Publié le 22 novembre 2018

SOCIAL

La riposte s'organise contre le Black Friday, véritable vendredi noir pour la planète

Ce vendredi 23 novembre, le Black Friday et ses promotions en tous genres débarquent en France. Importé des États-Unis, cet événement commercial va booster les ventes, mais interroge sur les coûts environnementaux et sociaux de cette consommation de masse. En signe de protestation, le mouvement Green Friday lancé l'année dernière par le réseau Envie, prépare sa seconde édition, appuyé de nombreuses marques responsables.

Green friday
Une quarantaine de marques participent désormais au Green Friday.
@Green Friday

Vous ne trouverez ici ni bons plans, ni sélection des meilleures affaires pour le Black Friday mais plutôt une multitude d’idées pour ne pas céder à la surconsommation. Lancé l’année dernière par le réseau de réemploi Envie, le mouvement Green Friday a depuis pris de l’ampleur et a été rejoint pour sa seconde édition par une centaine de membres et marques responsables telles que La Textilerie, Treez, Gobi ou encore Loom.

"Pour dire stop à cette consommation devenue kamikaze, déconnectée des coûts environnementaux et sociaux, le Green Friday se mobilise en rappelant que l’acte d’achat est un choix fort : celui de changer le monde au quotidien", martèle le collectif. "Face à une course au profit trop souvent aveugle, Green Friday entend rappeler que les actions individuelles peuvent avoir un impact décisif sur le collectif." 

15 % des ventes reversées à des associations

En juin dernier, Green Friday lançait l’association éponyme avec la Mairie de Paris, Altermundi, DreamAct, Ethiquable, le REFER et Emmaüs. Pour le Black Friday, les marques du collectif s’engagent à ne faire aucun rabais sur leurs produits et à reverser 15 % du chiffre d’affaires enregistré ce jour-là à des associations de promotion de la consommation responsable (Hop, Éthique sur l’étiquette, Zero Waste…). Par ailleurs, de nombreux ateliers de réparation, couture, tricot, Do it yourself (Faites-le vous-même) sont organisés partout en France.

"Il y a tellement d’objets déjà en circulation”, rappelle Marine Foulon, chargée de communication de Zero Waste France. “Pourquoi extraire toujours plus de matières premières pour produire de nouveaux objets alors que l’on peut acheter d’occasion, réparer, emprunter, louer, récupérer tout ce dont on a besoin la plupart du temps ?”. L’association a lancé en début d’année le défi "Rien de neuf" qui a déjà été rejoint par 14 000 personnes et se fixe l’objectif de 100 000 participants en 2019. Pour mobiliser massivement, elle organise à l’occasion du Black Friday des rencontres dans 10 villes françaises.

Vrack Friday chez Naturalia

De son côté, la Camif ferme cette année encore son site internet en signe de protestation alors que c’est le jour le plus commercial de l’année. Parallèlement, l’entreprise de vente de meubles organise toute la semaine l’opération #ondonnetout, qui propose pour chaque produit acheté, d’en donner un du même fabriquant à Emmaüs Défi afin de venir en aide à des familles dans le besoin. Et le siège organise une matinée Portes Ouvertes à Niort le 23 novembre pour sensibiliser le public à la consommation responsable. 

"Le Black Friday représente l’inverse de ce que nous prônons à la Camif : cette consommation rendue compulsive par un matraquage à faire perdre la raison, qui n’a aucun sens ! Le vrai coût des prix bas est d’abord social et environnemental. À moyen terme, c’est l’essentiel de la valeur créée par nos entreprises, qui se trouve concentré dans une seule main : celle des GAFA. Est-ce vraiment ce à quoi nous aspirons ? Ne devons-nous pas, au contraire, redonner du sens et de la valeur à notre consommation ?", interpelle Émery Jacquillat, président de Camif.fr dans un communiqué.

D’autres grandes enseignes se mobilisent. C’est le cas de Naturalia qui a détourné le Black Friday en "Vrack Friday" pour inciter à réduire les emballages sur de nombreuses références (graines, riz, pâtes, etc). La plateforme d'autopartage Drivy offre 50 euros à ses clients qui auront boudé le Black Friday tandis que Nature & Découvertes lance une campagne choc de réductions ... pour alerter sur la disparition des espèces animales (-73 % de moineaux domestiques à Paris, -90 % de requins en Méditerrannée).

Et l’enseigne lance un vote auprès du public pour reverser des fonds à quatre associations de défense de la biodiversité. Avec un bémol tout de même puisque jusqu'au 20 novembre, Nature & Découvertes organisait deux semaines de promotions pour ses clients Privilège…

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Surconsommation : opter pour le Green Friday plutôt que le Black Friday

Le Black Friday, événement commercial venu des États-Unis qui consiste à appliquer de gros rabais pendant une journée, a lieu ce vendredi 24 novembre. Symbole de la surconsommation, ce concept est très présent en France. Le réseau d'entreprises de l'économie sociale et solidaire, Envie, a...

[Infographie] Téléphone, réfrigérateur, garde-robe... un quart des émissions de CO2 des Français viennent du foyer

Acheter une télévision, un nouveau frigo, un nouveau pantalon... Des gestes loin d'être anodins à en croire une nouvelle étude de l'Ademe. Elle pointe l'empreinte carbone de nos objets du quotidien. Ils représenteraient un quart des émissions de CO2 des Français. En moyenne, chaque foyer...

La Camif lance sa propre marque de meubles responsables

La Camif fait aujourd’hui figure de laboratoire pour les entreprises à mission françaises dont elle est l’une des pionnières. Après avoir travaillé à sa gouvernance, l’entreprise niortaise s’attaque aujourd’hui à incarner cette mission dans ses produits. Elle a pour cela choisi de de...

[VIDEO] Contre la surconsommation, un photographe accumule 4 ans de déchets dans son appartement

"Pendant 4 ans, j'ai décidé de ne plus jeter mes déchets recyclables". Voilà le défi que s'est lancé Antoine Repessé. Avec le projet #365Unpacked, le photographe signe une série coup de poing sur nos modes de consommation. Il pousse à regarder, en face, les déchets que nous produisons...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Glyphosate phtalate tampons et serviettes contiennent toujours des substances indesirables

Glyphosate, phtalate... Les tampons et serviettes hygiéniques contiennent toujours des substances indésirables

Rien n'a changé. Malgré la demande de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) de réduire "la présence de substances chimiques" dans les tampons et serviettes hygiéniques, 60 millions de consommateurs, déplore, dans une nouvelle enquête, la persistance de résidus de glyphosate et de...

Commerce equitable fairtrade

Loi Pacte : le Sénat veut contrer l'usage abusif du terme "équitable"

Le Sénat, à majorité de droite, souhaite, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, préciser les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation.

Guerre des prix la grande distribution fait vaciller la filiere bio

Guerre des prix : la grande distribution fait vaciller la filière bio

L'appétit des géants de la grande distribution pour le bio rime aussi avec guerre des prix. C'est ce que constatent de plus en plus de fabricants et producteurs de produits bio à qui les distributeurs ont demandé de baisser leur prix lors des négociations commerciales. Une pression qui pourrait...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Interdiction de brûler les invendus vestimentaires : le gouvernement tient sa promesse

L'interdiction pour les marques de jeter leurs invendus vestimentaires sera bien inscrite dans la loi économie circulaire, malgré une formulation floue dénoncée par Emmaüs. La filière textile se dit satisfaite de cette mesure qui devrait être votée fin 2019. Si, chez les géants de la fast fashion,...