les hommes représente en moyenne 3 525 euros par an et atteinte de manière agrégée 33,6 milliards d'euros par an. Ce "manque à gagner" en terme de salaire net, a également des répercussions sur la consommation et les recettes fiscales", explique le think thank.

À l'échelle mondiale, employer plus de femmes permettrait d'injecter 5 800 milliards de dollars dans l'économie. En France, la retombée s'élèverait à 44,3 milliards d'euros. Mais il y a encore un long chemin à parcourir : le taux d'activité d'activité des femmes n'est que de 49,4 % contre 76,1 % pour les hommes dans le monde. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...