Publié le 03 janvier 2019

SOCIAL

Cambodge : après avoir tout perdu, les réfugiés climatiques deviennent des esclaves modernes

Le Cambodge est l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Les paysans du pays perdent tout à cause des inondations et sécheresses qui touchent le pays. Dans un reportage, l’AFP montre comment ces hommes et ses femmes endettés se retrouvent à la merci des nombreuses usines de fabrique de briques.

Ouvrière dans une usine de briques au Cambodge.
@TangChhinSothy/AFP

Après des semaines de sécheresse, Chenda, criblée de dettes, a été contrainte d'abandonner sa rizière au Cambodge pour travailler avec ses quatre enfants dans une fabrique de briques, comme des milliers de réfugiés climatiques de ce pays d'Asie du Sud-Est.

"Beaucoup d'industries dans le monde emploient des réfugiés climatiques. Mais ce qui est unique dans les usines de briques au Cambodge c'est que la très grande majorité des ouvriers sont emprisonnés dans la servitude pour dettes", relève Naly Pilorge, directrice de l'association des droits de l'homme Licadho.

C'est le cas de Chenda. Le propriétaire de l'usine de briques a racheté son emprunt. Elle travaille avec sa fille de 14 ans 14 ans, dans le village de Thmey à une quarantaine de kilomètres au nord de Phnom Penh, le long d'une route de terre où des centaines de fours à briques semblables à de petites pyramides flamboient sous le soleil. Cinquante-six heures par semaine, Bopha charge des pavés d'argile sur des chariots.

"Je ne vais pas à l'école. J'essaye d'aider à rembourser les 4 000 dollars qu'on doit même si cela prendra des années", raconte-t-elle à l'AFP, avant de rejoindre sa mère près de la cahute en tôle où la famille est logée dans l'enceinte même de la fabrique.

Sécheresses et inondations

Le Cambodge est l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Et, comme Chenda, plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs cambodgiens ont abandonné les rizières à la suite de vagues de sécheresse et d'inondations, incapables de rembourser l'argent qu'ils avaient emprunté auprès d'une banque ou d'un organisme de microfinance pour cultiver leur lopin de terre.

Ils ont trouvé un travail dans une des centaines de manufactures de briques qui fleurissent dans le royaume pour répondre au boom de la construction dans les grandes villes du pays. Ces fabriques font travailler "une main-d'œuvre d'adultes et d'enfants", relevaient en octobre des chercheurs de l'Université de Londres, dénonçant "une forme d'esclavage moderne".

Maladies respiratoires ou de la peau, maux de tête, saignements de nez : les ouvriers travaillent sans gant ni masque et les problèmes de santé sont légion près des fours qui crachent une épaisse fumée noire. Au Cambodge, la durée hebdomadaire de travail est fixée à quarante-huit heures et le travail des enfants de moins de 15 ans est interdit par la loi.

Mais, dans certaines fabriques de Thmey, les ouvriers effectuent au minimum 60 heures par semaine et comptent des enfants dans leurs rangs. Le gouvernement a indiqué à plusieurs reprises qu'il allait enquêter et punirait les propriétaires des fours si des cas de travail d'enfants étaient avérés. "Mais le problème perdure depuis des années et rien n'est fait", soupire Naly Pilorge.

La rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Assemblee nationale Wikipedia 01

L’Assemblée nationale reconnait le "génocide" des Ouïghours par la Chine

Crimes contre l'humanité et génocide. Deux qualificatifs de la répression contre le peuple ouïghour en Chine que les députés français viennent enfin de reconnaitre dans une résolution adoptée ce 20 janvier. De quoi brouiller un peu plus les rapports avec Pékin à quelques jours de l'ouverture des...

New York Manhattan Yellow Cab CCO

Pour responsabiliser l’industrie de la mode, New York envisage une loi sur le devoir de vigilance

Le devoir de vigilance était un dispositif plutôt européen. Mais une députée et une sénatrice de l’État de New York ont proposé un projet de loi pour imposer aux industriels de la mode de prévenir les risques sociaux, environnementaux et climatiques de leurs sous-traitants. Une première aux...

Inegalite ok

Les inégalités de richesse se sont creusées de façon inédite pendant la pandémie

La fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté au cours des 19 derniers mois que sur la dernière décennie, affirme Oxfam dans son dernier rapport sur les inégalités mondiales. "C’est la plus forte augmentation depuis que ce type de données est recensé", précise l’ONG. La France ne fait...

Vaccin covid CC0 pixabay

Armand Hatchuel, chercheur à MinesParisTech : "Il faut se préparer à une prochaine pandémie et clarifier le jeu avec les laboratoires"

Un État peut-il se passer des grands laboratoires pharmaceutiques pour organiser une production vaccinale publique ? C'est la question que s'est posée le chercheur et professeur à MinesParisTech Armand Hatchuel, rappelant l'exemple des États-Unis, qui ont tenté de créer une telle filière mais ont...