Publié le 04 janvier 2019

SOCIAL

Tourisme de masse : Venise fera bientôt payer un ticket d'entrée à ses visiteurs

Venise pourra dès l'été prochain faire payer un ticket d'entrée à tous ses visiteurs, une taxe de 2,5 à 10 euros selon la saison devant servir à limiter le tourisme de masse qui asphyxie la ville.

Venise tourisme SamuelAlvezRosa
Débordé par le tourisme de masse, Venise va imposer une taxe à ses visiteurs, en particulier à ceux venant de bateaux de croisière.
@SamuelAlvezRosa

La mesure introduite dans la loi de finances italienne prévoit que Venise pourra à partir de juillet "adopter dans ses propres mesures budgétaires (...) une contribution de débarquement" telle qu'elle existe déjà dans les îles éoliennes ou de Lampedusa (Sicile).

Cette contribution s'appliquera à tous les visiteurs, qu'ils passent ou non la nuit sur la Sérénissime, ce qui représente environ 30 millions de personnes chaque année.

Elle vise d'abord les touristes d'un jour qui ne s'acquittent pas de la taxe de séjour, due par personne et par nuit, et réglée aux hôteliers ou aux propriétaires de logements loués.

50 millions d’euros par an

Parmi eux figurent notamment les clients des croisiéristes dont quelque 600 navires géants font escale chaque année dans la Cité des Doges. Mais les compagnies aériennes ou les autocaristes pourront aussi répercuter la nouvelle taxe sur leurs billets.

"Nous étudierons une réglementation équilibrée et partagée qui préserve tous ceux qui étudient et travaillent sur notre territoire", a déclaré sur Twitter le maire de Venise Luigi Brugnaro (centre droit). Selon les premières estimations de la commune, la taxe pourrait lui rapporter jusqu'à 50 millions d'euros par an.

"Les coûts pour nettoyer le centre historique et pour sa sécurité sont spéciaux et ont été supportés pendant des années par les Vénitiens", justifie Luigi Brugnaro. "Merci à tous ceux qui dorénavant nous aiderons à garder Venise propre, en permettant aux Vénitiens de vivre plus convenablement", a-t-il ajouté.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Cheval Spanghero viande LOSHADENOK

Lasagnes à la viande de cheval : le procès Spanghero est aussi celui de la traçabilité

Il y a six ans, le scandale Spanghero éclatait alors que treize pays européens découvraient que de la viande de cheval était utilisée à la place de bœuf dans des plats préparés. Aujourd’hui, l’entreprise française se retrouve au tribunal pour tromperie et escroquerie en bande organisée. Mais pour...

Imago TV le netflix ecolo

Imago TV, le Netflix gratuit de la transition écologique

Un Netflix sur la transition écologique, sociale ou économique....qui plus est gratuit, c'est ce que propose la plateforme Imago TV. Des milliers de documentaires, courts-métrages ou émissions sont en libre-accès sur son site. Objectif : sensibiliser les citoyens et offrir une visibilité aux...

Bruno le maire fait machine arriere et va suspendre le dioxyde de titane pixabay

Rétropédalage de Bruno Le Maire : le dioxyde de titane sera bien suspendu

Bruno Le Maire fait machine arrière. Le ministre de l'Économie avait annoncé la semaine dernière qu'il ne suspendrait pas le dioxyde de titane, une suspension pourtant actée dans la loi alimentation. Face à la mobilisation des associations, il a finalement plié et annoncé l'interruption de cet...

Les bons et mauvais points du lundi vert sans viande pixabay

Le lundi vert sans viande ni poisson, une bonne idée... à manier avec précaution

Plus de 500 personnalités, de Juliette Binoche à Yann Arthus-Bertrand, ont appelé à un "lundi vert sans viande ni poisson en 2019". Un appel nécessaire au vu de l’impact sur l’environnement et la santé de la viande. Mais qui peut être perçu comme moralisateur pour les plus gros consommateurs de...