Publié le 23 janvier 2019

SOCIAL

Les fabricants de couches ont quinze jours pour s'engager à supprimer les substances toxiques de leurs produits

Après plusieurs alertes sur la composition toxique des couches jetables, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a confirmé la présence de substances chimiques dans nombre de couches culottes à des seuils potentiellement dangereux pour les bébés. Elle recommande de les interdire et de mieux contrôler les produits vendus. Le gouvernement exige des "engagements" des fabricants sous 15 jours.

Bebe couches culottes substances toxiques rapport anses janvier 2019 pixabay
L'Anses a passé au crible 23 couches parmi les plus vendues en France, et confirme la présence de substances toxiques.
@CC0

Parfums, dioxines, PCB, glyphosate... Les couches-culottes que portent nos petits bouts contiennent bien des substances chimiques à des doses supérieures aux seuils sanitaires admis. C'est la conclusion de l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) dans un avis publié ce mercredi 23 janvier, et réclamé par le  gouvernement en janvier 2017 après un article de 60 millions de consommateurs. Le document est basé sur l'analyse de 23 couches parmi les plus utilisées, y compris les couches dites écologiques.

"On ne peut pas exclure un risque (...) puisqu'on observe un dépassement des seuils sanitaires pour un certain nombre de substances", a expliqué Gérard Lasfargues à l'AFP, directeur général délégué de l'Anses. L’Agence a identifié une soixantaine de substances chimiques qui "peuvent notamment migrer dans l'urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés".

Parmi elles, on trouve du glyphosate, le fameux herbicide du Roundup de Monsanto, des pesticides interdits depuis plus de quinze ans, comme le lindane ou l’hexachlorobenzène, de nombreuses substances parfumantes, ajoutées intentionnellement par les fabricants, ou encore des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), que l’on retrouve habituellement dans la fumée de cigarette ou celle des moteurs diesel. 

Pas de danger grave et immédiat

Les industriels et distributeurs du secteur ont été reçus à Bercy ce même jour par les ministres de la Santé, de l'Économie et de la Transition écologique. Ces derniers "exigent des fabricants et des distributeurs qu'ils prennent avant 15 jours des engagements pour éliminer ces substances des couches pour bébé" tout en précisant qu'il n'y a pas de "danger grave et immédiat". De son côté, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) renforcera les contrôles en 2019 et la France plaidera à Bruxelles pour des règles européennes plus protectrices. Un premier bilan sera tiré dans six mois.  

Malgré cette alerte, le syndicat des fabricants de couche a tenu à rassurer les parents. "Les consommateurs peuvent continuer à utiliser les couches proposées par les fabricants de Group'hygiène en toute sécurité", a assuré sa déléguée générale Valérie Pouillat, s'engageant à "coopérer avec les autorités". Et dans un communiqué, l'entreprise Pampers assure que ses "couches sont sûres et l'ont toujours été". Elle indique avoir "déjà mis en place les recommandations formulées par le rapport" et affirme que ses produits "ne contiennent aucun des 26 allergènes listés par l'Union européenne".  

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Commerce equitable fairtrade

Loi Pacte : le Sénat veut contrer l'usage abusif du terme "équitable"

Le Sénat, à majorité de droite, souhaite, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, préciser les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation.

Guerre des prix la grande distribution fait vaciller la filiere bio

Guerre des prix : la grande distribution fait vaciller la filière bio

L'appétit des géants de la grande distribution pour le bio rime aussi avec guerre des prix. C'est ce que constatent de plus en plus de fabricants et producteurs de produits bio à qui les distributeurs ont demandé de baisser leur prix lors des négociations commerciales. Une pression qui pourrait...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Interdiction de brûler les invendus vestimentaires : le gouvernement tient sa promesse

L'interdiction pour les marques de jeter leurs invendus vestimentaires sera bien inscrite dans la loi économie circulaire, malgré une formulation floue dénoncée par Emmaüs. La filière textile se dit satisfaite de cette mesure qui devrait être votée fin 2019. Si, chez les géants de la fast fashion,...

Viande in vitro e cologie pollution

800 kilogrammes de viande avariée retrouvés en France dans neuf entreprises

Les services sanitaires du ministère de l'Agriculture ont retrouvé "795 kilos" de viande avariée polonaise dans "neuf entreprises" du secteur agroalimentaire en France, a annoncé vendredi 1er février le ministre, Didier Guillaume.