Publié le 17 décembre 2020

SOCIAL

Les grandes entreprises font du lobbying pour un devoir de vigilance européen a minima

En 2021, une législation sur le devoir de vigilance va être étudiée par l’Union européenne. Le commissaire à la Justice doit présenter une proposition législative contraignante en matière de droits de l’Homme et de l’environnement pour les entreprises européennes. En attendant, les différentes parties affutent leurs arguments et contre-propositions. Des eurodéputés proposent un texte ambitieux mais les organisations patronales comme l’Afep veulent restreindre son périmètre.

En 2021, une législation contraignante sur le devoir de vigilance qui obligera les entreprises à identifier les risques en matière de droits humains et à les réduire va être étudiée par l’Union européenne.
@Aref Karimi / AFP

Risque de pertes en compétitivité contre besoin de responsabiliser les donneurs d’ordres sur des chaines d’approvisionnement de plus en plus complexes et mondialisées… À l’approche d’une législation européenne sur le devoir de vigilance contraignant les entreprises, deux visions s'opposent. Les arguments sont les mêmes qu’en 2017, lors de l’élaboration de la loi sur le devoir de vigilance français ou il y a quelques semaines en Suisse à l'occasion d'une votation. Mais cette fois, il n’est plus possible pour le patronat de seulement batailler contre la mise en place d’une telle législation.

"Il y a eu trop de scandales et la crise accélère la prise de conscience que les choses doivent changer, même chez les Libéraux", assure ainsi à l’AEF l’eurodéputé Raphaël Glucksmann (alliance progressiste des socialistes et démocrates) qui cite souvent le travail forcé des Ouïghours en exemple. Le rapporteur de l’avis du Parlement sur le devoir de vigilance destiné à nourrir le texte de la Commission assure recevoir de plus en plus de soutiens. Désormais certaines multinationales soutiennent une législation contraignante, comme Unilever, Ikea ou H&M, ainsi que certains investisseurs. Mais les débats à venir s’annoncent tout de même combatifs.

Un "risque néfaste" pour les entreprises 

Plusieurs points cruciaux vont faire l’objet d’âpres arbitrages. Le commissaire Reynders a assuré que toutes les tailles et secteurs seraient concernés. Mais cela est loin de faire l’unanimité. L’avis du Parlement, qui va être examiné en plénière début 2021, veut étendre le devoir de vigilance sur l’ensemble de la chaine de production et fonder la responsabilité sur "le risque d’effets néfastes" de l’entreprise plus que sur sa taille. Mais pour Business Europe (le Medef européen), les PME doivent être exclues de fait du champ d’application de la loi.

De son côté, l’Afep, la puissante organisation des grandes entreprises françaises, estime que le devoir de vigilance devrait se limiter à l’amont de la chaîne de valeur, et uniquement sur les fournisseurs de rang 1 (celles en lien direct avec le donneur d'ordres). Quant aux risques couverts, ils devraient se concentrer sur un nombre limité et facilement imputable à l’entreprise comme la pollution, la déforestation ou l’utilisation non durable des ressources naturelles. Exit les risques liés à la perte de biodiversité ou au changement climatique "dont le lien de causalité avec l’activité des entreprises est difficile à établir", précise l’Afep dans sa contribution à la consultation publique de la Commission européenne.

Un combat législatif à venir

Des sujets qui sont pourtant dans le viseur des ONG françaises qui attaquent les entreprises pour manquements dans le cadre de la loi sur le devoir de vigilance comme Total ou Casino. Il faudra aussi aborder l’épineuse question de la responsabilité pénale. Au parlement, la droite (PPE) s’y oppose, à l'instar du patronat. L’Afep vise pour, sa part, plutôt des mécanismes de plaintes extrajudiciaires comme les Points de contact nationaux (PCN), garde fous des principes directeurs de l’OCDE à l’attention des multinationales.

Avec cette pression des grandes organisations patronales, les ONG craignent que ces débats ne tournent comme la votation suisse avec l’adoption d’un texte à l’ambition bien plus faible que celle initialement présentée par le Commissaire européen. Dominique Potier, le député PS qui avait porté la loi française en 2017, le confirme lors d’un point sur cette législation organisée le 15 décembre par la plateforme RSE : "On ressent un vertige en ce moment de bascule européen : l’inspiration de la loi française peut être accomplie sur une autre échelle et renforcée en corrigeant ses défauts ou au contraire amenuisée. Certains sont à la manœuvre pour minorer l’effectivité de sa mise en œuvre". Dans ce cas, "cela donnerait aux multinationales une autre carte blanche pour poursuivre le ‘business as usual’", alerte Claudia Saller, la directrice de European Coalition for Corporate Justice.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...

Brésil : Jair Bolsonaro accusé de perpétrer un génocide contre les peuples autochtones en pleine pandémie

L'Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) a demandé le 12 août à la Cour Pénale Internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour "génocide" et "écocide". L'association accuse le dirigeant d'avoir profité de la pandémie pour renforcer une "politique anti-autochtone"....

Talibans Afghanistan AFP

[Édito] Afghanistan : la guerre perdue de l’alternative aux Talibans

La spectaculaire reconquête de l’Afghanistan par les Talibans après 20 ans de guerre, montre l’impuissance de la coalition internationale à implanter un modèle alternatif. Les Américains, qui y ont déversé des milliards de dollars, ont alimenté la corruption et la domination de chefs de guerre sans...

Ouighours chine ALI ATMACA ANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

En plein scandale des Ouïghours, le directeur général de Sandro, Maje et Claudie Pierlot démissionne

Le groupe SMCP, qui détient les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, vient d'annoncer le départ de son directeur général Daniel Lalonde. Si le géant du textile affirme que sa démission n'a "rien à voir" avec le scandale des Ouïghours, le groupe fait néanmoins face à une crise. Début juillet, le...