Publié le 03 octobre 2016

SOCIAL

Lutte contre les discriminations : les entreprises de plus en plus surveillées

Alors que débute ce lundi la Semaine pour l’égalité professionnelle, le gouvernement a déclaré qu’il serait "intraitable" avec les entreprises qui prendraient des "mesures cosmétiques" contre les discriminations dans l'emploi. Un récent rapport du Défenseur des droits dresse l’ampleur du phénomène et montre que les discriminations à l’embauche liées à l’origine, notamment à l’encontre des personnes vues comme arabes et musulmanes, sont très importantes. France Stratégie, de son côté, a évalué le coût des discriminations à 7% du PIB, soit 150 milliards d’euros.

Un récent rapport du Défenseur des droits dresse l’ampleur du phénomène et montre que les discriminations à l’embauche liées à l’origine, notamment à l’encontre des personnes vues comme arabes et musulmanes, sont très importantes.
Aleutie / iStock

"Au cours d’un entretien, la DRH m’a demandé si mes parents parlaient français et d’où venait mon prénom. Elle a aussi posé plusieurs questions sur ma ville et mon quartier et a fini par dire que son cabinet est 'très Vieille France, vous comprenez ?'" Comme cette femme de 29 ans, plus de 60% des personnes ayant répondu à l’appel à témoignages (1) lancé par le Défenseur des droits ont été "souvent" ou "très souvent" confrontées à des discriminations dans l’accès à l’emploi au cours des cinq dernières années, selon un rapport publié le 19 septembre. En cause : leur origine, leur nom, leur prénom et la couleur de leur peau.

 

Le taux d’activité des femmes 10 à 15% inférieur à celui des hommes

 

"Cette étude dresse un panorama particulièrement inquiétant du parcours d’obstacles que constitue le marché du travail pour les personnes d’origine étrangère, notamment pour les personnes qui sont vues comme arabes et qui apparaissent surstigmatisées du fait de la consonance de leur nom et de leurs supposées convictions religieuses", conclut le Défenseur des droits. Pour s’en sortir, les victimes acceptent en conséquence des emplois moins qualifiés, moins payés, plus précaires. Ou, pour les plus diplômés, choisissent de partir à l’étranger.

Les discriminations touchent également très fortement les femmes. Selon une autre étude, publiée par France Stratégie dans la foulée, les femmes ont ainsi un taux d’activité inférieur de 10 à 15% à celui des hommes, à caractéristiques égales. Elles gagnent aussi environ 12% de moins que les hommes sans ascendance migratoire directe. Et les femmes originaires du continent africain sont particulièrement défavorisées.

 

Les mauvaises élèves désignés publiquement

 

Pour lutter contre ce phénomène, loin d’être minoritaire, le gouvernement a lancé en avril dernier une campagne de testing baptisée "Nos compétences d’abord", auprès d’une quarantaine d’entreprises de plus de 1 000 salariés. Pour un même profil, deux CV sont envoyés, l'un d'entre eux portant un patronyme d'origine arabe. Des audits ont également été réalisés cet été et un dialogue va être entamé avec chacune des entreprises testées.

Une fois les résultats évalués, Myriam El Khomri, la ministre du travail, a promis d’être "intraitable" avec les entreprises "qui prendraient des mesures uniquement cosmétiques. Nous n'aurons aucun état d'âme à désigner les mauvais élèves en la matière et à faire preuve de sévérité, a-t-elle ajouté. Chacun doit comprendre que la lutte contre les discriminations n'est pas un gadget".

 

Un coût de 150 milliards d’euros

 

D’autant que ces discriminations ont un prix. Pour la première fois, leur coût économique a été évalué. C’est France Stratégie qui s’est collé à la tâche. L’organisme rattaché à Matignon a élaboré quatre scénarios plus ou moins restrictifs. Le coût des discriminations varie ainsi de 80 milliards d’euros (3,6% du PIB) dans le scénario le plus restrictif à 310 milliards d’euros (14,1% du PIB) dans le plus extensif. Dans le scénario privilégié par France Stratégie, qui cumule meilleur accès aux postes qualifiés et hausse des taux d’emploi, le coût des discriminations est estimé à 150 milliards d'euros, soit 6,9% du PIB.

C’est la réduction des discriminations dont les femmes font l’objet qui contribue le plus à la hausse du PIB. Par exemple, pour 100 euros de PIB supplémentaire, la contribution des femmes varie de 83 euros à 99 euros, selon le scénario considéré. "Ce rapport nous invite à redoubler d'efforts, a commenté Myriam El Khomri. Il va nous aider à franchir un grand cap. Notre rôle est de réveiller les consciences pour changer les comportements".

 

Plusieurs mesures votées ou à venir

 

La loi travail adoptée cet été prévoit d’alourdir les sanctions en cas de licenciement discriminatoire : les juges peuvent ordonner à l’employeur le remboursement de tout ou partie des allocations chômage versées au salarié licencié pour motif discriminant. Par ailleurs, pour lutter contre le sexisme au travail, l’employeur doit prendre des mesures de prévention en interne.

Le projet de loi Égalité citoyenneté, adopté en première lecture par l’Assemblée en juillet et examiné au Sénat à partir de demain, prévoit quant à lui de durcir les sanctions face aux actes de racisme et de discrimination. Les auteurs encourront non plus 6 mois d’emprisonnement et 22 500 euros d’amende, mais un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Les députés ont également adopté un amendement – contre l’avis du gouvernement – qui oblige les entreprises de plus de 50 salariés à former au moins une fois tous les cinq ans les recruteurs à la non-discrimination à l'embauche.

Enfin, le projet de loi Justice du 21ème siècle, qui doit être discuté au Parlement cet automne, prévoit la création de l’action de groupe pour discrimination : dorénavant, les associations agréées auront la possibilité de se retourner contre une entreprise pour défendre dans une même procédure un collectif de salariés victimes de la même discrimination.

Un rapport du groupe de dialogue sur les discriminations, animé par Jean-Christophe Sciberras (DRH France de Solvay), doit par ailleurs être remis à la ministre du travail cette semaine. Mais d’ores et déjà, les organisations patronales ont suspendu leur participation, estimant que le projet de rapport "stigmatisait" les entreprises et que ses propositions étaient "du ressort de la coercition".

 

(1) Échantillon de 758 personnes, âgées de 18 à 65 ans, ayant répondu à un questionnaire autoadministré en ligne entre le 21 mars et le 21 juin 2016.
Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Discriminations : quand le physique nuit gravement à l’embauche

C’est un tabou difficile à contourner pour les entreprises et difficile à faire reconnaître pour les victimes : la discrimination par l’apparence physique. Des candidats sont bel et bien écartés de certains emplois sur ce motif. C’est ce qui ressort du premier bilan sur le sujet effectué...

Plan de lutte contre les discriminations en entreprise : une première étape importante

Le 19 mai 2015, François Rebsamen a dévoilé 13 mesures concrètes que le gouvernement veut mettre en oeuvre pour lutter contre les discriminations en entreprise. Avec ce plan d’action, l’exécutif place cette question au rang de ses priorités. Si le contenu peut paraître timoré, il constitue...

Le CV anonyme : un remède, mais pas une panacée

Mercredi 9 juillet, le Conseil d’Etat a exhorté le gouvernement à rendre obligatoire le CV anonyme dans les entreprises de plus de 50 salariés. Il dispose de 6 mois pour s’exécuter. Jugée contre-productive par les uns, à double tranchant par d’autres, cette mesure qui vise à lutter contre...

Le critère de l’adresse : le grand oublié des luttes contre les discriminations

Le critère de l’adresse reste déterminant dans une recherche d’emploi. Résider dans une zone sensible peut être handicapant pour les candidats. Les efforts des entreprises pour lutter contre cette discrimination sont toujours insuffisants. De timides initiatives commencent à émerger pour...

Les entreprises attendues sur la parité

Les Français estiment que les entreprises ont un rôle à jouer dans la promotion d'une juste représentation des sexes en leur sein mais aussi dans la société en général. C'est ce que révèle l'Observatoire International de l'équilibre hommes/femmes porté par Capitalcom et une quinzaine de...

SOCIAL

Discrimination

Plafond de verre, discrimination à l’embauche et dans les évolutions de carrière. Quelles que soient les raisons évoquées, âge, sexe, origine, adresse, les discriminations au travail ont la vie dure. Elles sont pourtant interdites par la loi.

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock

Accusé de discrimination raciale, BlackRock lance une politique de diversité exemplaire

Le géant de la gestion d’actifs fait face à des accusations de discrimination raciale déclenchées par les témoignages d’ex salarié(e)s. Il a annoncé, début avril, une nouvelle politique de diversité exemplaire et le lancement d’un audit. Cela lui a permis d’éviter une résolution syndicale à son...

Inegalite salariale femme 01

À partir de ce 4 novembre, à 16h16, les femmes travaillent bénévolement jusqu’à la fin de l’année

C'est un décompte qui souligne la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes. Selon le calcul du collectif féministe les Glorieuses, les femmes françaises vont commencer à travailler gratuitement jusqu'à la fin de l'année à partir de 16h16 aujourd'hui. Alors que les femmes sont payées...

Zemmour Eric CNEWS

[Édito] Incitation à la haine raciale sur CNews par Éric Zemmour : qui peut siffler la fin de la partie ?

Lors de son émission en direct sur CNews du 29 septembre, Éric Zemmour a tranquillement déclaré que les migrants mineurs étaient "des voleurs, des assassins et des violeurs" qu’il fallait "les renvoyer". Cette incitation à la haine raciale provoque un tollé et des plaintes devant le CSA et les...

Black Lives Matter : Le monde a franchi un "point de basculement social", selon Greta Thunberg

La militante pour le climat Greta Thunberg monte au créneau. Elle estime qu'avec le mouvement Black Lives Matter, le monde a passé un "point de basculement social", détournant ainsi la notion de "climate tipping point" habituellement utilisé pour évoquer le réchauffement climatique. "On ne peut pas...