Publié le 20 juin 2019

SOCIAL

10 milliards d’humains en 2050 : cinq chiffres à retenir sur la surpopulation mondiale, annoncée par l’ONU

Le dernier rapport sur l’évolution de la population mondiale par l’ONU fixe à 2050 le moment où l’Humanité atteindra les 10 milliards d’individus, contre 7,7 milliards aujourd’hui. Un chiffre colossal qui masque des disparités importantes selon les pays et les régions du monde. Alors que des pays comme l’Inde ou le Nigeria vont croître massivement, d’autres vont perdre en population comme la Chine.

À partir de 2027, l'Inde sera le pays le plus peuplé de la planète.
@ash92

1. 9,7 milliards d’humains en 2050 et 10,9 milliards en 2100

100 millions en l’an 0, 300 millions en l’an 1000, 1,5 milliard en 1900 et 6 milliards en 2000, 7,7 milliards en 2019… La barrière symbolique des 10 milliards d’humains devrait être atteinte en 2050 selon le dernier rapport de l’ONU. Une croissance de 26 % par rapport à aujourd’hui. Cette surpopulation pose de nombreuses questions sur la capacité de notre planète à accueillir l’Humanité. Mais cette croissance est disparate. Tandis que la population en Europe et en Amérique du Nord va croître de seulement 2 %, celle en Afrique subsaharienne affichera une croissance de 99 %. Il faudra 50 ans de plus pour atteindre 11 milliards d’humains sur Terre, ce qui témoigne d’une baisse globale de la fertilité mondiale.

 

2. Huit pays représentent la moitié de la croissance

Sur les trois milliards d’humains en plus sur la planète d’ici 30 ans, la moitié sera issue de seulement huit pays. Par ordre décroissant de contribution, on retrouve : l’Inde, le Nigeria, le Pakistan, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, la Tanzanie, l’Indonésie, l’Égypte et les États-Unis. L’ONU précise que l’Inde sera le pays le plus peuplé au monde devant la Chine dès 2027. L’ex-empire du Milieu va de son côté perdre 31,4 millions d’habitants d’ici 2050, soit une baisse de 2,2 %.

 

3. Six objectifs de développement durable (ODD) mis à mal

En 2015, l’ONU définissait 17 ODD nécessaires à un développement socialement juste, durable et prospère. Mais la surpopulation humaine complique la réalisation d’au moins six d’entre eux : l’éradication de la pauvreté (ODD 1), la lutte contre la faim (ODD 2), la santé et le bien-être des populations et des travailleurs (ODD 3), l’accès à une éducation de qualité (ODD 4), l’égalité entre les sexes (ODD 5) et la réduction des inégalités (ODD 10).

 

4. 77,4 ans : l’espérance de vie moyenne

Cette surpopulation doit beaucoup à l’allongement considérable de la durée de vie moyenne. Elle est passée de 64,2 ans en 1990 à 72,6 en 2019. En 2050, l’ONU prédit une espérance de vie à la naissance de 77,1 ans. Mais là encore, on notera de grandes disparités régionales. Ainsi dans les pays les moins développés, cette durée est réduite de 7,4 ans par rapport à la moyenne en raison de la mortalité infantile et maternelle, des conflits et des épidémies. Dans ce dernier cas, l’ONU cite en particulier le VIH.

 

5. Moins de deux actifs pour un retraité dans 48 pays

Avec l’accroissement de la durée de vie, le ratio de soutien démographique va chuter. Il mesure le rapport entre la population active (entre 25 et 65 ans) et celle plus âgée (plus de 65 ans). En 2019, un humain sur onze avait plus de 65 ans. En 2050, ce sera un sur six. Ainsi, l’ONU prévoit qu’en 2050, "48 pays, principalement en Europe, en Amérique du Nord et en Asie de l’est et du sud-est, devraient présenter des ratios de soutien potentiel en dessous de deux". Aujourd’hui, un seul pays est dans ce cas, le Japon, avec un ratio de 1,8. L’organisation alerte sur ce que cela veut dire en matière de "pressions fiscales auxquelles de nombreux pays seront confrontés pour construire et maintenir des systèmes publics de soins de santé, de retraites et de protection sociale des personnes âgées".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Pepite or CC0

L'industrie de l'or s'engage à plus de responsabilité dans l'extraction minière

Droits humains, respect de l'environnement, traçabilité... En plein débat sur le projet de Montagne d'or en Guyane, le Conseil mondial de l'or a proposé jeudi 12 septembre aux entreprises minières de s'engager à respecter des nouveaux principes de responsabilité. Si l'organisation espère que ces...

Enfant migrant detention

Activisme des employés : contre la politique anti-immigration de Donald Trump, les salariés se mobilisent

La politique anti-immigration de Donald Trump réveille l'opposition des salariés. 1 400 employés de Google ont signé une pétition pour que leur entreprise ne réponde pas à l'appel d'offres lancé par le service de l'immigration. Si Amazon et Microsoft pourraient rafler la mise, eux aussi sont soumis...

Pays du G7 bateau GoldenBrown

[Décryptage] Ni le G7, ni le capitalisme ne survivront à la croissance des inégalités

Les sept premières économies occidentales de la planète se réunissent à Biarritz dans le cadre du G7. La France veut imposer la question des inégalités sociales, illustrée en France par la crise des Gilets jaunes. Mais les sept dirigeants arrivent en ordre dispersé et une déclaration commune forte...

Manifestants indiens tues par la police 220518 AFP 01

Nouvelle année meurtrière pour les défenseurs de l’environnement : 164 morts en 2018

Au moins 164 défenseurs de l'environnement se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels ont été tués en 2018, selon le bilan annuel de l'ONG Global Witness. Ce nombre est moins élevé qu'en 2017, mais reste très élevé.