Publié le 06 janvier 2022

SOCIAL

Lait, beurre : "C’est qui le patron" explose le plafond de verre des produits équitables en se hissant à la première place

Alors qu'en décembre, "C'est qui le patron" devenait la première référence de sa catégorie sur le lait, un mois plus tard, c'est au tour du beurre bio de finir en haut du podium. Un tournant de taille pour les produits équitables qui n'avaient jamais atteints un tel niveau et une preuve que les consommateurs n'adhèrent pas tous au prix le plus bas. 

C qui le patron
C'est la première fois qu'une marque de produits équitables tirent les ventes dans sa catégorie.
C'est qui le patron

Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule. La marque "C’est qui le patron" se hisse pour la première fois en tête des ventes – en valeur et en volume - du beurre bio, sur deux références : le doux et le demi-sel. Elle passe ainsi devant Président Bio et Grand Fermage. Depuis le lancement de ces deux produits en 2017, elle a ainsi vendu 22,8 millions de plaquettes de beurre bio sous sa propre marque.

Si ce classement ne prend pas en compte les marques de distributeurs et les promotions, il signale un tournant pour la marque, qui, au mois de décembre, avait déjà franchi une étape de taille en devenant la première de sa catégorie sur le lait demi-écrémé, son produit phare. C’était la première fois dans l’histoire qu’un produit équitable devenait le produit le plus vendu de sa catégorie.

Un symbole

"Au-delà des chiffres, c’est encore le formidable symbole que cela représente pour nous tous mais surtout pour les producteurs. Désormais en France, grâce à la mobilisation de tous, trois produits équitables qui soutiennent les producteurs sont en tête des ventes", se réjouit la marque des consommateurs. Cette dernière, lancée en 2016, est devenue en quelques années le plus gros succès pour une nouvelle marque depuis 30 ans. Le pari était pourtant risqué : offrir une plus juste rémunération aux producteurs en assumant d’augmenter le prix des produits de quelques centimes pour répondre à la crise agricole. Un contre-pied à la devise du prix le plus bas régnant sur la grande distribution.

Depuis son lancement, C’est qui le patron a vendu près de 314 millions de produits et soutient plus de 3 000 producteurs. "Ces résultats hors normes ont été atteints alors que les produits sont loin d’être dans tous les magasins", a réagi "C’est qui le patron". De fait, selon les chiffres fournis par la marque, le beurre doux est présent dans 54 % des magasins et le demi-sel dans 32 % d'entre eux. Si la marque n’a ni publicité ni commerciaux, elle a réussi à convaincre, en quelques années, de nombreux consommateurs.

Il faut dire qu’elle peut s’appuyer sur Nicolas Chabanne, fondateur de la marque, pour la faire rayonner dans les médias notamment. Cette initiative a même été citée en exemple par le Président de la République lors des Etats généraux de l’alimentation en 2018. Emmanuel Macron souhaitait en effet généraliser cette démarche qui consiste à partir du coût de production pour établir le prix et non l’inverse. Un vœu pieu puisqu’en 2020, les résultats économiques des exploitations agricoles se sont encore dégradés.

Marina Fabre Soundron @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...