Publié le 21 décembre 2017

SOCIAL

Salmonelle : Lactalis rappelle 720 nouveaux lots de laits infantiles, preuve d'un manque de traçabilité

[Mise à jour le 21 décembre 2017] Lactalis vient d'annoncer le retrait de 720 nouveaux lots de laits infantiles, en plus de 625 déjà retirés depuis le 2 décembre. Preuve, selon Foodwatch, que des problèmes de traçabilité ralentissent le processus des rappels. Même pour le gouvernement Lactalis n'a pas su "maîtriser le risque". Quant à la Confédération paysanne, elle dénonce les dérives d'un modèle de production hypercentralisée. 

Lait lactalis salmonelle tracabilite
Ce sont en tout plus de 1300 lots de laits infantiles qui ont fait l'objet d'un rappel et d'un retrait depuis le début de l'alerte.

Quel est le problème ?

Le 2 décembre, 20 cas de salmonellose sont déclarés. Des nourrissons de moins de 6 mois ont développé cette maladie transmise par du lait contaminé. Selon les résultats de l’enquête, l’usine Lactalis de Craon (Mayenne) serait à l’origine de cette contamination. Lactalis réalise alors un rappel d’une liste de références. Mais mi-décembre, cinq nouveaux cas sont déclarés. Or cette dernière contamination provenait d’une nouvelle référence qui ne figurait pas dans la liste déjà publiée des produits concernés. Finallement, ce 21 décembre Lactalis a annoncé le retrait et le rappel de tous les produits infantiles et nutritionnels fabriqués ou conditionnés dans son usine de Craon depuis février 2017. Soit 720 lots de laits infantiles en plus des 625 lots déjà retirés.

Comment a réagi le gouvernement ?

Le gouvernement a fermement réagi estimant que "les mesures prises par l’entreprise n’étaient pas de nature à maîtriser le risque de contamination de produits destinés à l’alimentation d’enfants en bas âge". Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a décidé la suspension de la commercialisation et des exportations de plusieurs références de produits nutritionnels infantiles.

Lactalis était-il au courant depuis juillet ? 

Selon Lactalis, la contamination serait survenue lors des deux tours de séchage, entre le 1er et le 6 mai. Problème : il a reconnu qu’en juillet des prélèvements positifs aux salmonelles avaient été réalisés sur le petit matériel de nettoyage et les carrelages, mais pas dans le lait. "Alors depuis combien de temps Lactalis savait-elle qu’elle exposait les bébés à un risque ?", se demande l’association FoodWatch qui rappelle qu’en 2005, dans la même usine, une contamination similaire avait déjà touché une vingtaine d’enfants. L'association UFC-Que-Choisir a porté plainte contre Lactalis pour "tromperie". 

Y a-t-il un problème de traçabilité ?

Comme pour l’affaire du Fipronil, la question du défaut d’alerte au niveau européen se pose. Au début, elle n’a été donnée que pour 12 lots concernant une dizaine de pays. Or la "liste s’est allongée à 45 pays. C’est le signe que le système de traçabilité des aliments ne fonctionne pas toujours", prévient Foodwatch. "Pourquoi la France n’a-t-elle communiqué l’information sur le réseau européen que le 4 décembre ?", se demande l’ONG. 

Faut-il décentraliser la production et la transformation ?

Pour la Confédération paysanne de Mayenne, cette affaire est le symbole des dérives de ce modèle de production. Interrogé par France Bleu Mayenne sur la question, le porte-parole de la Confédération, Raphaël Bellanger a expliqué que "plus on concentre les outils de production et de transformation, plus les risques sanitaires et économiques sont importants pour toute une filière". "Nous avons toujours mis en garde sur ces dérives de rationalisation des modèles de production. Nous allons tout droit dans le mur si nous continuons dans ce sens", a-t-il ajouté. 

Marina Fabre@fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Commerce equitable fairtrade

Loi Pacte : le Sénat veut contrer l'usage abusif du terme "équitable"

Le Sénat, à majorité de droite, souhaite, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, préciser les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation.

Guerre des prix la grande distribution fait vaciller la filiere bio

Guerre des prix : la grande distribution fait vaciller la filière bio

L'appétit des géants de la grande distribution pour le bio rime aussi avec guerre des prix. C'est ce que constatent de plus en plus de fabricants et producteurs de produits bio à qui les distributeurs ont demandé de baisser leur prix lors des négociations commerciales. Une pression qui pourrait...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Interdiction de brûler les invendus vestimentaires : le gouvernement tient sa promesse

L'interdiction pour les marques de jeter leurs invendus vestimentaires sera bien inscrite dans la loi économie circulaire, malgré une formulation floue dénoncée par Emmaüs. La filière textile se dit satisfaite de cette mesure qui devrait être votée fin 2019. Si, chez les géants de la fast fashion,...

Viande in vitro e cologie pollution

800 kilogrammes de viande avariée retrouvés en France dans neuf entreprises

Les services sanitaires du ministère de l'Agriculture ont retrouvé "795 kilos" de viande avariée polonaise dans "neuf entreprises" du secteur agroalimentaire en France, a annoncé vendredi 1er février le ministre, Didier Guillaume.