Publié le 30 août 2017

SOCIAL

Égalité femmes-hommes : "la loi n’est pas appliquée, c’est comme s’il n’y en avait pas !", estime Marlène Schiappa

Pour Novethic, Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'Égalité femmes-hommes, décrypte ses mesures pour favoriser l'égalité professionnelle. En premier lieu, elle vise le secteur public où "la loi n'est pas appliquée". Elle souhaite que l'argent des pénalités soit reversé à son secrétariat d'État. Elle va aussi renforcer le contrôle des entreprises privées et aider les PME à se mettre en règle.

Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes
@AFP Kalashnikova

En matière d'égalité femmes-hommes, le secteur public est loin d'être exemplaire, juge Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de ce sujet. Interrogée par Novethic, elle déclare : "Actuellement, c’est le grand flou. Les lois existent sur la féminisation, mais les dispositifs de contrôle et de suivi sont minimes pour ne pas dire inexistantes. La loi n’est pas appliquée, c’est comme s’il n’y en avait pas !".

La ministre va donc remédier à la situation, avec l'aide du ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. Objectif : que les pénalités financières publiques soient "prélevées directement, injectées dans le budget de l’État, puis passées sous forme de réversion" dans le budget du secrétariat d’État de Marlène Schiappa.

Un financement dont le ministère aurait bien besoin. "L’objectif pour 2018, conçu conjointement entre Gérald Darmanin et moi, puis validé par Matignon, est qu’il me soit reversé 500 000 euros au titre des années précédentes", explique la ministre.

Un système que Marlène Schiappa aimerait étendre au secteur privé. Pour l’instant, la redistribution de l’argent des pénalités des entreprises alimente un fonds de solidarité. "La logique voudrait qu’il vienne aussi à mon budget en plus des fonds publics, nous étudions les possibilités", explique-t-elle.

Multiplication des contrôles aléatoires dans les entreprises

Marlène Schiappa veut d'ailleurs aussi serrer la vis aux entreprises privées. Depuis 2013, celles de plus de 50 salariés sont obligées de présenter aux services de l’État un plan d’action sur l’égalité professionnelle. En cas de non-respect, les entreprises sont, dans un premier temps, mises en demeure de s'exécuter.

Si, aucun effort n'est fait, une sanction pouvant aller jusqu’à une amende correspondant à 1 % de la masse salariale de l’entreprise est prévue. Ainsi, en octobre 2016, 107 entreprises avaient été sanctionnées. Marlène Schiappa compte bien hisser d’un cran la pression qui pèse sur les entreprises.

"Nous allons augmenter les contrôles aléatoires pour vérifier que les entreprises respectent bien leurs obligations légales", déclare la secrétaire d'État. "En plus des pénalités financières déjà prévues et appliquées, nous lançons des actions de formation aux entreprises qui féminisent le moins", ajoute-t-elle.

Lancement d’un outil d’aide dédié aux TPE et PME

La première formation devrait avoir lieu le 12 septembre prochain dans les locaux du secrétaire d’État à l’Égalité, "elle concerne les 10 entreprises du bas de classement du baromètre Ethics and boards", souligne la ministre.

Suivant le triptyque "prévention-action-répression", Marlène Schiappa souhaite accompagner les entreprises. Elle prévoit de lancer, "dans les prochaines semaines", un outil dédié aux TPE et PME. Il faut dire que ces dernières sont à la traîne. En octobre 2016, 85 % des grandes entreprises étaient "couvertes" par un plan d’égalité contre 67 % des entreprises de 300 à 999 salariés et 34 % des sociétés de 50 à 299 salariés.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Discrimination

Plafond de verre, discrimination à l’embauche et dans les évolutions de carrière. Quelles que soient les raisons évoquées, âge, sexe, origine, adresse, les discriminations au travail ont la vie dure. Elles sont pourtant interdites par la loi.

Pour la première fois, une entreprise est visée par une action de groupe pour discrimination envers les femmes

Ils veulent en faire un exemple. La CGT vient de lancer une action de groupe contre la Caisse d'épargne Île-de-France pour discrimination envers les femmes. C'est la première fois qu'une class action est lancée sur ce motif. Le syndicat espère mettre la pression sur toutes les entreprises et ainsi...

Discrimination : la LGBTphobie se subit aussi au travail

La LGBTphobie se manifeste partout. En majorité sur internet, les lieux publics, mais aussi au travail. Ce dernier occupe la troisième place des lieux où les lesbiennes, gays, bis, trans subissent cette violence, les freinant à dévoiler leur orientation sexuelle. Pour remédier à leur...

Responsabilité des médias, cyberharcèlement, risque financier… cinq questions pour comprendre La ligue du LOL

Ce sont des rédacteurs en chef de médias, des communicants parisiens, des journalistes populaires... et ils ont, pendant des années, cyberharcelé des femmes, des journalistes et des blogueuses, à travers un groupe Facebook appelé "La ligue du LOL". Les témoignages dévoilent la violence extrême de...

À 15h35, ce 6 novembre, les Françaises travaillent gratuitement

C'est le moment de quitter le travail en signe de protestation. À 15h35 ce mardi 6 novembre, les Françaises vont commencer à travailler gratuitement jusqu'à la fin de l'année. En cause, l'écart de rémunération de 15,2 % entre femmes et hommes. Le gouvernement donne trois ans aux entreprises pour...