Publié le 03 janvier 2019

SOCIAL

Cambodge : après avoir tout perdu, les réfugiés climatiques deviennent des esclaves modernes

Le Cambodge est l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Les paysans du pays perdent tout à cause des inondations et sécheresses qui touchent le pays. Dans un reportage, l’AFP montre comment ces hommes et ses femmes endettés se retrouvent à la merci des nombreuses usines de fabrique de briques.

Ouvrière dans une usine de briques au Cambodge.
@TangChhinSothy/AFP

Après des semaines de sécheresse, Chenda, criblée de dettes, a été contrainte d'abandonner sa rizière au Cambodge pour travailler avec ses quatre enfants dans une fabrique de briques, comme des milliers de réfugiés climatiques de ce pays d'Asie du Sud-Est.

"Beaucoup d'industries dans le monde emploient des réfugiés climatiques. Mais ce qui est unique dans les usines de briques au Cambodge c'est que la très grande majorité des ouvriers sont emprisonnés dans la servitude pour dettes", relève Naly Pilorge, directrice de l'association des droits de l'homme Licadho.

C'est le cas de Chenda. Le propriétaire de l'usine de briques a racheté son emprunt. Elle travaille avec sa fille de 14 ans 14 ans, dans le village de Thmey à une quarantaine de kilomètres au nord de Phnom Penh, le long d'une route de terre où des centaines de fours à briques semblables à de petites pyramides flamboient sous le soleil. Cinquante-six heures par semaine, Bopha charge des pavés d'argile sur des chariots.

"Je ne vais pas à l'école. J'essaye d'aider à rembourser les 4 000 dollars qu'on doit même si cela prendra des années", raconte-t-elle à l'AFP, avant de rejoindre sa mère près de la cahute en tôle où la famille est logée dans l'enceinte même de la fabrique.

Sécheresses et inondations

Le Cambodge est l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Et, comme Chenda, plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs cambodgiens ont abandonné les rizières à la suite de vagues de sécheresse et d'inondations, incapables de rembourser l'argent qu'ils avaient emprunté auprès d'une banque ou d'un organisme de microfinance pour cultiver leur lopin de terre.

Ils ont trouvé un travail dans une des centaines de manufactures de briques qui fleurissent dans le royaume pour répondre au boom de la construction dans les grandes villes du pays. Ces fabriques font travailler "une main-d'œuvre d'adultes et d'enfants", relevaient en octobre des chercheurs de l'Université de Londres, dénonçant "une forme d'esclavage moderne".

Maladies respiratoires ou de la peau, maux de tête, saignements de nez : les ouvriers travaillent sans gant ni masque et les problèmes de santé sont légion près des fours qui crachent une épaisse fumée noire. Au Cambodge, la durée hebdomadaire de travail est fixée à quarante-huit heures et le travail des enfants de moins de 15 ans est interdit par la loi.

Mais, dans certaines fabriques de Thmey, les ouvriers effectuent au minimum 60 heures par semaine et comptent des enfants dans leurs rangs. Le gouvernement a indiqué à plusieurs reprises qu'il allait enquêter et punirait les propriétaires des fours si des cas de travail d'enfants étaient avérés. "Mais le problème perdure depuis des années et rien n'est fait", soupire Naly Pilorge.

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

14 milliards de dollars contre le sida paludisme tuberculose

Sida, tuberculose, paludisme : 14 milliards de dollars pour sauver 16 millions de vies

L'objectif a été atteint de justesse. À Lyon, États et entreprises se sont engagés à verser 14 milliards de dollars pour lutter contre le Sida, le paludisme et la tuberculose et ainsi sauver 16 millions de vies. La France et la Fondation Bill Gates ont été obligées de rallonger leur aide, le...

Exploitation travailleurs mangue bresil Tatiana Cardeal Oxfam

Les ONG mettent la pression sur l'ONU pour adopter un traité contraignant les multinationales à respecter les droits humains

Depuis lundi, un groupe d’États est réuni à Genève pour travailler sur un traité international contraignant pour les multinationales sur les droits humains. De nouveaux rapports d'ONG comme celui d'Oxfam ou de Solidar Suisse montrent en effet que les pratiques de travail forcé et plus largement de...

Esther Duflo Kris Krug flikr

Prix Nobel d’Économie : les travaux sur la réduction de la pauvreté d’Esther Duflo récompensés

Le prix Nobel d'économie a été attribué lundi 14 octobre à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde.

R U A

Donnez votre avis sur le futur revenu universel d’activité

Un an après avoir annoncé le lancement d’un revenu universel d’activité, le gouvernement entre dans le dur avec une série de concertations qui vont se tenir jusqu’en fin d’année. L’objectif est de parvenir à une proposition de loi en 2020 pour une application progressive d’ici à 2022 ou 2023....